Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 juin 2011 3 15 /06 /juin /2011 15:42

Par Darthé-Payan

 

 

Le Programme Populaire Partagé du Front de Gauche (*), dur dans le verbe et mou dans les solutions et les propositions et en plus pas chiffré et bien c'est du Guy Mollet sans talent que nous sert le Front de Gauche ! Nulle rupture avec le capitalisme ! Nulle refondation républicaine jacobine et laïque du pays ! Nulle reconquête de la souveraineté de notre pays ! Bref, le PPP ou "3P" est socialo-compatible et surtout  européo-compatible !

 

 

Le programme populaire partagé du Front de Gauche (GU-PCF-PG) est un programme (est-ce un programme ? Nous ferons comme ci !) qui manque de cohérence (Sortie et maintien du nucléaire tout à la fois, sur l'Europe, sur les banques, ce ne sont que quelques exemples...) montre que ce programme et fait à la fois pour ne pas traiter les sujets qui fâchent et de permette la candidature de Jean-Luc Mélenchon.

 

A force d'entendre, Jean-Luc Mélenchon, tenir des propos durs et de combat contre le système capitaliste, les oligarchies, l'Europe de la concurrence libre et non faussée, la personnalisation du pouvoir présidentiel et pour la "Révolution citoyenne" et son fameux slogan "qu'ils s'en aillent tous !", nous nous attendions, s'en trop y croire, que le Programme Populaire Partagé reflète les propos du nouveau grand timonier de la gauche "radicale".

 

Les contributions du PG fournies au Programme Populaire partagé souvent incohérente, sans articulation, sans corpus idéologie définie, sans chiffrage sérieux, sans expertise elle même sérieuse sur à la fois, l'état de notre pays, de ses finances, de sa dette, de ses carences, de ses forces, de ses possibilités de sursaut, etc... bref, sans audit de la situation réelle du pays, de son économie, de ses capacités financières, matérielles, humaines et aussi de recherche (un audit comme celui demandait et pratiquait par la gauche en 1981) et les propositions du Front de Gauche montrent que ce cartel n'est que fait que pour accompagner la candidature personnelle et médiatique de Jean-Luc Mélenchon.

 

Il est nullement question de nationalisation des banques, de toutes les banques, des assurances, des institutions financières, des établissements de crédit bail, de crédit à la consommation, des sociétés d'affacturage et de recouvrementde créances bancaires. Il n'est fait que mention d'un pôle financier public(sic) ! Un peu faiblard la maîtrise de l'outil bancaire et financier ! Non ? Et en plus il n'est en aucun cas envisager le retour de la monnaie et de la Banque de France à la Nation !

 

Point de rupture avec le capitalisme, ni de socialisation de l'économie, ni de fin de la propriété privée marchande, ni de fermeture de la bourse, ni de reconquête du marché intérieur, ni de monopole public et étatique sur le commerce extérieur, ni la socialisation de l'investissement (et des réserves des entreprises) dans le cadre de la planification (seulement écologique et en aucun cas économique et sociale) dans le Programme Populaire Partagé du Front de Gauche ! Nulle banque nationale d'investissement à l'horizon contrairement au programme commun de la gauche de 1972 (et des deux programmes définis au préalable : "changer de cap" pour le PCF et "changer la vie" pour le PS) et du projet socialiste pour les années 80 (et les 110 propositions du candidat François Mitterrand). Ce PPP fait apparaître les programmes commun et les 110 propositions comme des programmes d'ultra gauche, d'hyper révolutonnaires tellement que le programme du Front de Gauche est mou, timoré dans les propositions notamment en vue de la rupture avec le système capitaliste.

 

Même la création d'un vaste secteur coopératif est abandonné ! Il est simplement proposé un soutien public et des aides pour les salariés qui reprendraient leur entreprise.

 

Le programme du Front de Gauche se situe dans le cadre de l'économie de marché, ouverte, du libre échange et de l'Europe des Traités de Rome, de Maastricht, de Lisbonne, de la BCE et de l'euro. Il est de caractère social libéral dans ses rares propositions.

 

 

La question d'une politique économique industrielle volontariste dans le cadre du plan et de la volonté générale et nationale n'est absolument pas abordée. Coincée entre un verbe gauchiste (contre les banques, les riches,...) et une structure propositionnelle  écolo-libertariennequi sent bon un revival du PSU et bien l'industrie ne semble pas intéressée les camarades communistes et partisans du PG (pardon les camarades PGistes). Pour ce qui est du protectionnisme, il est vu qu'au titre de la localisation des unités et des productions. Mais comme ce dernier point est aussi une des mesures du patchwork de la planification écologique. Sur la politique agricole, le PS, le Modem ou l'UMP pourrait signer les quelques lignes qui lui sont consacrées ! Nulle socialisation de l'agriculture ! Pas d'office public par produits ! Pas d'offices publics cantonaux ou départementaux louant des terres, des parcelles, du matériel, de la matière première à des coopératives ou des exploitations corporatives !

 

 

La question européenne montre que le PCF et le PG se situe dans l'Union Européenne fondée depuis 54 ans (1957 Traité de Rome fondateur du Marché commun). Le Front de Gauche ne veut absolument pas remettre en cause ce grand machin fédéraste, supranational, ensemble technocratique et économique nouvelle prison des peuples et fossoyeur de la souveraineté des Etats-Nations et du peuple citoyen.

 

Le PCF est devenu européiste et fédéraste et Jean-Luc Mélenchon a toujours été favorable à l'UE, l'euro. Si en 2005, lors du referendum sur le Traité Constitutionnel Européen, il avait imaginé une possibilité de nouvelle perspective hors de l'UE et bien il la vite abandonnée et la vite oubliée ! N'a-t-on pas vue, lors du débat sur BFM-TV, le 14 février dernier, le Co-Président du PG défendre l'UE, l'euro contre une Marine LePen qui elle, relevait les consèquences dramatiques des politiques européennes et de l'euro sur les peuples et sur les acquis sociaux ! Ce fût un débat à front renverser ! Le Mélenchon révolutionnaire de 2011, candidat à la Présidentielle et beaucoup plus modéré, timoré sur les questions européennes que le Mélenchon, républicain socialiste, membre du PS de 2005 qui s'opposait au TCE ! Comme quoi quitter le PS et évoluer vers l'extrême gauche n'est pas gage de radicalité, de fermeté, de cohérence ! Le verbe haut et dur et le programme mou s'exprime ici sur les questions européennes ! Le retour du Guy Mollet !

 

 

 Guy Mollet (1905-1975), militant socialiste et résistant. Ancien Secrétaire Général de la SFIO (1946-1969) et ancien Président du Conseil (1956-1957).

