Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 juin 2011 6 25 /06 /juin /2011 16:36

Par Darthé-Payan

 

 Alors que l'UE est en crise grave, que le peuple grec est frappé par une cure d'austérité sans précédent imposé par l'UE et le FMI, les dirigeants européens annoncent l'entrée de la Croatie dans l'UE !

 

Nous devons nous opposer d'une part, à cette Union Européenne et à cette monnaie unique qu'est l'euro, nouvelles prisons des peuples et fossoyeures de la souveraineté des Etats-Nations et des acquis démocratiques et sociaux et d'autre part, à la reconstitution de la zone d'influence allemande en vue d'un retour à un "saint" empire germanique !

  

Les seuls bénéficiaires de l'entrée de la Croatie dans l'Union Europénne seront d'une part les grandes entreprises qui pourront jouer du dumping social et fiscal et délocaliser leurs unités de production dans un nouveau pays de l'UE et d'autre part, Allemagne qui sera plus que  jamais le puissant européen et qui est le seul état qui reconstitue sa zone d'influence tout en poussant à la ruine des Etats comme la Grèce. Une Grèce épuisée, sous oxygène financier européen et international, dont le patrimoine économique est vendu à la découpe aux Chinois, ne posera plus de problèmes géopolitiques aux desseins allemands d'ouvrir l'Europe à l'Albanie puis à la Turquie !

 

L'affaire n'est pas encore terminée. L'entrée de la Croatie doit être ratifiée par la voie référendaire ou parlementaire en Croatie mais aussi dans les 27 autres Etats membres de l'Union Européenne !

 

Le parlement mais aussi le peuple français doit se prononcer !  Citoyens souverains exigeons un référendum !

 

  La France, notre patrie républicaine, doit s'opposer à cet élargissement et aussi entreprendre la reconquête de sa pleine et entière souveraineté d'Etat-Nation (politique, monétaire, budgétaire, législative,diplomatique, économique, bancaire, culturelle, patrimoniale, etc...) en quittant l'UE, l'euro et le GMT !

  

 Le peuple Français doit aussi se prononcer par référendum sur le maintient ou pas de leur pays dans l'UE et dans l'euro !                       

                                                                                             

                                                                                                                 

  Il serait temps qu'un vent nouveau, républicain, libérateur se lève dans notre pays et que la France redevienne libre, indépendante, souveraine, républicaine, laïque, porteuse des idéaux des Lumières, de la Grande Révolution et de l'esprit de l'universalisme. Un sursaut républicain de Salut public est nécessaire !

 

   

Que la France se libère de ses chaînes européennes et économiques et redeviennent grande puissance ! Puissance républicaine productive et universaliste rayonnant à travers les mers, les terres et les continents !

 

Vive la République ! Vive la France souveraine !

 

Salut et Fraternité.

 

D-P. 

Repost 0
21 juin 2011 2 21 /06 /juin /2011 18:19

Par Darthé-Payan

 

La Confédération Européenne des Syndicats (CES) a remis le "prix de l'Europe sociale"(sic) à Jacques Delors !

 

Et oui le grand copinage des adeptes de l'Europe fédéraste, de la concurrence libre et non faussée vient d'éclater au grand jour !

 

 

 Jacques Delors, qui fût Ministre de l'Economie et des Finances dans les gouvernements Mauroy de 1981 à 1984 et le père de la rigueur salariale et du monétarisme et aussi le chantre en 1983, du maintient du Franc dans le Système monétaire européen (et donc du maintient de la France dans l'Europe fédérale !) ! Jacques Delors qui a été de 1985 à 1994, le Président de la Commission a toujours mis en avant son projet d'effacement des Etats-Nations et d'un système Supranational permettant une liberté totale pour les marchés, les capitaux,  les marchandises, les hommes ! Tour à tour, sous sa présidence, fut signé, l'acte unique, la liberté totale des capitaux, le marché unique, les plans de stabilité,  les directives européennes de démantèlement des services publics par une ouverture des différents secteurs à la concurrence puis le fameux traité de Maastricht avec son organisation et sa monnaie l'euro.

 

L'Europe sociale de Delors c'est celle du chômage, de l'austérité, de la privatisation des services pubics, de la fin des acquis sociaux et de l'état providence, de la mise sous tutelle des Etats-Membres bref, la fin de la souveraineté des Etats-Nations et du peuple citoyen.

 

 L'UE et l'euro ne sont-elle pas les nouvelles prisons des peuples et les fossoyeurs de la souveraineté des Etats-Nations !

 

  

Citoyens, Chers lecteurs, pour ne rien vous cacher, je ne fus point surpris de ce copinage entre politiques et syndicats de salariés mais également le copinage syndical et politique avec  tout le gratin du monde de la finance et des multinationales s'abreuvant aux mêmes sources qu'est le capitalisme transnational et apatride, le libre échange, l'effacement des Etats-Nations et le démantèlement de la République.

 

 

A l'heure où le peuple Grec est touché par un énième plan d'austérité qui sent le rationnement et l'économie de guerre et bien de voir la CES remettre au Sieur Jacques Delord, un prix pour l'Europe sociale montre ce grand copinage qui relie: politiques européistes de droite et de gauche (surtout de gauche !), syndicats de salariés, pontes de la finance, grands capitalistes sans patrie, oligarques de la Commission.

 

 

 

  Tout cela montre la domestication des syndicats de salariés par l'Union Européenne et l'idéologie européiste anti-nation et contre républicaine !

 

Désormais, l'heure est au grand copinage et donc à la domestication !

 

 

C'est vrai que la classe ouvrière est une fois de plus la cocue dans l'histoire ! Cette classe ouvrière abandonnée, trahie et méprisée par la gauche politique et en passe d'être trahie et abandonnée par la "gauche" syndicale ! En Euroland comme en Boboland, l'heure est aux classes moyennes et à la petite bourgeoisie urbaine et péri-urbaine aussi bien en France qu'en Europe ! La gauche politique quelqu'elle soit a fait sa mue, maintenant c'est au tour des syndicats de la faire ! Ce prix à Delors montre la première étape : la domestication ; ensuite viendront les suivantes : l'abandon des ouvriers au profit de la défense des employés aisés, des cadres, de la bourgeoisie urbaine. Bref, remplacerle social et le républicain par le sociétal et l'urbain ! La boucle sera bouclée et le petit peuple ouvrier n'aura plus que ces yeux pour pleurer !

 

 

 

Salut et Fraternité.

 

D.P.

 

 

 

 

P.S. :

 

Au fait qu'en pense la CGT (membre de la CES) et Jean-Luc Mélenchon, le candidat du Front de Gauche de ce grand copinage ? Jean-Luc Mélenchon  a repris l'idée d'un écart de 1 à 20 entre salaires  que mettait en avant la Confédération Européenne des Syndicats. Une fort modeste revendication de l'un et de l'autre quand on sait que les sociaux-libéraux suédois pratiquent un écart entre salaires dans le privé de 1 à 7 !  Un peu mou là notre révolutionnaire français et aussi notre si belle Confédération Européenne des Syndicats qui il est vrai n'a rien de révolutionnaire la preuve avec la remise de ce prix à Jacques Delors, libéral bon teint !

 

 

Repost 0
17 juin 2011 5 17 /06 /juin /2011 23:00
  
Par Darthé-Payan



  En ce 18 juin, comme chaque année depuis la Libération, on commémore l'appel du Général de Gaulle effectué le 18 juin 1940 à Londres sur les ondes de la BBC. J'ai décidé de faire la jonction de cette commémoration historique avec un appel républicain, patriote que je lance pour que notre pays, face à la dictature de l'Union Européenne et de l'euro, engage la reconquête de sa pleine et entière souveraineté en quittant l'Union Européenne et l'euro et en organisant la protection de son territoire et de son économie.
 
