Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 décembre 2010 5 24 /12 /décembre /2010 16:37

Par Darthé-Payan

 

Alors que l'année 2010 se termine vaille que vaille et que dans quelques heures vont commencer les agapes festives, j'aurais pu rédiger et publier une nouvelle note sur un sujet brûlant d'actualité - il n'en manque pas - mais j'ai préféré vous faire partager cet extrait d'un des discours de Jean-Jaurès qui traite de l'émancipation sociale des travailleurs et qui se trouve être d'une incroyable actualité.

 

Chaque citoyen lecteur, pourra constater que Jean-Jaurès - celui qui est avec Robespierre  l'une de mes principales sources d'inspiration - démontre que la république et le socialisme forment un tout qui permet aux citoyens et à la nation d'être souverain partout permettant  l'émancipation sociale des travailleurs.

 

 

 

 

 

Les Gauches d'aujourd'hui, quelle qu'elles soient,  sont fort éloignées de cette pensée républicaine socialiste chère à Jaurès. La dérive actuelle des gauches vers un fourtout verbeux gauchiste, libertarien, écologiste et européiste font que ces gauches sont dans l'incapacité d'être motrices pour l'émancipation des travailleurs comme des citoyens. 

 

Je vous souhaite une bonne lecture du texte publié ci-après et espère que cela suscitera chez vous, chers citoyens lecteurs, réflexions, débats et échanges. La République guide nos pas...

 

Salut et Fraternité.

 

D-P.

 

 

 

____________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

 Assemblée nationale

 

  Jean-JAURES

 

 

 

 L’émancipation sociale des travailleurs

 

 

 

 Discours à la Chambre des députés : 21 novembre 1893




Oui, par le suffrage universel, par la souveraineté nationale qui trouve son expression définitive et logique dans la République, vous avez fait de tous les citoyens, y compris les salariés, une assemblée de rois. C’est d’eux, c’est de leur volonté souveraine qu’émanent les lois et le gouvernement ; ils révoquent, ils changent leurs mandataires, les législateurs et les ministres, mais, au moment même où le salarié est souverain dans l’ordre politique, il est dans l’ordre économique réduit à une sorte de servage.

Oui ! au moment où il peut chasser les ministres du pouvoir, il est, lui, sans garantie aucune et sans lendemain, chassé de l’atelier. Son travail n’est plus qu’une marchandise que les détenteurs du capital acceptent ou refusent à leur gré […].

Il est la proie de tous les hasards, de toutes les servitudes et, à tout moment, s’il veut exercer son droit légal de coalition pour défendre son salaire, il peut se voir refuser tout travail, tout salaire, toute existence par la coalition des grandes compagnies minières. Et tandis que les travailleurs n’ont plus à payer, dans l’ordre politique, une liste civile de quelques millions aux souverains que vous avez détrônés, ils sont obligés de prélever sur leur travail une liste civile de plusieurs milliards pour rémunérer les oligarchies qui sont les souveraines du travail national.

Et c’est parce que le socialisme apparaît comme seul capable de résoudre cette contradiction fondamentale de la société présente, c’est parce que le socialisme proclame que la République politique doit aboutir à la République sociale, c’est parce qu’il veut que la République soit affirmée dans l’atelier comme elle est affirmée ici, c’est parce qu’il veut que la Nation soit souveraine dans l’ordre économique pour briser les privilèges du capitalisme oisif, comme elle est souveraine dans l’ordre politique, c’est pour cela que le socialisme sort du mouvement républicain. C’est la République qui est le grand meneur : traduisez-la donc devant vos gendarmes !

Et puis, vous avez fait des lois d’instruction. Dès lors, comment voulez-vous qu’à l’émancipation politique ne vienne pas s’ajouter, pour les travailleurs, l’émancipation sociale quand vous avez décrété et préparé vous-mêmes leur émancipation intellectuelle. Car vous n’avez pas voulu seulement que l’instruction fût universelle et obligatoire… vous avez voulu aussi qu’elle fût laïque, et vous avez bien fait.