 

 

Dans les prochaines je continuerai la suite de mon analyse point de vue sur le Programme Populaire Partagé. J'aborderai notamment les questions qui touchent aux institutions, à l'école, à la république....

 

Fin de la première partie.

 

Salut et Fraternité.

 

D-P.

 

(*)  http://www.pcf.fr/sites/default/files/prog_pop_partage_0.pdf

Repost 0
11 juin 2011 6 11 /06 /juin /2011 13:08

 

Par Darthé-Payan

 

La Fermeture envisagée de sites PSA d'Aulnay-Sous-Bois et de Sevelnord va se solder par la perte de 6200 emplois et la disparition claire de l'industrie automobile française.

 

C'est un "assassinat" industriel et social !

 

 

  Il serait temps de poser la question de la Nationalisation du Groupe PSA et de la Renationalisation du Groupe Renault ! Non ?

 

L'industrie automobile fait partie du patrimoine économique et industriel national !

  

Il doit être mis un terme aux agissements de certains intérêts privés et capitalistes qui outre la saignée qu'ils effectuent sur l'emploi industriel, dilapident les fleurons économiques nationaux.

 

Après la montée au créneau du Premier Ministre François Fillon, la direction de PSA essaie de désamorcer la "bombe" politique, économique et sociale que seraitla fermeture de deux sîtes de production du groupe et les grosses "charrettes" de licenciements qui ne manqueraient pas d'accompagner la liquidation des deux entités productives. SI le groupe PSA, par la voix de Philippe Varin a cherché à rassurer à la fois politiques locaux, Gouvernement et salariés, en disant que les fermetures des sîtes ne sont pas d'actualités(sic) , il n'en reste pas moins et même si Eric Besson - le Ministre de l'Industrie - se dit rassuré, il n'empêche que  les projets de fermeture, donc de licenciements, d'externalisation et de délocalisation des unités de production,  concernant les deux sîtes,  sont bien à l'étude à la direction du groupe PSA et ne manqueront pas de réapparaître dans les années à venir notamment après les présidentielles et législatives de l'an prochain !

 

Je voudrais rappeler ici "l'affaire" de la fermeture des usines Renault Vilvoorde annonçéé en 1996 par la direction de l'entreprise puis reportée. Cette fermeture aura bien  lieu en 1997 et ceci malgré les attermoiements passagers des dirigeants de Renault de l'époque et les promesses électorales de Lionel Jospin et de la Gauche plurielle (PS-PCF-MDC-MRG-VERTS) lors de la campagne des élections législatives anticipées qui verra la victoire électorale de la Gauche plurielle et l'arrivée de Lionel Jospin comme Premier Ministre. Une fois arrivée en "son palais" pardon "son hôtel" - l'Hôtel Matignon - et bien, le nouveau locataire - cohabitant chaque mercredi matin avec le locataire du Palais de L'Elysée, Jacques Chirac - annoncera la fin de Renault Vivoorde et aussi l'acceptation du Traité d'Amsterdam. Ce traité qui annoncera ceux de Nice, du TCE et celui de Lisbonne ! Puis quelque mois plus tard, dans une émission de Télévision qui annonçait d'importantes suppressions d'emplois dans le groupe Michelin, on apprendra  par la voie de Lionel Jospin, que l'Etat ne pouvait plus tout faire ! Bref, la gauche capitulait !

 

Sachant que le pouvoir politique n'a plus de réels pouvoirs face aux puissances économiques et aux praticiens de la finance et que la France, Etat-Nation,  abandonne, chaque jour un peu plus,  sa souveraineté nationale au profit (et à la grande satisfaction) de l'Union Européenne et du libre échange et bien on ne peut qu'être inquiet pour l'avenir des deux sîtes de PSA comme de l'Industrie nationale en générale et l'industrie automobile en particulier.

 

 

 Si on se donne la peine de lire les quelques lignes consacrées aux questions économiques industrielles dans les rares programmes politiques des partis de gauche comme de droite d'ailleurs, on se rend vite compte que la politique économique industielle n'est point abordée ou alors abordée pour ce qui est de la Gauche en général et pour ce qui est de la Gauche "radicale" en particulier que sous l'angle et la vision déformés et obscurantistes de l'idéologie écologiste de la pensée dominante a-production !  Il serait temps donc de définir un véritable projet industriel productif de souveraineté nationale et de développement économique et social créateur d'emplois, de richesses et de conquête et de reconquête de marchés et en tout premier de  notre marché national, de notre marché intérieur ! Le retour à une politique économique et industrielle volontariste doit venir au centre des projets politiques et des politiques gouvernementales. L'avenir de notre pays, de son économie, de son industrie, de ses emplois et de leur protection ainsi qu'une politique collective de solidarité et de revenus ne seront possibles qu'à ce prix, qu'à cet effort politique et citoyen. L'ardente obligation du plan doit redevenir le paradigme d'une nouvelle politique économique industrielle volontariste, productive et protectionniste !

 

Il serait temps aussi de mettre en perspectives la reconquête de la pleine souveraineté pour notre pays sur sa monnaie, son économie, ses banques, son budget, sa législation et ses institutions. Cette reconquête annonciatrice de nouvelle puissance indépendante, souveraine et aussi conquérante d'espaces de liberté et de rayonnement passe par la sortie de la France de l'Union Européenne (sortie de tous les traités après les avoir dénoncés y compris le Traité de Rome qui fut en 1957 le congrès fondateur du Marché Commun), de la BCE, de l'Euro, du GMT d'une part et la sortie de la France de l'OTAN, de l'OMC et du FMI d'autre part.

 

En tant que Républicain, Socialiste, Jacobin et Citoyen Souverain, je demande au gouvernement, aux partis de Gauche comme de droite, de procéder par la loi, au plein retour à la nation républicaine, des groupes PSA et Renault ! L'Etat-Nation doit retirer tous pouvoirs aux actionnaires, aux accapareurs, aux spéculateurs, aux fonds anonymes, aux managers qui n'ont que les yeux fixés sur les coûts et ne pensent que par baisse des coûts et ajustements comptables et financiers. Ces adeptes ne voient que dans l'emploi, le salarié et la masse salariale que des  variantes d'ajustement, de licenciement, d'externalisation, de délocalisation. Il faut que cela cesse !

 

Le politique comme le citoyen doit se réapproprier l'économie et les marchés. Véto politique, parlementaire et citoyen sur toute délocalisation, fermeture et suppression d'emploi dans les usines des groupes automobiles français. Les pouvoirs publics doivent aussi réclamer le remboursement des prêts alloués notamment durant la crise de 2008-2009 et aussi si nécessaire, si l'intérêt général le justifie, exproprier sans indemnisation les détenteurs des capitaux des groupes automobiles français. 

 

 

 Un retour à l'idéal républicain, d'indépendance, de souveraineté, de puissance productive, d'émancipation  et de justice sociale du programme du  CNR est de plus en plus nécessaire pour engager un sursaut républicain de Salut public !