 
  Qui osera lancer cet appel républicain, patriotique comme le fit le Général De Gaulle voilà 71 ans permettant à la fois le début de la Résistance à l'occupant nazi et au gouvernement de Vichy et aussi le début de la reconquête de la souveraineté et de la liberté de notre pays ? ! Oui qui osera ?!

 

Un appel vital pour notre pays, notre patrie républicaine et son peuple citoyen et souverain !

 

 

 

   Appel du 18 Juin 2011 : préparer vos drapeaux français contre l'Union européenne et l'euro !

 

 

L'appel à ce que notre pays entreprenne la reconquête de sa pleine souveraineté d'Etat-Nation en quittant l'Union Européenne et l'Euro. L'article 50 du Traité de Lisbonne permet à un Etat membre de l'Union Européenne de pouvoir quitter cette union. Il indique dans son 1er alinéa : " Tout État membre peut décider, conformément à ses règles constitutionnelles, de se retirer de l’Union." Il est grand temps que des personnalités politiques républicaines de premier plan candidates à l'élection présidentielle (Nicolas Dupont-Aignan) ou susceptibles de l'être (Jean-Luc Mélenchon, Jean-Pierre Chevènement, Arnaud Montebourg) qui sont des pourfendeurs de l'Union Européenne et de la mondialisation mettent leurs actes en accord avec leurs paroles.

  

Notre pays, la France, notre patrie républicaine doit regagner sa pleine souveraineté d'Etat-Nation et son peuple doit regagner sa souveraineté de peuple citoyen en sortant de l'Union Européenne et de l'euro. L'Union Européenne née lors du Traité de Rome en 1957 sous le nom de Marché Commun, est devenue un espace continental de la jungle capitaliste du nivellement par le bas  des acquis sociaux, de la protection sociale, des services publics. Le règne de la concurrence libre et non faussée, de la déréglementation, du dumping social et fiscal, de la dictature de l'Euro qu'imposent tour à tour les Traités de Maastricht, d'Amsterdam, de Nice, puis celui de Lisbonne aux Etats-Nations et à leur peuple citoyen font que l'Union Européenne et sa monnaie l'euro, dirigée pour la première  par une commission oligarchique et a-démocratique - la Commission de Bruxelles -  et pour la seconde par une Banque Centrale bureaucratique gérée dans le plus pur style monétariste de la monnaie forte - la BCE !  

 

Cette Union Européenne, cet euro, monnaie unique, sont devenus les nouvelles prisons des peuples et les fossoyeurs de la souveraineté des Etats-Nations et du peuple citoyen.

 

Alors que la crise du système bancaire et des liquidités est suvie maintenant par la crise des Etats européens surendettés. Le peuple grec et frappé depuis maintenant trois années par des cures d'austérité sans précédent qui sentent d'une part le réajustement structurel cher au FMI et les plans de soutien européens désirant que l'euro ne s'écroule pas tout en cherchant à ce que la Grèce rembourse ses créanciers notamment institutionnels et d'autre part la réduction massive des dépenses et des acquis en soutenant une politique d'économie de guerre avec son lot de rationnements : Rationnement de la production ; rationnement de l'investissement ; rationnement de la consommation ; rationnement de la solidarité ; rationnement de l'emploi ; rationnement de la démocratie ! D'autres Etats comme l'Espagne, l'Irlande ou le Portugal sont touchés à leurs tours par l'économie de guerre certes moins virulente et systématique que celle qui frappe la Grèce  avec les claires recommandations de la Commission de Bruxelles et des médecins-saigneurs du FMI !

 

L'année dernière la Commission de Bruxelles a fomenté un coup d'état ! Ce coup d'état c'est fait sentir lorsque la dite commission s'est octroyée des pouvoirs a-démocratiques et anti Etat-Nation ! En effet, elle a tout simplement décidé de mettre sous tutelle les budgets des 27 Etats membres de l'UE et de renvoyersine die les plans de relances économiques que les Etats avaient mis en place suite à la crise financière, bancaire et de soutien à des secteurs économiques. Rationnement, tutelle, diktat d'une commission et d'une BCE, monstres froids qui balayent pour certains cinquante années d'avancées économiques et sociales ! 

 

 

18 Juin 1940 - 18 Juin 2011 : Le même idéal de résistance et de reconquête !

 

Notre patrie républicaine doit reconquérir sa pleine et entière souveraineté, indépendance et liberté comme notre pays l'entrepris il y a 71 ans le 18 juin 1940 suite à l'appel du Général de Gaulle.  Certes, ce jour là, il y avait fort peu de monde à Londres et sur le territoire national à vouloir que la France redevienne libre, indépendante, souveraine et républicaine comme aujourd'hui sont peu nombreux les partisans du sursaut républicain de Salut public autour de la reconquête de la souveraineté nationale, populaire, monétaire, politique, budgétaire, économique, financière et militaire.   Et pourtant l'esprit de résistance et de reconquête s'affirma de plus en plus fort tant à Londres sous l'égide du Général De Gaulle et de Jean-Moulin avec le soutien de milliers de résistants, partisans, patriotes. Notre pays, patrie des Lumières et de la Grande Révolution Française et de l'idéal républicain et jacobin doit s'engager comme dans les heures sombres à la fois sur le chemin de la Résistance et sur le chemin de la Reconquête !

 

 Résistance :

 

-Résistance à la dictature de la Commission de Bruxelles, à celles  du capitalisme transnational et apatride, du libre échange débridé, de la concurrence libre et non faussée, du règne de la spéculation et des agences de notation mais aussi résistance face aux Etats et puissances impérialistes économiques ou militaires contemporaines que sont encore les Etats-Unis et le nouveau processus transatlantique en phase terminale et résistance face aux nouvelles puissances impérialistes économiques telle que la Chine communiste capitalistique.

 

- Résistance aux forces obscurantistes de l'argent, du capitalisme transnational et apatride et aux praticiens de la finance qui ne font que dans la spéculation.

 

Reconquête :

 

- Reconquête de notre pleine et entière souveraineté d'Etat-Nation en quittant l'Union Européenne (après avoir dénoncé l'ensemble des traités), l'euro et le Grand Marché Transatlantique (GMT). Notre pays doit utiliser l'article 50 du traité de Lisbonne. Pleine et entière souveraineté en refusant et aussi en abrogeant la réforme constitutionnel gravant dans le membre l'équilibre budgétaire selon les critères de Maastricht et des décisions de mise sous tutelle des budgets des 27 Etats membres de l'UE par la Commission oligarchique Barosso ! Notre pays doit aussi retirer sa signature du Grand Marché Transatlantique et combattre la future Europe des régions et des communautés.

 

Notre pays, puissance militaire indépendante s'appuyant sur la dissuasion nucléaire doit vite retrouver ses marges de manoeuvre à la matière et sans tarder organiser son départ de l'OTAN. Notre pays ne doit pas prendre ses ordres au Pentagone, ni participer à des expéditions qui ne seraient que le prolongement de la politique impérialiste Etats-Unienne.

 

 

La reconquête de notre souveraineté passe aussi par le desserement de l'étau de la mondialisation et du dicktat des marchés financiers. Notre pays  doit aussi s'affranchir  des règles de l'OMC qui favorisent le libre échange planétaire et l'effacement des Etats-Nations ! La France doit se retirer du FMI et proposer à la place une véritable Banque Internationale pour l'investissement et le Développement (B2ID) et être à l'initiative pour que notre territoire, notre patrimoine, notre économie, nos marchés et en premier notre marché intérieur, nos entreprises, nos fillières et secteurs innovants, nos produits, nos emplois et notre culture nationale soient protégés, armés, soutenus et qu'une volonté politique s'installe pour que le politique, l'Etat-Nation, le Citoyen se réapproprie la monnaie, l'économie et les marchés. Notre souveraineté, notre indépendance, notre développement et notre liberté ne seront qu'à ce prix.

 

En fait de compte, il faut la mobilisation de chacun et de tous et notamment de l'ensemble des secteurs de la production mais aussi ceux de la recherche et de l'éducation pour que notre pays soit de nouveau puissance économique et rayon de l'universel à travers les mers, les terres et les continents ! 