Vous n’avez pas, comme vous en accusent souvent des adversaires passionnés, ruiné les croyances chrétiennes, et ce n’était pas votre objet. Vous vous proposiez simplement d’instituer dans vos écoles une éducation rationnelle. Ce n’est vous qui avez ruiné les croyances d’autrefois ; elles ont été minées bien avant vous, bien avant nous, par les développements de la critique, par la conception positive et naturaliste du monde, par la connaissance et la pratique d’autres civilisations, d’autres religions, dans l’horizon humain élargi… Ce n’est pas vous qui avez rompu les liens vivants du christianisme et de la conscience moderne : ils étaient rompus avant vous. Mais ce que vous avez fait, en décrétant l’instruction purement rationnelle, ce que vous avez proclamé, c’est que la seule raison suffisait à tous les hommes pour la conduite de la vie.

[…]

Par là même, vous avez mis en harmonie l’éducation populaire avec les résultats de la pensée moderne ; vous avez définitivement arraché le peuple à la tutelle de l’Église et du dogme ; vous avez rompu, non pas ces liens vivants dont je parlais tout à l’heure, mais les liens de passivité, d’habitude, de tradition et de routine qui subsistaient encore.

Mais qu’avez-vous fait par là ? Ah ! je le sais bien, ce n’était qu’une habitude et non pas une croyance qui survivait encore en un grand nombre d’esprits ; mais cette habitude était, pour quelques-uns tout au moins, un calmant et un consolant. Eh bien ! vous, vous avez rompu la vieille chanson qui berçait la misère humaine… et la misère humaine s’est réveillée avec des cris, elle s’est dressée devant vous et elle réclame aujourd’hui sa place, sa large place au soleil du monde naturel, le seul que vous n’ayez point pâli.

De même que la Terre perd, par le rayonnement nocturne, une partie de la chaleur que le jour y a accumulée, une part de l’énergie populaire se dissipait par le rayonnement religieux dans le vide sans fond de l’espace.

Or, vous avez arrêté ce rayonnement religieux, et vous avez ainsi concentré, dans les revendications immédiates, dans les revendications sociales, tout le feu de la pensée, toute l’ardeur du désir ; c’est vous qui avez élevé la température révolutionnaire du prolétariat, et, si vous vous épouvantez aujourd’hui, c’est devant votre œuvre !

[…]

Vous trouverez bien assez le moyen, sans changer les lois, de supprimer en fait la liberté des syndicats ouvriers et de faire une loi de servitude de ce qui a été une loi d’émancipation.

Et je suis en droit de conclure que le socialisme est à ce point un mouvement profond et nécessaire, qu’il sort si évidemment, si puissamment de toutes les institutions républicaines, laïques, démocratiques, que, pour combattre le socialisme, vous allez être condamnés dans tous les ordres, dans l’ordre politique, dans l’ordre fiscal et dans l’ordre syndical, à une œuvre de réaction.

Et bien ! faites-la, essayez-la ! et pendant que vous userez ce qui peut vous rester de force et de prestige à lutter contre le peuple en marche, dans les intervalles que nous laisseront vos persécutions impuissantes, nous apporterons les projets de réforme que vous n’avez pas apportés ; et, puisque vous désertez la politique républicaine, c’est nous, socialistes, qui la ferons ici.

 

© Assemblée nationale



Repost 0
18 décembre 2010 6 18 /12 /décembre /2010 15:29

Par Darthé-Payan

J'ai décidé de publier sur mon blog, ci-après, le texte de la Tribune (*)  écrite par Nicolas Dupont-Aignan, Président du mouvement Gaulliste "Debout la République", paru dans le quotidien Le Monde daté du 18 décembre 2010,  pas parce que l'homme de gauche, républicain, socialiste et jacobin que je suis qui vient de démissionner du PG, passerait à droite ou la ralierait ou encore abandonnerait l'idéal du socialisme républicain et jacobin mais parce que ce choix est fait pour servir le débat, l'information en ce moment où Jean-Luc Mélenchon et le PG souhaitent  rester dans l'Union Européenne et dans l'Euro - donc la BCE.