 

 

 

Dans l'industrie automobile, là aussi, un sursaut républicain de Salut public doit se faire jour !

 

A nous citoyens d'exiger la nationalisation !

 

 

 En France, la République, la collectivité nationale, l'intérêt général doivent avoir le dernier mot !

 

Salut et Fraternité.

 

D-P.

 

Repost 0
4 juin 2011 6 04 /06 /juin /2011 13:45

Darthé-Payan

 

A Gauche, les choses remuent ne faisant que des petits clapotis. Il est vrai que le monde médiatique et politique est tout occupé à regarder, à observer, à disserter sur l'immense cloaque du sordide qui tourne en boucle sur les chaînes d'infos... Je n'en dis pas plus... Ce n'est pas l'objet de ce billet.

 

Je ne vous parlerai pas plus, ici,  du concombre espagnol tueur et de l'arme du crime : la bactérie. Je me suis même demandé, l'autre jour en faisant mon marché, si avant d'acheter le fameux cucurbitacé,  je ne devrais pas lui réclamer un extrait de casier judiciaire (on sait jamais, je pourrais avoir à faire à un tueur en série...). Mais le concombre accusé fut vite innocenté peut-être parce qu'il n'était pas candidat à la présidentielle ? !

 

 

  Je vous parlerai donc, ici,  du futur sacre de Jean-Luc Mélenchon comme candidat au titre du Front de Gauche pour l'élection présidentielle de 2012.

 

 

Faux suspens !

 

Le choix des Communistes en faveur de Jean-Luc Mélenchon est un secret de polichinelle ! Que la conférence nationale du PCF qui se tient ce week-end et puis ensuite le vote des militants dans une quinzaine de jours donnent gagnant Mélenchon il n'y aura rien de surprenant. C'est le contraire qui le serait !


Le fait que le PCF s'est résolu à soutenir Jean-Luc Mélenchon et donc ne pas avoir de candidat n'est pas innocent ! La survie du parti est prise en compte par les dirigeants du PCF. Si les comités locaux ont intérêt à ce que se soit Mélenchon et bien peut-importe, ils le soutiendront (peut-être comme la corde soutient le pendu) mais ils le soutiendront !

Les 1 et quelques % de Marie-George Buffet de 2007 sont semble-t-il dans toutes les mémoires ! Jean-Luc Mélenchon joue gros lui aussi. S'il fait un score autour des 5 % et bien, il pourra glosser et affirmer sur les plateaux télé que par rapport au score de Marie-George Buffet c'est un immense progrès ! D'ailleurs le Camarade Mélenchon et la direction du PG n'ont-ils pas glossé sur le mirobolant score du Front de Gauche aux cantonales alors que le PCF était beaucoup plus mesuré, humble ?

 

 

 

Si Mélenchon fait un mauvais score, le PS va être intraitable avec lui !


Jean-Luc Mélenchon joue gros ! S'il fait un score décevant entre 2 et 5 %, cela va être dur, très dur, pour lui et ses amis ! Les socialistes ne lui feront pas de cadeau (que Méluche se rappelle de la déroute de ses candidats PGistes (dont la plupart étaient des proches voire des très proches du Président du PG)  dans son fief de l'Essonne (candidats sortants) battus largement par les candidats du PS au premier tour comme au second d'ailleurs ! JLM cherche une circonscription législative pour se présenter mais, plus il attaquera le candidat socialiste et si son score était très décevant (ce qu'il y a de forte chance que cela arrive vu l'absence de projet, de dynamique, de cohérence !) et bien Jean-Luc Mélenchon et le PG le payeront chers. Jean-Luc Mélenchon n'aura pas de circonscription ! En 2002, Hollande et Delanoe se sont apposés à sa venue, comme candidat aux Législatives, dans le 12ème arrondissement. Méluche devrait s'en rappeler ! Le PS sera intraitable et Mélenchon et le PG se retrouveront à nu car le PCF choisira la voie (et les voix) de sa survie en faisant alliance avec le PS !

Les socialistes privillègerons l'alliance avec EE-LV et sera plus ferme contre le Front de Gauche et donc au final il y aura des miettes pour le PG ! Le PCF serait bien avisé de s'en inquiéter !

Les camarades communistes comme PGistes et bien devraient se souvenir d'une parole pas dite en l'air par Mélenchon lors de la création du PG en novembre 2008 ! Mélenchon disait alors :"Je crée un parti pas une assurance vie !" Donc à bon entendeur ...

 

 

Un programme du Front de Gauche  compatible avec celui du PS parce que eurocompatible !

  Sur le programme populaire partagé, c'est l'encéphalogramme un peu platounet ! Non ? Le programme commun a minima qui ferait passer celui du PS des années 80 comme d'extrême gauche et le programme commun de la gauche celui de 1972, d'ultra gauche ! Les échos et les quelques éléments que j'aie font que le programme du Front de Gauche est compatible avec celui du PS - Eurocompatible dirais-je ! Il ne vise que les classes moyennes urbaines et péri-urbaines et les fondements sont le sociétal, l'écologie (avec mis en sommeil des divergences sur le nucléaire, sur les équipements aéroportuaires, etc...) ! Bref, ce programme social libéral et européiste "ne casse pas quatre pattes à un canard" ! Certes, Mélenchon continuera à faire son "Guy Mollet" gauchiste c'est à dire verbe dur et programme mou mais vu le manque de cohérence de l'attelage du front de Gauche, l'absence de programme concret, chiffré, partagé par le plus grand nombre, l'absence de troupes,  l'absence totale de sursaut républicain dans la démarche et la candidature de Jean-Luc Mélenchon et bien, les citoyens risquent de le bouder et de préférer le candidat socialiste fut-il plus libéral et européiste que Mélenchon mais beaucoup plus capable de rassembler la gauche et de battre Sarkozy ! Les électeurs de gauche iront vers le vote utile ! Cela j'en suis persuadé !

 

 

 

 

La candidature de Mélenchon... Une candidature de plus et rien d'autre !

Je  pense que la candidature de JLM est une candidature de plus à gauche, et surtout une de plus à l'extrême gauche mais n'apportera nullement le sursaut républicain espéré et souhaité. De voir, JLM pérorer "révolution citoyenne" ou "qu'ils s'en aillent tous" ou encore ses diatribes contre les oligarchies, à tout instant et à tout propos et voir le même Mélenchon défendre la présence de la France dans l'UE, dans l'euro et aussi ne prônant aucune réelle rupture avec le capitalisme ni ne voulant une réelle refondation républicaine, jacobine et laïque du pays montre que le candidat du Front de Gauche n'est que dans la posture et l'aventure personnelle !