 

 

Aujourd'hui, 18 juin 2011, lançons l'appel pour que notre pays redevienne souverain et quitte l'Union Européenne et l'euro  ! Préparons nos drapeaux français contre l'Union européenne et l'euro ! Engageons le sursaut républicain de Salut public !

 

 

Vive la République ! Vive la France libre, souveraine et indépendante !

 

 

Darthé-Payan

 

 

_____________________________________________________________

 

Documents appel du 18 Juin 1940

 

 

 

Texte de l'appel du 18 juin 1940 lancé par le Général De Gaulle.

 

"Les chefs qui, depuis de nombreuses années, sont à la tête des armées françaises, ont formé un gouvernement.

 

Ce gouvernement, alléguant la défaite de nos armées, s'est mis en rapport avec l'ennemi pour cesser le combat.

 

Certes, nous avons été, nous sommes, submergés par la force mécanique, terrestre et aérienne, de l'ennemi.

 

Infiniment plus que leur nombre, ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui nous font reculer. Ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui ont surpris nos chefs au point de les amener là où ils en sont aujourd'hui.

 

Mais le dernier mot est-il dit ? L'espérance doit-elle disparaître ? La défaite est-elle définitive ? Non !

 

Croyez-moi, moi qui vous parle en connaissance de cause et vous dis que rien n'est perdu pour la France. Les mêmes moyens qui nous ont vaincus peuvent faire venir un jour la victoire.

 

Car la France n'est pas seule ! Elle n'est pas seule ! Elle n'est pas seule ! Elle a un vaste Empire derrière elle. Elle peut faire bloc avec l'Empire britannique qui tient la mer et continue la lutte. Elle peut, comme l'Angleterre, utiliser sans limites l'immense industrie des Etats-Unis.

 

Cette guerre n'est pas limitée au territoire malheureux de notre pays. Cette guerre n'est pas tranchée par la bataille de France. Cette guerre est une guerre mondiale. Toutes les fautes, tous les retards, toutes les souffrances, n'empêchent pas qu'il y a, dans l'univers, tous les moyens nécessaires pour écraser un jour nos ennemis. Foudroyés aujourd'hui par la force mécanique, nous pourrons vaincre dans l'avenir par une force mécanique supérieure. Le destin du monde est là.

 

Moi, Général de Gaulle, actuellement à Londres, j'invite les officiers et les soldats français qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y trouver, avec leurs armes ou sans leurs armes, j'invite les ingénieurs et les ouvriers spécialistes des industries d'armement qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y trouver, à se mettre en rapport avec moi.

 

Quoi qu'il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas.

 

Demain, comme aujourd'hui, je parlerai à la Radio de Londres."

 

 

Repost 0
15 juin 2011 3 15 /06 /juin /2011 15:42

Par Darthé-Payan

 

 

Le Programme Populaire Partagé du Front de Gauche (*), dur dans le verbe et mou dans les solutions et les propositions et en plus pas chiffré et bien c'est du Guy Mollet sans talent que nous sert le Front de Gauche ! Nulle rupture avec le capitalisme ! Nulle refondation républicaine jacobine et laïque du pays ! Nulle reconquête de la souveraineté de notre pays ! Bref, le PPP ou "3P" est socialo-compatible et surtout  européo-compatible !

 

 

Le programme populaire partagé du Front de Gauche (GU-PCF-PG) est un programme (est-ce un programme ? Nous ferons comme ci !) qui manque de cohérence (Sortie et maintien du nucléaire tout à la fois, sur l'Europe, sur les banques, ce ne sont que quelques exemples...) montre que ce programme et fait à la fois pour ne pas traiter les sujets qui fâchent et de permette la candidature de Jean-Luc Mélenchon.

 

A force d'entendre, Jean-Luc Mélenchon, tenir des propos durs et de combat contre le système capitaliste, les oligarchies, l'Europe de la concurrence libre et non faussée, la personnalisation du pouvoir présidentiel et pour la "Révolution citoyenne" et son fameux slogan "qu'ils s'en aillent tous !", nous nous attendions, s'en trop y croire, que le Programme Populaire Partagé reflète les propos du nouveau grand timonier de la gauche "radicale".

 

Les contributions du PG fournies au Programme Populaire partagé souvent incohérente, sans articulation, sans corpus idéologie définie, sans chiffrage sérieux, sans expertise elle même sérieuse sur à la fois, l'état de notre pays, de ses finances, de sa dette, de ses carences, de ses forces, de ses possibilités de sursaut, etc... bref, sans audit de la situation réelle du pays, de son économie, de ses capacités financières, matérielles, humaines et aussi de recherche (un audit comme celui demandait et pratiquait par la gauche en 1981) et les propositions du Front de Gauche montrent que ce cartel n'est que fait que pour accompagner la candidature personnelle et médiatique de Jean-Luc Mélenchon.

 

Il est nullement question de nationalisation des banques, de toutes les banques, des assurances, des institutions financières, des établissements de crédit bail, de crédit à la consommation, des sociétés d'affacturage et de recouvrementde créances bancaires. Il n'est fait que mention d'un pôle financier public(sic) ! Un peu faiblard la maîtrise de l'outil bancaire et financier ! Non ? Et en plus il n'est en aucun cas envisager le retour de la monnaie et de la Banque de France à la Nation !

 

Point de rupture avec le capitalisme, ni de socialisation de l'économie, ni de fin de la propriété privée marchande, ni de fermeture de la bourse, ni de reconquête du marché intérieur, ni de monopole public et étatique sur le commerce extérieur, ni la socialisation de l'investissement (et des réserves des entreprises) dans le cadre de la planification (seulement écologique et en aucun cas économique et sociale) dans le Programme Populaire Partagé du Front de Gauche ! Nulle banque nationale d'investissement à l'horizon contrairement au programme commun de la gauche de 1972 (et des deux programmes définis au préalable : "changer de cap" pour le PCF et "changer la vie" pour le PS) et du projet socialiste pour les années 80 (et les 110 propositions du candidat François Mitterrand). Ce PPP fait apparaître les programmes commun et les 110 propositions comme des programmes d'ultra gauche, d'hyper révolutonnaires tellement que le programme du Front de Gauche est mou, timoré dans les propositions notamment en vue de la rupture avec le système capitaliste.

 

Même la création d'un vaste secteur coopératif est abandonné ! Il est simplement proposé un soutien public et des aides pour les salariés qui reprendraient leur entreprise.

 

Le programme du Front de Gauche se situe dans le cadre de l'économie de marché, ouverte, du libre échange et de l'Europe des Traités de Rome, de Maastricht, de Lisbonne, de la BCE et de l'euro. Il est de caractère social libéral dans ses rares propositions.

 

 

La question d'une politique économique industrielle volontariste dans le cadre du plan et de la volonté générale et nationale n'est absolument pas abordée. Coincée entre un verbe gauchiste (contre les banques, les riches,...) et une structure propositionnelle  écolo-libertariennequi sent bon un revival du PSU et bien l'industrie ne semble pas intéressée les camarades communistes et partisans du PG (pardon les camarades PGistes). Pour ce qui est du protectionnisme, il est vu qu'au titre de la localisation des unités et des productions. Mais comme ce dernier point est aussi une des mesures du patchwork de la planification écologique. Sur la politique agricole, le PS, le Modem ou l'UMP pourrait signer les quelques lignes qui lui sont consacrées ! Nulle socialisation de l'agriculture ! Pas d'office public par produits ! Pas d'offices publics cantonaux ou départementaux louant des terres, des parcelles, du matériel, de la matière première à des coopératives ou des exploitations corporatives !

 

 

La question européenne montre que le PCF et le PG se situe dans l'Union Européenne fondée depuis 54 ans (1957 Traité de Rome fondateur du Marché commun). Le Front de Gauche ne veut absolument pas remettre en cause ce grand machin fédéraste, supranational, ensemble technocratique et économique nouvelle prison des peuples et fossoyeur de la souveraineté des Etats-Nations et du peuple citoyen.