 Sans être devenu gaulliste, je reconnais au document rédigé par Nicolas Dupont-Aignan une analyse et une position qui me conviennent et que ne peuvent pas rejeter  d'un bloc et a priori Jean-Luc Mélenchon et Jean-Pierre Chevènement.

Ce point de vue est clairement républicain et participe de la reconquête de la souveraineté nationale, populaire, monétaire de notre pays, la France, notre patrie républicaine.

Nicolas Dupont-Aignan a le courage de mettre en accord, ses discours, ses actes et ses convictions. Il fait preuve de clarté et aussi de courage.

Je dirais aux camarades du PG, de la Gauche radicale, du mouvement de Jean-Pierre Chevènement, on ne peut pas chaque jour crier, écrire et dire que ce que fait l'Union Européenne est une catastrophe comme en Grèce ou en Irlande, hurler que la Commission de Bruxelles a mis sous tutelle les budgets des Etats-Nations, proclamer l'exigence de la souveraineté populaire et rester dans l'Union Européenne, la BCE, l'Euro ou encore le GMT. C'est contradictoire et stérile et cela entretien la confusion.

Le PG et Jean-Luc Mélenchon doivent entendre ce que dit Nicolas Dupont-Aignan. Chevènement doit l'entendre aussi. Ces trois responsables républicains doivent pouvoir engager les convergences pour une alternative républicaine de Salut public autour de la reconquête de la souveraineté, autour de la sortie de la France de l'UE, de la BCE, de l'Euro.

Le sursaut républicain de la souveraineté en rompant avec l'UE, la BCE et l'Euro, ou le déclin de la France en restant  dans l'UE, la BCE et dans l'Euro ! Voilà les choix... Voilà l'alternative.

Ci-après le texte intégral de la tribune de Nicolas Dupont-Aignan parue dans le journal Le Monde du 18 décembre 2008.

Salut et Fraternité.

D-P.

  

______________________________________________

 

Retrouvons notre monnaie nationale

Par Nicolas Dupont-Aignan

 

 

Prisonniers consentants d'une monnaie unique qu'ils associent à tort à l'idée européenne, les oligarques de Bruxelles ne se rendent pas compte qu'ils sont en train de tuer l'Union européenne (UE). Comme prévu, on ne peut pas plaquer sur des économies différentes une monnaie unique. Puisqu'il n'y a ni réelle circulation des travailleurs ni transferts financiers entre les Etats, toute différence de compétitivité entre deux pays se traduit logiquement par un excédent commercial excessif d'un côté, et par du chômage de masse de l'autre.

Puisque les monnaies ne peuvent plus se réajuster les unes par rapport aux autres, les peuples reçoivent comme un boomerang en pleine figure cet euro trop cher et trop injuste. L'Allemagne accumule des excédents commerciaux, tandis que, symétriquement, la France et les pays du Sud sont pris dans le cercle vicieux des déficits commerciaux - qui nourrissent à leur tour le chômage et les déficits publics.

 

Tous ces pays, qui n'ont pas la même structure industrielle ni la même démographie, ne pourront pas subir indéfiniment une politique monétaire identique qui tue à petit feu leur tissu industriel !

 

Les Anglais, les Polonais, les Suédois, les Danois, qui se réjouissent aujourd'hui de ne pas avoir intégré la zone euro, voient tout au contraire leurs exportations redémarrer et leur croissance repartir. Ils ne subissent pas la politique de l'euro trop cher dictée par l'Allemagne. Ces pays sont-ils pour autant moins européens ? Bien sûr que non.