 



 

 

Pour terminer, je résumerai ironiquement ce qui se passe à gauche ces derniers temps par un court propos :

 

 



"La Gauche s'ébroue ! La République et le peuple attendront !

 La gauche s'ébroue ! La Conférence nationale du PCF de ce week-end, va adouber Jean-Luc Mélenchon et le fera candidat du rabougris Front de Gauche à la Présidentielle ! Il y a quelques jours, les socialistes ont voté à l'unanimité leur programme libéral et européiste mais vont déclencherr la guerre de(s) Trois ! Les écolos, qui sont en plein congrès à la Rochelle, sont entre psychodramme ridicule et puérilité pleurnicharde jouant la grand-messe de la "Sainte Eglise" sans orgue harmonique !

Bref, la gauche s'ébroue ! Le peuple, la nation et la république risquent de n'y trouver aucun signe d'espoir, de sursaut républicain de salut public ! Pour cette gauche "radicale" ou "domestiquée", la République et les citoyens peuvent attendre !"

Salut et Fraternité.

 

 

D-P.



 

Repost 0
29 mai 2011 7 29 /05 /mai /2011 13:56

 

 6 ans après  le non au referendum sur le TCE et bien les dirigeants politiques partisans du non sont soit à l'agonie, soit sont devenus des partisans du Traité de Lisbonne, soit encore se sont reconvertis dans le commercial et essaient de nous faire croire (et de nous vendre) que la Révolution citoyenne arrive et passe par le camping urbain tout en refusant de quitter l'UE, l'euro, le traité de Maastricht et de Rome ! Les responsables politiques du non à gauche notamment ont tué l'espoir, l'alternative et l'idée même de souveraineté nationale et populaire en niant l'Etat-Nation souveraine. Bref, ils fêteront aujourd'hui, 29 mai, l'anniversaire mais oublieront vite le pourquoi de cette victoire populaire ! Aucun ne veux franchir le Rubicon et mettre en perspective la sortie de notre pays de l'UE, de l'euro afin que notre pays, notre république, État-nation, reconquiert sa pleine et entière souveraineté nationale, populaire, politique, monétaire, budgétaire, législative, financière et économique.

 

 

 

 

Dans leur tête, c'est un peu : "on fête puis on oublie !".

 

 

A l'heure où la Commission de Bruxelles impose son diktat aux États de l'Union après s'être approprier les budgets de ces nations (Tutelle) et face à la crise d'endettement et de gestion malthusienne de l'économie et des finances publiques, puis des mauvais choix économiques effectués par les gouvernements de certains pays (Grèce, Espagne, etc..), par des comportements irréfléchis de leur peuple au prime le consommateur plutôt que le producteur, elle impose de graver dans les constitutions des ses États membres l'équilibre budgétaire et participe aux cures d'austérité qui frappe les peuples Grec, Portugais, Espagnol, Irlandais, demain celui de la Belgique. Les remèdes des "bons docteurs" du FMI sont prescrits en complément de la cure de cette austérité qui n'est que de l'économie de guerre avec son lot de rationnement des dépenses, des investissements, de la production, de la consommation, des salaires, des acquis sociaux, de l'emploi, de la solidarité et des services publics.

 

 

Les partisans du Non à Gauche organisent la défaite idéologique et aussi passent par pertes et profits la République et l'Etat-Nation souveraines.

 

 

Que font nos anciens partisans du non notamment ceux de gauche ? Et bien, ils se trouvent en retrait par rapport à 2005 et ne pronnent au mieux de se retirer du Traité de Lisbonne (PG) ou de ne pas appliquer certains articles (PCF) ou encore souhaite encore plus d'Europe fédérale et supranationale comme le NPA. Tous réclament une Europe plus démocratique, plus sociale, plus écologiste. Ils passent tous par pertes et profits la souveraineté et l'indépendance nationale et populaire comme monétaire. Aucun ne demande le retrait de notre pays de l'euro ! Ils pronnent la "révolution citoyenne" ou la souveraineté populaire mais refusent la souveraineté et l'indépendance de notre pays républicain qui est un État-Nation.

 

Consciemment ou inconsciemment, ils organisent la défaite idéologique et politique du sursaut républicain et souverain du 29 mai 2005. Il n'a fallu que trois ans pour que le TCE reviennent dans l'actualité sous la forme légèrement modifiée du Traité de Lisbonne. Déjà, les combattants s'étaient dispersés, présidentielles de 2007 et querelles d'ambitions, d'égos et de chapelles aidant, la gauche du non ne tiendra pas son rang. Le Traité de Lisbonne viendra au parlement est sera voté grâce au PS, l'UMP, le MODEM et quelques Verts. L'UE ne cessera pas depuis d'imposer son orientation libérale, contre révolutionnaire et contre républicaine, cherchant à tout prix la défaite et la destruction de l'Etat-Nation souverain !

 

 

 

N'a-t-on pas entendu, Jean-Luc Mélenchon, le leader du PG, candidat à la présidentielle, défendre bec et ongles l'euro et l'UE dans un débat qui l'opposait, le 12 février dernier sur l'antenne de RMC/BFM TV(1), à Marine Lepen, Présidente du FN et candidate elle aussi à la présidentielle ?! Le candidat du Front de Gauche ne franchit jamais le Rubicon, préférant parler de SMIC européen, ou de démocratisation et de modification des statuts de la BCE. Il ne se rend même pas compte que pour que notre pays s'en sorte, il faut qu'il reconquiert sa pleine et entière souveraineté et donc sorte de l'UE, de l'euro, de la BCE et du GMT comme il doit sortir de l'OTAN, du FMI et de l'OMC.

 

 

La "Révolution citoyenne" comme slogan et surtout comme projet creux !

 

 

Le Parti de Gauche de Jean-Luc Mélenchon et maintenant le Front de Gauche se sont faits les champions de la "Révolution Citoyenne". Elle est vue partout (Amérique latine, puis dans les pays Arabes (Tunisie, Égypte,...) puis maintenant en Espagne avec les quelques milliers "d'Indignados"qui occupent les places des villes par un camping urbain dans le plus pur style soixante-huitard puéril et bobo ! On découvre alors que la "Révolution citoyenne" c'est un nouveau Club Méd et que les leaders politiques prônant la "révolution citoyenne" sont devenus des GO (Gentils Organisateurs) de colonie de vacances !

 

Nous insistons pour dire que pour que la "Révolution citoyenne" et la souveraineté populaire soient possibles puis effectives, viables, pérennes, partagée par le plus grand nombre et bien, notre pays doit rompre avec l'UE et l'Euro mais aussi tous les traités européens y compris avec le Traité de Rome et aussi rompre avec le système capitaliste transnational, le libre échange et la république décentralisée, atomisée et communautarisée qui est à l’œuvre depuis 40 ans ! Il doit engager la reconquête de sa souveraineté politique, nationale, populaire sur l'économie, la monnaie, les marchés en précédant à l'appropriation collective et sociale de l'économie, de la finance et organiser la fermeture de la bourse !