 

Le PCF est devenu européiste et fédéraste et Jean-Luc Mélenchon a toujours été favorable à l'UE, l'euro. Si en 2005, lors du referendum sur le Traité Constitutionnel Européen, il avait imaginé une possibilité de nouvelle perspective hors de l'UE et bien il la vite abandonnée et la vite oubliée ! N'a-t-on pas vue, lors du débat sur BFM-TV, le 14 février dernier, le Co-Président du PG défendre l'UE, l'euro contre une Marine LePen qui elle, relevait les consèquences dramatiques des politiques européennes et de l'euro sur les peuples et sur les acquis sociaux ! Ce fût un débat à front renverser ! Le Mélenchon révolutionnaire de 2011, candidat à la Présidentielle et beaucoup plus modéré, timoré sur les questions européennes que le Mélenchon, républicain socialiste, membre du PS de 2005 qui s'opposait au TCE ! Comme quoi quitter le PS et évoluer vers l'extrême gauche n'est pas gage de radicalité, de fermeté, de cohérence ! Le verbe haut et dur et le programme mou s'exprime ici sur les questions européennes ! Le retour du Guy Mollet !

 

 

 Guy Mollet (1905-1975), militant socialiste et résistant. Ancien Secrétaire Général de la SFIO (1946-1969) et ancien Président du Conseil (1956-1957).

 

 

Dans les prochaines je continuerai la suite de mon analyse point de vue sur le Programme Populaire Partagé. J'aborderai notamment les questions qui touchent aux institutions, à l'école, à la république....

 

Fin de la première partie.

 

Salut et Fraternité.

 

D-P.

 

(*)  http://www.pcf.fr/sites/default/files/prog_pop_partage_0.pdf

Repost 0
11 juin 2011 6 11 /06 /juin /2011 13:08

 

Par Darthé-Payan

 

La Fermeture envisagée de sites PSA d'Aulnay-Sous-Bois et de Sevelnord va se solder par la perte de 6200 emplois et la disparition claire de l'industrie automobile française.

 

C'est un "assassinat" industriel et social !

 

 

  Il serait temps de poser la question de la Nationalisation du Groupe PSA et de la Renationalisation du Groupe Renault ! Non ?

 

L'industrie automobile fait partie du patrimoine économique et industriel national !

  

Il doit être mis un terme aux agissements de certains intérêts privés et capitalistes qui outre la saignée qu'ils effectuent sur l'emploi industriel, dilapident les fleurons économiques nationaux.

 

Après la montée au créneau du Premier Ministre François Fillon, la direction de PSA essaie de désamorcer la "bombe" politique, économique et sociale que seraitla fermeture de deux sîtes de production du groupe et les grosses "charrettes" de licenciements qui ne manqueraient pas d'accompagner la liquidation des deux entités productives. SI le groupe PSA, par la voix de Philippe Varin a cherché à rassurer à la fois politiques locaux, Gouvernement et salariés, en disant que les fermetures des sîtes ne sont pas d'actualités(sic) , il n'en reste pas moins et même si Eric Besson - le Ministre de l'Industrie - se dit rassuré, il n'empêche que  les projets de fermeture, donc de licenciements, d'externalisation et de délocalisation des unités de production,  concernant les deux sîtes,  sont bien à l'étude à la direction du groupe PSA et ne manqueront pas de réapparaître dans les années à venir notamment après les présidentielles et législatives de l'an prochain !

 

Je voudrais rappeler ici "l'affaire" de la fermeture des usines Renault Vilvoorde annonçéé en 1996 par la direction de l'entreprise puis reportée. Cette fermeture aura bien  lieu en 1997 et ceci malgré les attermoiements passagers des dirigeants de Renault de l'époque et les promesses électorales de Lionel Jospin et de la Gauche plurielle (PS-PCF-MDC-MRG-VERTS) lors de la campagne des élections législatives anticipées qui verra la victoire électorale de la Gauche plurielle et l'arrivée de Lionel Jospin comme Premier Ministre. Une fois arrivée en "son palais" pardon "son hôtel" - l'Hôtel Matignon - et bien, le nouveau locataire - cohabitant chaque mercredi matin avec le locataire du Palais de L'Elysée, Jacques Chirac - annoncera la fin de Renault Vivoorde et aussi l'acceptation du Traité d'Amsterdam. Ce traité qui annoncera ceux de Nice, du TCE et celui de Lisbonne ! Puis quelque mois plus tard, dans une émission de Télévision qui annonçait d'importantes suppressions d'emplois dans le groupe Michelin, on apprendra  par la voie de Lionel Jospin, que l'Etat ne pouvait plus tout faire ! Bref, la gauche capitulait !

 

Sachant que le pouvoir politique n'a plus de réels pouvoirs face aux puissances économiques et aux praticiens de la finance et que la France, Etat-Nation,  abandonne, chaque jour un peu plus,  sa souveraineté nationale au profit (et à la grande satisfaction) de l'Union Européenne et du libre échange et bien on ne peut qu'être inquiet pour l'avenir des deux sîtes de PSA comme de l'Industrie nationale en générale et l'industrie automobile en particulier.

 

 

 Si on se donne la peine de lire les quelques lignes consacrées aux questions économiques industrielles dans les rares programmes politiques des partis de gauche comme de droite d'ailleurs, on se rend vite compte que la politique économique industielle n'est point abordée ou alors abordée pour ce qui est de la Gauche en général et pour ce qui est de la Gauche "radicale" en particulier que sous l'angle et la vision déformés et obscurantistes de l'idéologie écologiste de la pensée dominante a-production !  Il serait temps donc de définir un véritable projet industriel productif de souveraineté nationale et de développement économique et social créateur d'emplois, de richesses et de conquête et de reconquête de marchés et en tout premier de  notre marché national, de notre marché intérieur ! Le retour à une politique économique et industrielle volontariste doit venir au centre des projets politiques et des politiques gouvernementales. L'avenir de notre pays, de son économie, de son industrie, de ses emplois et de leur protection ainsi qu'une politique collective de solidarité et de revenus ne seront possibles qu'à ce prix, qu'à cet effort politique et citoyen. L'ardente obligation du plan doit redevenir le paradigme d'une nouvelle politique économique industrielle volontariste, productive et protectionniste !

 

Il serait temps aussi de mettre en perspectives la reconquête de la pleine souveraineté pour notre pays sur sa monnaie, son économie, ses banques, son budget, sa législation et ses institutions. Cette reconquête annonciatrice de nouvelle puissance indépendante, souveraine et aussi conquérante d'espaces de liberté et de rayonnement passe par la sortie de la France de l'Union Européenne (sortie de tous les traités après les avoir dénoncés y compris le Traité de Rome qui fut en 1957 le congrès fondateur du Marché Commun), de la BCE, de l'Euro, du GMT d'une part et la sortie de la France de l'OTAN, de l'OMC et du FMI d'autre part.

 

En tant que Républicain, Socialiste, Jacobin et Citoyen Souverain, je demande au gouvernement, aux partis de Gauche comme de droite, de procéder par la loi, au plein retour à la nation républicaine, des groupes PSA et Renault ! L'Etat-Nation doit retirer tous pouvoirs aux actionnaires, aux accapareurs, aux spéculateurs, aux fonds anonymes, aux managers qui n'ont que les yeux fixés sur les coûts et ne pensent que par baisse des coûts et ajustements comptables et financiers. Ces adeptes ne voient que dans l'emploi, le salarié et la masse salariale que des  variantes d'ajustement, de licenciement, d'externalisation, de délocalisation. Il faut que cela cesse !