 

A l'heure où l'idée de Révolution et de souveraineté populaire est galvaudée par certains partis et dirigeants, tels que Jean-Luc Mélenchon qui font du camping urbain(2), de la lutte contre les oligarchies (mode très à la mode et très politiquement correct) et du slogan gauchard puéril,l'alpha et l'oméga de leurs projets politiques opportunistes et bien, il est temps, grand temps qu'un sursaut républicain de salut public et de souveraineté se fasse jour ! Pendant que certains s’amusent avec la "Révolution" et le camping urbain comme défouloir et posture, Sarkozy continue le laminage de la France comme République et comme État-Nation puissance économique indépendante. Un grand bénéficiaire de cette situation : le Front National et sa candidate Marine Lepen et un fort socle d'abstention dans le corps électoral !

 

 

Un sursaut républicain de Salut public est-il possible ?

 

 

Certain s s'y essaient comme nos amis de Voltaire République et du Cercle du 29 mai(3) ou de Socialisme et Souveraineté (4). D'autres initiatives sont à saluer, à soutenir et à promouvoir telles que celles du retrait de la France de l'Euro proposé par Debout la République et Nicolas Dupont-Aignan (5) ou encore celle de refus des licenciements en liaison avec une sortie de la France de l'UE que formule le POI(6). Le Blog de Darthé-payan et les initiateurs du Manifeste Jacobin Pour la République et le Socialisme(7) participeront (et proposeront) à toutes initiatives pour promouvoir une mise en perspectives de sortie de la France de l'UE et de l'euro et pour des convergences entre républicains pour un salut public. Le blog de Darthé-Payan a maintes et maintes fois appelé à des convergences pour une alternative républicaine de salut public autour notamment de la reconquête de la souveraineté nationale et populaire et par la sortie de notre pays de l'UE et de l'euro. Espérons que des convergences fécondes s'organisent dans les prochains mois même si la campagne de la présidentielle risque de fausser, de limiter et superficialiser le débat et les enjeux. L'actualité y compris la plus sordide nous le démontre amplement !

 

 

Nous, Républicains, Socialistes et Jacobins gardons l'espoir d'un sursaut politique, populaire et citoyen permette ces convergences républicaines de salut public ! La République nous appelle...

 

La République française est invincible comme la raison; elle est immortelle comme la vérité. Quand la liberté a fait une conquête telle que la France, nulle puissance humaine ne peut l'en chasser.


 

Vive la République ! Vive la France !

 

Salut et Fraternité.

 

Par Sonia Bastille, Flora Del Campos, Fabien Darthé-Payan, Gilles Fabre, Jacques Fromentin, Olivier Lecoeur, Marie Perrone et Stéphane Thilliaz. (Tous Républicains socialistes et Jacobins.)

 

 

__________________________________________________________________

 

(1)

http://www.bfmtv.com/video-infos-actualite/detail/debat-jean-luc-melenchon-marine-le-pen-927898/

(2)

http://www.lepartidegauche.fr/

http://www.reelledemocratie.fr/

(3)

http://www.cercledu29mai2005.eu/

(4)

http://www.socialisme-et-souverainete.fr/

(5)

http://blog.nicolasdupontaignan.fr/post/Sortie-ordonn%C3%A9e-de-l%E2%80%99euro-%3A-la-derni%C3%A8re-chance-a-sonn%C3%A9-%21

(6)

http://www.parti-ouvrier-independant.com/spip/spip.php?article295

(7)

http://manifeste-jacobin.blogvie.com/files/2010/08/manifeste-jacobin.pdf

 

  

 

 

 

 

 

 

 "La République Française est invincible comme la raison ; elle est immortelle comme la vérité. Quand la liberté a fait une conquête telle que la France, nulle puissance humaine ne peut l'en chasser !" Robepierre au Comité de Salut Public.

 

 

Repost 0
23 mai 2011 1 23 /05 /mai /2011 14:45

Par Darthé-Payan

 

Les résultats des élections locales espagnoles(1) montrent que les manifestants ne sont que le haut des classes moyennes et la petite bourgeoisie urbaine ou péri-urbainne et qu'ils ne représentent rien électoralement ni même politiquement ! L'abstention n'a pas augmenté ! Le PSOE a pris sa veste comme annoncée. La droite "populaire" l'emporte clairement en gagnant quelques points. Les nationalistes (régionalistes) sont de retour avec  leurs pires penchants anti-état-nation espagnol. La Commission de Bruxelles en sera enchantée, elle, qui favorise l'Europe des régions et des communautés en vue du Grand Marché Transatlantique. La Gauche radicale (IU) progresse très légérement !  bref pas de révolution à l'horizon !

 

 

 

 

 

A l'avenir, chaque responsable politique doit faire preuve de réflexion et de mesure lorsqu'il y a un mouvement social ou populaire, ici ou là. Eviter de s'emporter sur des mouvements qui n'ont rien de révolutionnaire, ni d'enracinement populaire ! Annoncer, ici ou là, une révolution citoyenne qui aurait franchie la Méditerranée pour venir s'imposer en Espagne et demain franchir les Pyrénées pour conquérir la France est un peu léger et surtout basé sur rien de réel et d'actuel ni de possible dans un futur proche. La déconvenue risque d'être au bout de telles positions ou propos dits qui ne sont et ne seraient jamais vérifiés, validés par les faits, ni politiquement, ni électoralement, ni socialement !

 

 

 

 

 

 Le mouvement social en Espagne est un mouvement classes moyennes urbaines(2) (c'est de l'urbi et rien d'autre !) qui n'entraîne pas les classes populaires, les ouvriers, les paysans,et n'est annonciateur en rien d'une révolution.

 

 L'avertissement est clair ! Calmons-nous avec les grands mots et les slogans !

 

 Je pense que le militant politique  doit être optimiste mais aussi réaliste et concrètement partir du rapport de force et des possibilités de dégagement d'un débouché politique électoral, révolutionnaire à un mouvement social. En Espagne, il y a un mouvement social urbain fait par des classes moyennes et bourgeoises urbaines et péri-urbaines et qui est contre  les politiques d'austérité et de démantèlement des acquis sociaux, des services publics, une baisse des salaires, etc..., que mène le gouvernement socialiste Zapatero avec l'aval et le soutien de la Commission de Bruxelles avec le FMI prêt à administrer, si nécessaire, ses remèdes de cheval au cas où le malade ne pourrait pas être assez purgé.

 

 Le mouvement (ces classes moyennes et bourgeoises urbaines et péri-urbaines)  est contre cette politique d'austérité mais n'est nullement pour ou pro "révolution" ou pro ou pour "socialisme" ! La droite "Parti Populaire" a remporté cette élection largement !  Donc, point de révolution et de socialisme à l'horizon ! En Grèce, malgré les premiers effets désastreux de la cure d'austérité, les citoyens de ce pays donnèrent leurs voix au PASOK, le parti  au pouvoir qui administre cette cure d'austérité ! Les mouvemens sociaux en Grèce furent nombreux et encore ces jours-ci et pourtant c'est le maintien du la cure d'austérité social-libérale et européiste encore plus dure ! En Espagne, le peuple choisit  majoritairement la droite (libérale, et européiste) !

 

Il ne suffit pas de dire que c'est "Révolution" pour que cela soit  vrai et qu'elle soit en marche ! Pas plus en Espagne, qu'en Grèce ou qu'en France ! 

 

 Ne galvaudons pas le mot et l'idée de Révolution ! La Révolution comme effet de mode est tout sauf un processus politique, social, institutionnel, populaire réel et concret ! C'est un produit de mode ! Des centristes révolutionnaires cela existe et oui ! Annoncer comme le fait le Co-Président du PG, Jean-Luc Mélenchon, sur les plateaux Télé ou sur son blog, la Révolution citoyenne en Espagne, sans que cela soit étayé par des faits politiques, institutionnels, sociaux ou électoraux profonds et durables n'est que la  preuve de l'effet de mode à but électoral ou de la boite à slogans qui ne servent qu'à une posture que l'on veut se donner ! Les faits, ce dimanche, en Espagne ont démenti l'effet de mode et la boite à slogans ! La Révolution n'est pas à l'ordre du jour !

 

Les grands gagnants du scrutin local Espagnol sont la réaction européiste et fédéraste et la cure d'austérité !

 

 

Rappelons-nous que lors du mouvement contre la réforme des retraites certains politiques de la gauche radicale notamment du PG parlaient de révolution citoyenne en France ! Et bien, on a vu la suite : Les syndicats capituleront, Sarkozy fera passer sa réforme et le PS vainqueur aux cantonales !

 

Vous aves dit Révolution ? !

 

Salut et Fraternité.

 

D-P.

 

_________________________

 

(1)

http://www.elpais.com/global/

 

(1)

http://www.lexpress.fr/actualites/2/actualite/le-parti-au-pouvoir-sanctionne-dans-les-urnes-en-espagne_995472.html

(1)

http://www.rfi.fr/europe/20110522-elections-municipales-revers-precedent-le-parti-socialiste-espagnole


(2)

Ces catégories de la population qui ont été les grandes gagnantes de l'entrée de l'Espagne dans le Marché Commun en 1986 puis des effets d'aubaine des bulles spéculatives autour du marché de la construction et du grand bazar des services (location, complexes touristiquees, banques, etc...) qui débuta avec les Jeux Olympiques d'Eté de Barcelone en 1992  et bien, ses classes moyennes et bourgeoises se rebiffent !

 

Repost 0
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 14:33

 

 

Par Darthé-Payan

 

Militants politiques : pratiquons un peu l'art de la musique et  posons-nous  des questions !

 

La musique est l'art consistant à arranger et à ordonner sons et silences au cours du temps ! 

 

Le militant politique que je suis à décider d'adapter l'art de la musique à la politique...

 

 

 En ces temps de déferlement médiatique mondial, du sordide en boucle et bien, il faudrait un long silence, une pause que devraient nous imposer la décence, la mesure et le respect de la dignité des gens. 

 

 La dictature de la société du spectacle médiatico-politique ne supporte pas les soupirs, les pauses, les silences ! Rien ne doit interrompre les infos, les images, le buzz et aussi la course à l'audience et à la récolte des profits publicitaires ! Le journaliste, le responsable politique et maintenant le militant politique y participent !

 

 

 

Quel est le rôle du militant politique, regarder en boucle, jusqu'à ne plus pouvoir en avaler pour pouvoir ensuite commenter l'immédiate info et l'immédiate photo ;  de la plus superficielle à la plus sordide ?

 

 

A l'heure où responsables politiques et médiatiques se posent des questions (de manière hypocrite et surtout de manière "société du spectacle"), le temps du militant politique qui prend du recul, de la hauteur,  n'est-il pas arrivé ? Allons-nous nous aussi nous poser des questions  ? Faire une pause, un silence pour réfléchir ?

 

 

L'art de la musique peut nous y aider...

 

Salut et Fraternité

 

D-P.

 

D-P.

Repost 0
15 mai 2011 7 15 /05 /mai /2011 14:04

 Des faits graves sont reprochés à un adversaire politique...

 

 Non ce n'est pas un bon dimanche ! On ne peut se réjouir, si les faits graves sont exacts, du désastre d'abord personnel, familial qui touche un adversaire politique !

 

Nous devons toujours combattre nos adversaires politiquement et idéologiquement et non pas faire réjouissance de ce qui les accable à tel ou tel moment de leur vie. Tous ceux qui viennent consulter ce blog savent que notre projet  politique républicain, socialiste et jacobin est à l'opposé de celui de Dominique Strauss-Kahn. DSK fait partie de nos adversaires politiques. Ceci dit : nous devons être prudents et respectueux de la présomption d'innocence. Nous pensons, à l'instant où nous rédigeons cet article, à la fois, à cette employée qui serait victime et aussi à DSk et à ses proches. Certains propos de grande joie et de grande réjouissance parce qu'un adversaire est à terre nous gênent et nous choquent !

 

Les médias vont tourner l'info en boucle et le buzz maximum se fera telle est la société du spectacle médiatico-politique dominante et de notre consommation de tout et de rien y compris dans la politique. Les idées, les valeurs, les principes, la vertu, les projets, l'homme politique, le citoyen,  la république sont de plus en plus réduits au minimum. Seul compte l'image, la contre image, le buzz et les faits les plus tordus ou nauséeux !

 

Nous ne nous plaçons pas dans une logique de justice militante et politique qui viendrait à la suite d'une justice médiatique qui n'est fait que de  lynchage et d'arbitraire !

 

Nous, Jacobins, nous souhaitions faire ce commentaire. Les faits reprochés à DSK sont graves et accablent la personne et ses proches. Il doit bénéficier de la présomption d'innocence. Laissons faire la police et la justice.  On n'est pas obligé de se réjouir des malheurs, des fautes, des accablements, des faits graves de nos adversaires politiques. On n'est pas obligé d'en rajouter ! Notre combat ne se fera pas sur une telle "affaire".

 

Nous mettons ci-après le commentaire de Jean-Luc Mélenchon au sujet de l'arrestation de DSK. Ce commentaire est  rapporté par l'AFP.