 

Le politique comme le citoyen doit se réapproprier l'économie et les marchés. Véto politique, parlementaire et citoyen sur toute délocalisation, fermeture et suppression d'emploi dans les usines des groupes automobiles français. Les pouvoirs publics doivent aussi réclamer le remboursement des prêts alloués notamment durant la crise de 2008-2009 et aussi si nécessaire, si l'intérêt général le justifie, exproprier sans indemnisation les détenteurs des capitaux des groupes automobiles français. 

 

 

 Un retour à l'idéal républicain, d'indépendance, de souveraineté, de puissance productive, d'émancipation  et de justice sociale du programme du  CNR est de plus en plus nécessaire pour engager un sursaut républicain de Salut public !

 

 

 

Dans l'industrie automobile, là aussi, un sursaut républicain de Salut public doit se faire jour !

 

A nous citoyens d'exiger la nationalisation !

 

 

 En France, la République, la collectivité nationale, l'intérêt général doivent avoir le dernier mot !

 

Salut et Fraternité.

 

D-P.

 

Repost 0
4 juin 2011 6 04 /06 /juin /2011 13:45

Darthé-Payan

 

A Gauche, les choses remuent ne faisant que des petits clapotis. Il est vrai que le monde médiatique et politique est tout occupé à regarder, à observer, à disserter sur l'immense cloaque du sordide qui tourne en boucle sur les chaînes d'infos... Je n'en dis pas plus... Ce n'est pas l'objet de ce billet.

 

Je ne vous parlerai pas plus, ici,  du concombre espagnol tueur et de l'arme du crime : la bactérie. Je me suis même demandé, l'autre jour en faisant mon marché, si avant d'acheter le fameux cucurbitacé,  je ne devrais pas lui réclamer un extrait de casier judiciaire (on sait jamais, je pourrais avoir à faire à un tueur en série...). Mais le concombre accusé fut vite innocenté peut-être parce qu'il n'était pas candidat à la présidentielle ? !

 

 

  Je vous parlerai donc, ici,  du futur sacre de Jean-Luc Mélenchon comme candidat au titre du Front de Gauche pour l'élection présidentielle de 2012.

 

 

Faux suspens !

 

Le choix des Communistes en faveur de Jean-Luc Mélenchon est un secret de polichinelle ! Que la conférence nationale du PCF qui se tient ce week-end et puis ensuite le vote des militants dans une quinzaine de jours donnent gagnant Mélenchon il n'y aura rien de surprenant. C'est le contraire qui le serait !


Le fait que le PCF s'est résolu à soutenir Jean-Luc Mélenchon et donc ne pas avoir de candidat n'est pas innocent ! La survie du parti est prise en compte par les dirigeants du PCF. Si les comités locaux ont intérêt à ce que se soit Mélenchon et bien peut-importe, ils le soutiendront (peut-être comme la corde soutient le pendu) mais ils le soutiendront !

Les 1 et quelques % de Marie-George Buffet de 2007 sont semble-t-il dans toutes les mémoires ! Jean-Luc Mélenchon joue gros lui aussi. S'il fait un score autour des 5 % et bien, il pourra glosser et affirmer sur les plateaux télé que par rapport au score de Marie-George Buffet c'est un immense progrès ! D'ailleurs le Camarade Mélenchon et la direction du PG n'ont-ils pas glossé sur le mirobolant score du Front de Gauche aux cantonales alors que le PCF était beaucoup plus mesuré, humble ?

 

 

 

Si Mélenchon fait un mauvais score, le PS va être intraitable avec lui !


Jean-Luc Mélenchon joue gros ! S'il fait un score décevant entre 2 et 5 %, cela va être dur, très dur, pour lui et ses amis ! Les socialistes ne lui feront pas de cadeau (que Méluche se rappelle de la déroute de ses candidats PGistes (dont la plupart étaient des proches voire des très proches du Président du PG)  dans son fief de l'Essonne (candidats sortants) battus largement par les candidats du PS au premier tour comme au second d'ailleurs ! JLM cherche une circonscription législative pour se présenter mais, plus il attaquera le candidat socialiste et si son score était très décevant (ce qu'il y a de forte chance que cela arrive vu l'absence de projet, de dynamique, de cohérence !) et bien Jean-Luc Mélenchon et le PG le payeront chers. Jean-Luc Mélenchon n'aura pas de circonscription ! En 2002, Hollande et Delanoe se sont apposés à sa venue, comme candidat aux Législatives, dans le 12ème arrondissement. Méluche devrait s'en rappeler ! Le PS sera intraitable et Mélenchon et le PG se retrouveront à nu car le PCF choisira la voie (et les voix) de sa survie en faisant alliance avec le PS !

Les socialistes privillègerons l'alliance avec EE-LV et sera plus ferme contre le Front de Gauche et donc au final il y aura des miettes pour le PG ! Le PCF serait bien avisé de s'en inquiéter !

Les camarades communistes comme PGistes et bien devraient se souvenir d'une parole pas dite en l'air par Mélenchon lors de la création du PG en novembre 2008 ! Mélenchon disait alors :"Je crée un parti pas une assurance vie !" Donc à bon entendeur ...

 

 

Un programme du Front de Gauche  compatible avec celui du PS parce que eurocompatible !

  Sur le programme populaire partagé, c'est l'encéphalogramme un peu platounet ! Non ? Le programme commun a minima qui ferait passer celui du PS des années 80 comme d'extrême gauche et le programme commun de la gauche celui de 1972, d'ultra gauche ! Les échos et les quelques éléments que j'aie font que le programme du Front de Gauche est compatible avec celui du PS - Eurocompatible dirais-je ! Il ne vise que les classes moyennes urbaines et péri-urbaines et les fondements sont le sociétal, l'écologie (avec mis en sommeil des divergences sur le nucléaire, sur les équipements aéroportuaires, etc...) ! Bref, ce programme social libéral et européiste "ne casse pas quatre pattes à un canard" ! Certes, Mélenchon continuera à faire son "Guy Mollet" gauchiste c'est à dire verbe dur et programme mou mais vu le manque de cohérence de l'attelage du front de Gauche, l'absence de programme concret, chiffré, partagé par le plus grand nombre, l'absence de troupes,  l'absence totale de sursaut républicain dans la démarche et la candidature de Jean-Luc Mélenchon et bien, les citoyens risquent de le bouder et de préférer le candidat socialiste fut-il plus libéral et européiste que Mélenchon mais beaucoup plus capable de rassembler la gauche et de battre Sarkozy ! Les électeurs de gauche iront vers le vote utile ! Cela j'en suis persuadé !

 

 

 

 

La candidature de Mélenchon... Une candidature de plus et rien d'autre !

Je  pense que la candidature de JLM est une candidature de plus à gauche, et surtout une de plus à l'extrême gauche mais n'apportera nullement le sursaut républicain espéré et souhaité. De voir, JLM pérorer "révolution citoyenne" ou "qu'ils s'en aillent tous" ou encore ses diatribes contre les oligarchies, à tout instant et à tout propos et voir le même Mélenchon défendre la présence de la France dans l'UE, dans l'euro et aussi ne prônant aucune réelle rupture avec le capitalisme ni ne voulant une réelle refondation républicaine, jacobine et laïque du pays montre que le candidat du Front de Gauche n'est que dans la posture et l'aventure personnelle !

 



 

 

Pour terminer, je résumerai ironiquement ce qui se passe à gauche ces derniers temps par un court propos :

 

 



"La Gauche s'ébroue ! La République et le peuple attendront !

 La gauche s'ébroue ! La Conférence nationale du PCF de ce week-end, va adouber Jean-Luc Mélenchon et le fera candidat du rabougris Front de Gauche à la Présidentielle ! Il y a quelques jours, les socialistes ont voté à l'unanimité leur programme libéral et européiste mais vont déclencherr la guerre de(s) Trois ! Les écolos, qui sont en plein congrès à la Rochelle, sont entre psychodramme ridicule et puérilité pleurnicharde jouant la grand-messe de la "Sainte Eglise" sans orgue harmonique !