 

J'espère que nombreux s'en inspireront et que chacun gardera de la décence, de la mesure et que l'on respectera la présomption d'innocence et surtout que l'on combattra DSK sur le plan des idées, des projets et non pas sur les accablements qui le touchent !

 

Salut et Fraternité.

 

Par Sonia Bastille, Flora Del Campos, Fabien Darthé-Payan, Gilles Fabre, Jacques Fromentin, Olivier Lecoeur, Marie Perrone et Stéphane Thilliaz. (Tous Républicains socialistes et Jacobins.)

 

 

 

 

__________________________

 

Commentaire de Jean-Luc Mélenchon à l'AFP

 

"Jean-Luc Mélenchon s'est dit "consterné" et a appelé "à la retenue", dans une déclaration à l'AFP. "Je souhaite que ce soit faux car le viol est un crime. Il y aurait alors une victime", a-t-il poursuivi, estimant que "c'est déjà assez de l'humiliation que cette information provoque parmi les siens". "J'appelle à la retenue. Ne jugeons pas avant de savoir", a-t-il conclu."

 

 

____________________________________

 

 

 

 

 

Repost 0
10 mai 2011 2 10 /05 /mai /2011 19:38

 

Par Darthé-Payan

 

France Socialiste... puisque tu existes ! Ici et Maintenant ! Doux rêve... puis vint 1983 et le maintient du Franc dans le SME et le tournant européiste et de la rigueur. Vous savez la parenthèse jamais refermée ! Ces choix furent lourds de conséquences et surtout le choix européen et européiste nous le payons encore et toujours au prix fort !

  

 

1981 c'est certes les lois sociales (retraite à 60 ans, 5ème semaine de congés payés, 39 heures, lois Auroux, etc...) et les nationalisations mais 1981 c'est aussi après quelques menées sectorielles (Pierre Dreyfus 1981-1982) ou de politique industrielle volontariste (JP Chevènement 1982-1983), l'abandon de toute politique économique industrielle et agricole volontariste. Puis l'abandon de toute politique industrielle et agricole. Le plan n'est que coquille vide. Le choix de rester dans le SME en 1983 met fin au "socialisme à la Française" car la France par ce choix lourd de conséquences met un terme à sa souveraineté pleine et entière. Après c'est l'acte unique signé par Mitterrand, Fabius et Beregovoy avec Delors à la Commission qui n'est que pure formalité ! La pente est prise et se succède, le marché unique, le traité de Maastricht, le traité d'Amsterdam (accepté par Jospin), le traité de Nice, l'instauration de l'euro puis le TCE puis celui de Lisbonne. La boucle sera bouclée en 2015 lors de la mise en place du Grand Marché transatlantique. Le choix de 1983 est très lourd de conséquences et annonce l'abandon consécutif, permanent de souveraineté, le grand marché capitaliste de libre échange de la concurrence libre et non faussée, le coup d'état permanent de la commission, l'aval de l'Europe fédéraste a-républicaine et contre révolutionnaire. Bref, la Gauche et la Droite sont responsables que notre pays ne soit plus grand chose abandonnant sa souveraineté à un monstre technocratique et a-démocratique qu'est la Commission de Bruxelles. Croire que l'on va faire l'Europe sociale et démocratique (constituante européenne, réforme des statuts de la BCE, smic européen, veto ou retrait d'articles sur le traité de Lisbonne comme le proposent le Front de Gauche et Jean-Luc Mélenchon) n'est fait que pour gagner du temps avec au final l'acceptation de l'UE, de l'euro et demain du GMT !

    

Différents aspects de la politique de la gauche au pouvoir durant le premier septennat de François Mitterrand furent un long renoncement ici sur l'abandon du Grand Service Public et Unifié de l'Education Nationale, là sur les politiques éducatives malthusiennes de la pédagogie de l'école destructurée. Enfin par les lois de décentralisation, la gauche remettait en cause l'unité et l'indivisibilité de la République issues de la Grande Révolution française.

 

Un des aspects de 1981, c'est la faible implication et la faible mobilisation du peuple dans la vie politique, civique et sociale. Aucune grève n'accompagne la gauche au pouvoir à l'inverse de 1936. Aucune mobilisation populaire en vue pour sortir le pays de la crise et relancer l'économie par la production comme au lendemain de la Libération.

 

La gauche fut orpheline d'un mouvement social, populaire et citoyen de forte ampleur permettant les transformations, les ruptures, les refondations nécessaires au pays et pour servir l'intérêt général ! Il manqua un esprit jacobin et une volonté de bâtir une France républicaine, socialiste, jacobine et souveraine !

 

 1981 fut un grand espoir mais aussi devint vite une grande désillusion et aussi une défaite idéologique face à la puissance des idées libérales et libertariennes chères aux classes moyennes et à la petite bourgeoisie urbaine et péri-urbaine. La classe ouvrière commença a quitté la gauche pour ne plus jamais y revenir !

 

Salut et Fraternité.

 

D-P.

Repost 0
6 mai 2011 5 06 /05 /mai /2011 16:40

 

 Par Darthé-Payan

 

 

Olivier Besancenot, le porte parole du NPA qui fût candidat pour la LCR en 2002 et 2007 a décidé(*) de ne pas se représenter à la présidentielle de 2012. Le candidat révolutionnaire de la Révolution guévarisme et par la rue a décidé de faire relâche électorale.

 

Un peu de lucidité et de réalisme personnels est à signaler dans le monde politique actuel bien friand de mégalomanie, de nombrilisme, de personnalisation outrancière et d'égo surdimensionné. Si, sur le plan personnel, notre révolutionnaire guévariste et pabliste devient donc lucide et réaliste et décide de se mettre en retrait, il n'en va pas de même des idées et de la stratégie du NPA qui elles atteignent bien souvent un haut degré de perfection dans l'irréalisme, le manichéisme, les propositions déconnectées de la réalité concrète des gens et fardées de tant et tant de dose d'idéologies guévariste, pabliste, anticapitaliste, antitout et aussi contre républicaine teintée fortement d'idéologie anti Etat-Nation.


Le NPA, le parti de la Révolution aura sans doute un autre candidat, moins populaire, moins médiatique que le gentil facteur qui passait fort bien dans la petite lucarne. Le NPA va-t-il proposer un candidat du mouvement social ? Va-t-il présenter un candidat issue des quartiers ?  Va-t-il faire causse commune avec la candidate de Lutte Ouvrière ? Va-t-il s'agglomérer au Front de Gauche et aux Alternatifs de la Fase désireuse de se faire cornaquer par le républicain dérivant gauchiste Mélenchon ? Va-t-il ne présenter ou soutenir aucun candidat - ce qui serait cohérent avec son refus de gouverner et de préférer la Révolution par la rue à l'inverse de celle proposée par les urnes  si chère au nouveau révolutionnaire du moment, le camarade  Mélenchon ?


Tant de questions et si peu de réponse... ! Le suspens va devenir intenable !


La défection électorale du révolutionnaire Besancenot va peut-être bénéficier à son camarade révolutionnaire (la révolution par les urnes) Mélenchon qui lui se fera adouber par les militants du PCF au mois de juin prochain.


Bien qu'aucune fumée blanche soit sortie des cheminées et fenêtres de la Place du Colonel Fabien(**) ni de celle du n°63 de l'Avenue de La République(**) prouvant que le Front de Gauche (PCF-PG) a enfin son programme populaire partagé, un boulevard devrait s'ouvrir à Mélenchon ! L'horizon des candidatures de la révolution s'étant éclairci, le président du PG et candidat du Front de gauche devrait se réjouir de la nouvelle situation. Mais pas trop et pas trop vite quand même car d'une part, il n'y a pas de vases communicants entre le NPA et le FDG et d'autre part, le vote utile en faveur du candidat socialiste jouera à plein ! La raison c'est la menace de l'attractive Marine LePen qui elle, après avoir engendré, semé, récolte les fruits électoraux dans toutes les couches sociales de manière générale mais surtout dans les classes populaires si chères à la gauche mais si souvent trahies, abandonnées, méprisées par cette même gauche préférant les classes moyennes et la petite bourgeoisie urbaine et péri-urbaine !


Mélenchon va chercher à courir après l'électorat du NPA et donc va un peu plus dériver encore vers le gauchisme, le pablisme, l'écolo-libertarisme. Toutes ces idéologies bourgeoises  sont pro européistes, fédérastes et contre républicaines et dénoncent depuis des lustres l'Etat-Nation !


Finalement, je vais regretter le petit facteur ! Dommage qu'il ne veuille pas sonner trois fois...


Salut et Fraternité.

 

Darthé-Payan

 

(*)

http://www.npa2009.org/content/olivier-besancenot-d%C3%A9cide-de-ne-pas-se-pr%C3%A9senter-%C3%A0-l%C3%A9lection-pr%C3%A9sidentielle-de-2012

 

(**)

Place Colonel Fabien est le siège du Parti Communiste Français. Celui du Parti de Gauche de Jean-Luc Mélenchon est situé au 63 de l'avenue de la République à Paris.

 

 

Repost 0
4 mai 2011 3 04 /05 /mai /2011 10:26

Par Darthé-Payan

Jean-Pierre Chevènement, ce matin, sur Europe 1, chez Jean-Pierre Elkabbach, a annoncé sa candidature à l'élection présidentielle de 2012. C'est une très bonne nouvelle. Enfin, il est possible à gauche d'avoir une alternative entre la gauche libertarienne et européiste (PS-EE-LV) et la gauche "radicale" (Front de Gauche, NPA,LO), tout autant européiste  que sa consoeur libérale mais par contre manichéenne et contre républicaine en diable et à forte dose.

 

Le Républicain Jacobin que je suis, aurait préféré qu'il y ait des convergences lancées par Mélenchon, Chevènement et Dupont-Aignan autour d'un sursaut républicain de Salut public. Ce blog y a fait maintes et maintes fois références et à plusieurs reprises a lancé adresses et appels en direction des intéressés. Chacun ira dans son coin à la candidature. Convergente et rassemblée, l'alternative républicaine de Salut public en aurait été que plus forte, plus visible, plus mobilisatrice.

 

Les choses étant ce quelles sont, j'accueille comme je vous l'ai dit au début de mon introduction, la candidature de Jean-Pierre Chevènement comme une bonne nouvelle et j'espère qu'elle permettra de mettre de l'espérance, de la raison, du sursaut républicain dans le débat politique.

 

Je suivrais avec attention et esprit critique la démarche et les propositions du candidat républicain Jean-Pierre Chevènement.

 

Salut et Fraternité.

 

Darthé-Payan

 

 

_____________________________________________

 

 

 

Chevènement sera candidat en 2012

 

 

Par P.R.

 

 

Publié le 4 mai 2011 à 08h56 Mis à jour le 4 mai 2011 à 09h29

 

Jean-Pierre Chevènement a fait sa déclaration de candidature pour 2012 sur Europe 1 mercredi.

 

Jean-Pierre Chevènement a fait sa déclaration de candidature pour 2012 sur Europe 1 mercredi. © Europe 1

 

EXCLU - Le président d'honneur du Mouvement républicain et citoyen veut "faire bouger les lignes".

 

"Je serai candidat" à la présidentielle de 2012, a déclaré Jean-Pierre Chevènement mercredi, sur Europe 1. Le président d'honneur du MRC avait déjà dit qu'il envisageait d'être candidat, mais sans l'affirmer formellement. Le MRC avait adressé fin avril à 600 élus locaux une lettre pour parrainer l’ancien ministre de l’Intérieur dans la perspective de 2012.

 

Son but, "faire bouger les lignes" :





Le sénateur des Territoires de Belfort tient à le préciser, il n'est pas candidat contre le Parti socialiste : "les socialistes auraient tort d'avoir peur, je veux leur bien, je souhaite qu'ils se mettent à la hauteur de la situation", a-t-il affirmé. Il souhaite plutôt s'inscrire contre "la perspective d'Angela Merkel et de Nicolas Sarkozy", selon lui "un plan d'austérité à perpétuité".

Martine Aubry "ne sera pas candidate"

Mais Jean-Pierre Chevènement ne se prive pas pour autant de critiquer Dominique Strauss-Kahn, dont la candidature ne fait pour lui pas l'ombre d'un doute. Il s'en prend donc à la conception économique du patron du FMI, ainsi qu'à "sa vision de l'Europe comme une nation à construire", jugée "irréaliste".Quant à Martine Aubry, l'ex-ministre a confié qu'il "ne pensait pas" qu'elle se présenterait aux primaires socialistes en vue de 2012. "C'est mon intuition, si j'avais reçu une confidence je ne vous le dirais pas", a-t-il ajouté.

La perspective d'un nouveau 21 avril ne lui fait pas peur. "Le 21 avril n’existe que parce qu’il y avait à l’époque un Front national qu’on n’avait pas vu venir", a-t-il affirmé. L'UMP et le PS "devraient s’interroger d’abord sur leur responsabilité" dans la montée du FN, selon l'ex-ministre. Pour lui, "ce qui fonde le droit d’un candidat c’est l’originalité de son message, de son projet".

 

http://www.europe1.fr/Politique/Chevenement-sera-candidat-en-2012-525743/

 

Repost 0

Présentation

  • : Le blog politique de Darthé-Payan le Jacobin
  • Le blog politique de Darthé-Payan le Jacobin
  • : Pour un sursaut Républicain de Salut Public.
  • Contact

Recherche