Bref, la gauche s'ébroue ! Le peuple, la nation et la république risquent de n'y trouver aucun signe d'espoir, de sursaut républicain de salut public ! Pour cette gauche "radicale" ou "domestiquée", la République et les citoyens peuvent attendre !"

Salut et Fraternité.

 

 

D-P.



 

Repost 0
29 mai 2011 7 29 /05 /mai /2011 13:56

 

 6 ans après  le non au referendum sur le TCE et bien les dirigeants politiques partisans du non sont soit à l'agonie, soit sont devenus des partisans du Traité de Lisbonne, soit encore se sont reconvertis dans le commercial et essaient de nous faire croire (et de nous vendre) que la Révolution citoyenne arrive et passe par le camping urbain tout en refusant de quitter l'UE, l'euro, le traité de Maastricht et de Rome ! Les responsables politiques du non à gauche notamment ont tué l'espoir, l'alternative et l'idée même de souveraineté nationale et populaire en niant l'Etat-Nation souveraine. Bref, ils fêteront aujourd'hui, 29 mai, l'anniversaire mais oublieront vite le pourquoi de cette victoire populaire ! Aucun ne veux franchir le Rubicon et mettre en perspective la sortie de notre pays de l'UE, de l'euro afin que notre pays, notre république, État-nation, reconquiert sa pleine et entière souveraineté nationale, populaire, politique, monétaire, budgétaire, législative, financière et économique.

 

 

 

 

Dans leur tête, c'est un peu : "on fête puis on oublie !".

 

 

A l'heure où la Commission de Bruxelles impose son diktat aux États de l'Union après s'être approprier les budgets de ces nations (Tutelle) et face à la crise d'endettement et de gestion malthusienne de l'économie et des finances publiques, puis des mauvais choix économiques effectués par les gouvernements de certains pays (Grèce, Espagne, etc..), par des comportements irréfléchis de leur peuple au prime le consommateur plutôt que le producteur, elle impose de graver dans les constitutions des ses États membres l'équilibre budgétaire et participe aux cures d'austérité qui frappe les peuples Grec, Portugais, Espagnol, Irlandais, demain celui de la Belgique. Les remèdes des "bons docteurs" du FMI sont prescrits en complément de la cure de cette austérité qui n'est que de l'économie de guerre avec son lot de rationnement des dépenses, des investissements, de la production, de la consommation, des salaires, des acquis sociaux, de l'emploi, de la solidarité et des services publics.

 

 

Les partisans du Non à Gauche organisent la défaite idéologique et aussi passent par pertes et profits la République et l'Etat-Nation souveraines.

 

 

Que font nos anciens partisans du non notamment ceux de gauche ? Et bien, ils se trouvent en retrait par rapport à 2005 et ne pronnent au mieux de se retirer du Traité de Lisbonne (PG) ou de ne pas appliquer certains articles (PCF) ou encore souhaite encore plus d'Europe fédérale et supranationale comme le NPA. Tous réclament une Europe plus démocratique, plus sociale, plus écologiste. Ils passent tous par pertes et profits la souveraineté et l'indépendance nationale et populaire comme monétaire. Aucun ne demande le retrait de notre pays de l'euro ! Ils pronnent la "révolution citoyenne" ou la souveraineté populaire mais refusent la souveraineté et l'indépendance de notre pays républicain qui est un État-Nation.

 

Consciemment ou inconsciemment, ils organisent la défaite idéologique et politique du sursaut républicain et souverain du 29 mai 2005. Il n'a fallu que trois ans pour que le TCE reviennent dans l'actualité sous la forme légèrement modifiée du Traité de Lisbonne. Déjà, les combattants s'étaient dispersés, présidentielles de 2007 et querelles d'ambitions, d'égos et de chapelles aidant, la gauche du non ne tiendra pas son rang. Le Traité de Lisbonne viendra au parlement est sera voté grâce au PS, l'UMP, le MODEM et quelques Verts. L'UE ne cessera pas depuis d'imposer son orientation libérale, contre révolutionnaire et contre républicaine, cherchant à tout prix la défaite et la destruction de l'Etat-Nation souverain !

 

 

 

N'a-t-on pas entendu, Jean-Luc Mélenchon, le leader du PG, candidat à la présidentielle, défendre bec et ongles l'euro et l'UE dans un débat qui l'opposait, le 12 février dernier sur l'antenne de RMC/BFM TV(1), à Marine Lepen, Présidente du FN et candidate elle aussi à la présidentielle ?! Le candidat du Front de Gauche ne franchit jamais le Rubicon, préférant parler de SMIC européen, ou de démocratisation et de modification des statuts de la BCE. Il ne se rend même pas compte que pour que notre pays s'en sorte, il faut qu'il reconquiert sa pleine et entière souveraineté et donc sorte de l'UE, de l'euro, de la BCE et du GMT comme il doit sortir de l'OTAN, du FMI et de l'OMC.

 

 

La "Révolution citoyenne" comme slogan et surtout comme projet creux !

 

 

Le Parti de Gauche de Jean-Luc Mélenchon et maintenant le Front de Gauche se sont faits les champions de la "Révolution Citoyenne". Elle est vue partout (Amérique latine, puis dans les pays Arabes (Tunisie, Égypte,...) puis maintenant en Espagne avec les quelques milliers "d'Indignados"qui occupent les places des villes par un camping urbain dans le plus pur style soixante-huitard puéril et bobo ! On découvre alors que la "Révolution citoyenne" c'est un nouveau Club Méd et que les leaders politiques prônant la "révolution citoyenne" sont devenus des GO (Gentils Organisateurs) de colonie de vacances !

 

Nous insistons pour dire que pour que la "Révolution citoyenne" et la souveraineté populaire soient possibles puis effectives, viables, pérennes, partagée par le plus grand nombre et bien, notre pays doit rompre avec l'UE et l'Euro mais aussi tous les traités européens y compris avec le Traité de Rome et aussi rompre avec le système capitaliste transnational, le libre échange et la république décentralisée, atomisée et communautarisée qui est à l’œuvre depuis 40 ans ! Il doit engager la reconquête de sa souveraineté politique, nationale, populaire sur l'économie, la monnaie, les marchés en précédant à l'appropriation collective et sociale de l'économie, de la finance et organiser la fermeture de la bourse !

 

A l'heure où l'idée de Révolution et de souveraineté populaire est galvaudée par certains partis et dirigeants, tels que Jean-Luc Mélenchon qui font du camping urbain(2), de la lutte contre les oligarchies (mode très à la mode et très politiquement correct) et du slogan gauchard puéril,l'alpha et l'oméga de leurs projets politiques opportunistes et bien, il est temps, grand temps qu'un sursaut républicain de salut public et de souveraineté se fasse jour ! Pendant que certains s’amusent avec la "Révolution" et le camping urbain comme défouloir et posture, Sarkozy continue le laminage de la France comme République et comme État-Nation puissance économique indépendante. Un grand bénéficiaire de cette situation : le Front National et sa candidate Marine Lepen et un fort socle d'abstention dans le corps électoral !

 

 

Un sursaut républicain de Salut public est-il possible ?

 

 

Certain s s'y essaient comme nos amis de Voltaire République et du Cercle du 29 mai(3) ou de Socialisme et Souveraineté (4). D'autres initiatives sont à saluer, à soutenir et à promouvoir telles que celles du retrait de la France de l'Euro proposé par Debout la République et Nicolas Dupont-Aignan (5) ou encore celle de refus des licenciements en liaison avec une sortie de la France de l'UE que formule le POI(6). Le Blog de Darthé-payan et les initiateurs du Manifeste Jacobin Pour la République et le Socialisme(7) participeront (et proposeront) à toutes initiatives pour promouvoir une mise en perspectives de sortie de la France de l'UE et de l'euro et pour des convergences entre républicains pour un salut public. Le blog de Darthé-Payan a maintes et maintes fois appelé à des convergences pour une alternative républicaine de salut public autour notamment de la reconquête de la souveraineté nationale et populaire et par la sortie de notre pays de l'UE et de l'euro. Espérons que des convergences fécondes s'organisent dans les prochains mois même si la campagne de la présidentielle risque de fausser, de limiter et superficialiser le débat et les enjeux. L'actualité y compris la plus sordide nous le démontre amplement !

 

 

Nous, Républicains, Socialistes et Jacobins gardons l'espoir d'un sursaut politique, populaire et citoyen permette ces convergences républicaines de salut public ! La République nous appelle...

 

La République française est invincible comme la raison; elle est immortelle comme la vérité. Quand la liberté a fait une conquête telle que la France, nulle puissance humaine ne peut l'en chasser.


 

Vive la République ! Vive la France !

 

Salut et Fraternité.

 

Par Sonia Bastille, Flora Del Campos, Fabien Darthé-Payan, Gilles Fabre, Jacques Fromentin, Olivier Lecoeur, Marie Perrone et Stéphane Thilliaz. (Tous Républicains socialistes et Jacobins.)

 

 

__________________________________________________________________

 

(1)

http://www.bfmtv.com/video-infos-actualite/detail/debat-jean-luc-melenchon-marine-le-pen-927898/

(2)

http://www.lepartidegauche.fr/

http://www.reelledemocratie.fr/

(3)

http://www.cercledu29mai2005.eu/

(4)

http://www.socialisme-et-souverainete.fr/

(5)

http://blog.nicolasdupontaignan.fr/post/Sortie-ordonn%C3%A9e-de-l%E2%80%99euro-%3A-la-derni%C3%A8re-chance-a-sonn%C3%A9-%21

(6)

http://www.parti-ouvrier-independant.com/spip/spip.php?article295

(7)

http://manifeste-jacobin.blogvie.com/files/2010/08/manifeste-jacobin.pdf

 

  

 

 

 

 

 

 

 "La République Française est invincible comme la raison ; elle est immortelle comme la vérité. Quand la liberté a fait une conquête telle que la France, nulle puissance humaine ne peut l'en chasser !" Robepierre au Comité de Salut Public.

 

 

Repost 0
25 mai 2011 3 25 /05 /mai /2011 20:12

 Par Darthé-Payan

 

 

Après Félix-Aymé Pyat et Jean Miot, je vous propose Charles Delescluze pour troisième et dernier volet du tryptique consacré aux Jacobins qui administrèrent la Commune de Paris en 1871.

 

 

Louis Charles Delescluze naquit le 02 octobre 1809 à Dreux.Il effectue des Études de Droit à Paris. Peu après, il devient Clerc d'avoué mais très vite il se consacre au journalisme. Il développe très tôt des idées démocratiques, patriotiques et républicaines. S'orientant de plus en plus vers l'idéal révolutionnaire, devenant jacobin, il participe aux soubresauts de la monarchie finissante et joue un rôle éminent dans la révolution de Juillet «  Les Trois Glorieuses » en 1830. Membres de plusieurs sociétés républicaines et secrètes telle que la Charbonnerie. Il est poursuivi pour un complot républicain contre la monarchie et doit en 1836, partir se réfugier en Belgique. Durant son exil, il participe à la vie intellectuelle et politique et soutient ses confrères journalistes républicains.

 

 

Delescluze revient en France en 1840, il élit domicile dans le nord de la France à Valenciennes. Il anime et dirige un journal républicain « l'Imparfait » aux idées clairement démocratiques. Ces articles déchaînent les passions et lui attirent les foudres du pouvoir. Il est condamné à un mois de prison ferme et à 2500 francs d'amende.

 

Il est présent dans le nord, au moment où éclate la révolution de février 1848, s'inspirant des idées jacobines, de Commune insurrectionnel de Paris du 10 Août 1792, de la constitution de 1793, il proclame la République à Valenciennes. Le Gouvernement provisoire le nomme Commissaire de la République pour le Département du Nord. Bien que battu aux élections à la Constituante en avril 1848, il lance un nouveau journal « La Révolution démocratique et sociale » d'inspiration à la fois républicaine et jacobine. Il crée une association politique républicaine : Solidarité républicaine qui regroupe républicains de gauche, radicaux et socialistes avec notamment Ledru-Rollin et Mathieu de la Drôme. Au mois de mars 1849, de nouveau condamné à la prison et à une forte amende (3000 francs) pour la publication d'articles qui dénoncent le Général Cavaignac, responsable des massacres de juin 1848. Deux années plus temps, en 1950, une nouvelle condamnation à trois ans de prison le frappe ainsi qu'une très lourde amende de 11000 francs. Ne voyant pas d'autres solutions pour garder sa liberté, il est contraint de quitter le territoire national et se réfugie en Angleterre. De là, il continue son travail de journaliste en s'inspirant de plus en plus de l'idéal révolution de Robespierre. Il réussi à regagner clandestinement la France durant l'année 1853. Mais une arrestation le contraint à quatre longues années de prison et surtout dix ans d'interdiction de séjour. Une forme de bannissement ! Il est déporté à Cayenne. Dès son arrivée, il est transféré à l'ile au diable, séjour des détenus politiques au régime draconien fort en brimades ! Durant son emprisonnement, il rencontre Alexandre Franconie et se lie d'amitié devenant le précepteur de son fils Octave. Delescluze restera en Guyane durant près de deux ans. En novembre 1860, il fait partie des déportés politiques qui sont amnistiés par la loi du 16 août 1859.

 

Charles Delescluze regagne la France, mais s'il reste un combattant politique et révolutionnaire redoutable, il est très diminué physiquement . Il crée un journal radical : « Le Réveil » qui affirme haut et fort les principes de l'Association internationale des Travailleurs. Son journal sera un ardent opposant au Second Empire. Cette opposition lui vaudra la saisie et la suspension de son journal en 1870.

 

Le Réveil reparaitra le 7 septembre. Mais Delescluze sera condamné à trois reprises. Alors que début la Guerre Franco-Allemande de 1870, il doit se réfugier une nouvelle fois en Belgique. Quelques jours plus tard, il revient en France et ressort son journal.

 

Ce révolutionnaire, républicain et jacobin, patriote , surnommé « Barre de fer » sera élu le 05 novembre 1870, Maire du XIXième arrondissement mais il en démissionne le 06 janvier 1871. Il s’oriente de plus en plus dans la voie révolutionnaire appelant à la lutte armée contre ceux qu'il appelle les capitulards. Ces capitulards qui composent le gouvernement de Défense nationale. L'insurrection échoue et son journal est de nouveau interdit.

 

Élu député à l'assemblée nationale le 08 février 1871, s'inspirant une nouvelle de l'Incorruptible, il demande la mise en accusation des membres du gouvernement dit de la Défense nationale.

 

 

 Le 26 mars 1871, il est élu membre du Conseil de la Commune de Paris par les XIième et XIXième arrondissement de la Capitale. Il démissionne du parlement pour entrer aux instances dirigeantes de la Commune. Membre de la Commission des Relations extérieures, de la Commission exécutive en avril 1871 puis celle de la Guerre. Il devient membre du Comité de Salut Public le 09 mai et se retrouve aux côtés d'amis Jacobins comme Pyat et Miot. Le 11 mai, Il devient responsable de la guerre à la Commune avec le titre de Commissaire délégué civil.

 

 

 

 Lors de la « semaine sanglante » suite à l'entrée des Versaillais dans Paris, il appelle lors de la journée déterminante du 24 mai à une guerre ds quartiers. Son célèbre appel : « Place au Peuple, aux Combattants aux bras nus! » retentira et encore de nos jours rappelle le combat du peuple parisien et aussi français pour sa liberté, pour son idéal révolutionnaire d'émancipation. Le lendemain, lors de la journée du 25 mai, désespéré, sentant les choses perdues, il ne fera rien pour éviter la mort sur une barricade au Château d'Eau (Xème arrondissement). Deslecluze, homme entier avec l'honneur et la vertu chevillés au corps, ne voulait pas servir la réaction et les versaillais victorieux que se soit par son arrestation, sa capitulation ou sa fuite.

 

La réaction ne lui fera pas de cadeau. Alors décédé, il fut annoncé en fuite. Alors que décédé depuis le 25 mai 1871, il sera quand même condamné à mort par contumaces lors d'un procès en 1874.

 

Salut et Fraternité.

 

 

D-P.

Repost 0
23 mai 2011 1 23 /05 /mai /2011 14:45

Par Darthé-Payan

 

Les résultats des élections locales espagnoles(1) montrent que les manifestants ne sont que le haut des classes moyennes et la petite bourgeoisie urbaine ou péri-urbainne et qu'ils ne représentent rien électoralement ni même politiquement ! L'abstention n'a pas augmenté ! Le PSOE a pris sa veste comme annoncée. La droite "populaire" l'emporte clairement en gagnant quelques points. Les nationalistes (régionalistes) sont de retour avec  leurs pires penchants anti-état-nation espagnol. La Commission de Bruxelles en sera enchantée, elle, qui favorise l'Europe des régions et des communautés en vue du Grand Marché Transatlantique. La Gauche radicale (IU) progresse très légérement !  bref pas de révolution à l'horizon !

 

 

 

 

 

A l'avenir, chaque responsable politique doit faire preuve de réflexion et de mesure lorsqu'il y a un mouvement social ou populaire, ici ou là. Eviter de s'emporter sur des mouvements qui n'ont rien de révolutionnaire, ni d'enracinement populaire ! Annoncer, ici ou là, une révolution citoyenne qui aurait franchie la Méditerranée pour venir s'imposer en Espagne et demain franchir les Pyrénées pour conquérir la France est un peu léger et surtout basé sur rien de réel et d'actuel ni de possible dans un futur proche. La déconvenue risque d'être au bout de telles positions ou propos dits qui ne sont et ne seraient jamais vérifiés, validés par les faits, ni politiquement, ni électoralement, ni socialement !

 

 

 

 

 

 Le mouvement social en Espagne est un mouvement classes moyennes urbaines(2) (c'est de l'urbi et rien d'autre !) qui n'entraîne pas les classes populaires, les ouvriers, les paysans,et n'est annonciateur en rien d'une révolution.

 

 L'avertissement est clair ! Calmons-nous avec les grands mots et les slogans !

 

 Je pense que le militant politique  doit être optimiste mais aussi réaliste et concrètement partir du rapport de force et des possibilités de dégagement d'un débouché politique électoral, révolutionnaire à un mouvement social. En Espagne, il y a un mouvement social urbain fait par des classes moyennes et bourgeoises urbaines et péri-urbaines et qui est contre  les politiques d'austérité et de démantèlement des acquis sociaux, des services publics, une baisse des salaires, etc..., que mène le gouvernement socialiste Zapatero avec l'aval et le soutien de la Commission de Bruxelles avec le FMI prêt à administrer, si nécessaire, ses remèdes de cheval au cas où le malade ne pourrait pas être assez purgé.

 

 Le mouvement (ces classes moyennes et bourgeoises urbaines et péri-urbaines)  est contre cette politique d'austérité mais n'est nullement pour ou pro "révolution" ou pro ou pour "socialisme" ! La droite "Parti Populaire" a remporté cette élection largement !  Donc, point de révolution et de socialisme à l'horizon ! En Grèce, malgré les premiers effets désastreux de la cure d'austérité, les citoyens de ce pays donnèrent leurs voix au PASOK, le parti  au pouvoir qui administre cette cure d'austérité ! Les mouvemens sociaux en Grèce furent nombreux et encore ces jours-ci et pourtant c'est le maintien du la cure d'austérité social-libérale et européiste encore plus dure ! En Espagne, le peuple choisit  majoritairement la droite (libérale, et européiste) !

 

Il ne suffit pas de dire que c'est "Révolution" pour que cela soit  vrai et qu'elle soit en marche ! Pas plus en Espagne, qu'en Grèce ou qu'en France ! 

 

 Ne galvaudons pas le mot et l'idée de Révolution ! La Révolution comme effet de mode est tout sauf un processus politique, social, institutionnel, populaire réel et concret ! C'est un produit de mode ! Des centristes révolutionnaires cela existe et oui ! Annoncer comme le fait le Co-Président du PG, Jean-Luc Mélenchon, sur les plateaux Télé ou sur son blog, la Révolution citoyenne en Espagne, sans que cela soit étayé par des faits politiques, institutionnels, sociaux ou électoraux profonds et durables n'est que la  preuve de l'effet de mode à but électoral ou de la boite à slogans qui ne servent qu'à une posture que l'on veut se donner ! Les faits, ce dimanche, en Espagne ont démenti l'effet de mode et la boite à slogans ! La Révolution n'est pas à l'ordre du jour !

 

Les grands gagnants du scrutin local Espagnol sont la réaction européiste et fédéraste et la cure d'austérité !

 

 

Rappelons-nous que lors du mouvement contre la réforme des retraites certains politiques de la gauche radicale notamment du PG parlaient de révolution citoyenne en France ! Et bien, on a vu la suite : Les syndicats capituleront, Sarkozy fera passer sa réforme et le PS vainqueur aux cantonales !

 

Vous aves dit Révolution ? !

 

Salut et Fraternité.

 

D-P.

 

_________________________

 

(1)

http://www.elpais.com/global/

 

(1)

http://www.lexpress.fr/actualites/2/actualite/le-parti-au-pouvoir-sanctionne-dans-les-urnes-en-espagne_995472.html

(1)

http://www.rfi.fr/europe/20110522-elections-municipales-revers-precedent-le-parti-socialiste-espagnole


(2)

Ces catégories de la population qui ont été les grandes gagnantes de l'entrée de l'Espagne dans le Marché Commun en 1986 puis des effets d'aubaine des bulles spéculatives autour du marché de la construction et du grand bazar des services (location, complexes touristiquees, banques, etc...) qui débuta avec les Jeux Olympiques d'Eté de Barcelone en 1992  et bien, ses classes moyennes et bourgeoises se rebiffent !

 

Repost 0
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 14:33

 

 

Par Darthé-Payan

 

Militants politiques : pratiquons un peu l'art de la musique et  posons-nous  des questions !

 

La musique est l'art consistant à arranger et à ordonner sons et silences au cours du temps ! 

 

Le militant politique que je suis à décider d'adapter l'art de la musique à la politique...

 

 

 En ces temps de déferlement médiatique mondial, du sordide en boucle et bien, il faudrait un long silence, une pause que devraient nous imposer la décence, la mesure et le respect de la dignité des gens. 

 

 La dictature de la société du spectacle médiatico-politique ne supporte pas les soupirs, les pauses, les silences ! Rien ne doit interrompre les infos, les images, le buzz et aussi la course à l'audience et à la récolte des profits publicitaires ! Le journaliste, le responsable politique et maintenant le militant politique y participent !

 

 

 

Quel est le rôle du militant politique, regarder en boucle, jusqu'à ne plus pouvoir en avaler pour pouvoir ensuite commenter l'immédiate info et l'immédiate photo ;  de la plus superficielle à la plus sordide ?

 

 

A l'heure où responsables politiques et médiatiques se posent des questions (de manière hypocrite et surtout de manière "société du spectacle"), le temps du militant politique qui prend du recul, de la hauteur,  n'est-il pas arrivé ? Allons-nous nous aussi nous poser des questions  ? Faire une pause, un silence pour réfléchir ?

 

 

L'art de la musique peut nous y aider...

 

Salut et Fraternité

 

D-P.

 

D-P.

Repost 0

Présentation

  • : Le blog politique de Darthé-Payan le Jacobin
  • Le blog politique de Darthé-Payan le Jacobin
  • : Pour un sursaut Républicain de Salut Public.
  • Contact

Recherche