 

Mais ils ont eu l'intelligence de comprendre que la liberté monétaire est indissociable d'une politique économique conforme à l'intérêt de leur peuple. Et ils dévoilent ainsi en creux l'arnaque de la monnaie unique, taillée pour la finance et la banque. Car si les dirigeants européens mettent tant d'acharnement à défendre l'indéfendable euro qui asphyxie leur économie, c'est bien car ils obéissent aux intérêts de leur nouveau maître, le système financier, qui en est le principal bénéficiaire.

 

Il ne faut pas oublier que l'article 123 du traité de Lisbonne a gravé dans le marbre du droit supranational l'interdiction pour tout Etat d'emprunter sans intérêts auprès de sa propre banque centrale. C'est-à-dire d'investir sans payer d'intérêts dans des grands projets, dans la recherche, les universités ou dans les hôpitaux.

Or, l'Europe ne peut pas exister comme un espace de paix et de progrès si un seul pays domine les autres, et si les intérêts de la finance priment sur ceux des citoyens. Le président américain Thomas Jefferson l'avait énoncé dès le XIXe siècle : "Si le peuple américain permet un jour que des banques privées contrôlent leur monnaie, les banques priveront les gens de toute possession, d'abord par l'inflation, ensuite par la récession, jusqu'au jour où leurs enfants se réveilleront, sans maison et sans toit, sur la terre que leurs parents ont conquise."

 

Lors de la mise en circulation de l'euro, beaucoup avaient été déroutés par les dessins tracés sur les billets, représentant des ponts ou des viaducs ne menant nulle part. La Banque centrale européenne (BCE) s'était empressée de préciser qu'il ne fallait surtout pas que l'on puisse y reconnaître un monument existant. Le vide de cette construction idéologique et technocratique apparaissait déjà dans toute sa cruauté. Comment construire le continent européen sans s'appuyer sur les nations et les peuples qui le composent ?

 

La France, si elle veut au plus vite échapper à la spirale de la déflation économique et de la régression sociale, si elle veut rester un pays libre maître de son destin, doit donc au plus vite sortir de l'euro ! C'est la seule issue pour ne plus être victime du dumping monétaire de la Chine ou des Etats-Unis. C'est la seule issue pour relancer nos exportations et relocaliser les investissements. Nous pourrons alors créer mécaniquement le million d'emplois qui nous manque tant pour équilibrer nos régimes sociaux que pour redonner une perspective à notre jeunesse.

 

En sortant de l'euro, la France rendra service à l'Europe tout entière puisque les autres nations suivront son exemple et retrouveront le droit de battre monnaie, ce qui n'interdit en rien une coordination monétaire. L'euro monnaie unique, c'est déjà le passé. Symbole d'une Union européenne oligarchique antidémocratique qui a dénaturé l'idée européenne de départ. Sortir de l'euro, c'est jeter les bases de l'Europe de demain. La seule viable... celle des coopérations à la carte entre des nations libres.

 

Nicolas Dupont-Aignan, député de l'Essonne, président de Debout la République

 

Article paru dans l'édition du 18.12.10(*)

  

 

(*)http://www.lemonde.fr/idees/article/2010/12/17/retrouvons-notre-monnaie-nationale_1454861_3232.html

 

 

http://www.debout-la-republique.fr/Tribune-de-Nicolas-Dupont-Aignan.html

Repost 0
13 décembre 2010 1 13 /12 /décembre /2010 15:52

Par Darthé-Payan

 

Coup sur coup ce week-end se transforme en déculottée électorale pour la gauche en général et pour le Front de Gauche (PCF-GU-PG) en particulier. En effet, lors de l'élection municipale de Corbeil-Essonne le candidat UMP Betcher a élu confortablement avec 53,71 % d'une part et à Noisy le Sec où l'UMP ravit la municipalité à la Gauche avec un score encore plus large 54,7 % donc pratiquement 55 % des voix, d'autre part.

 

A GAUCHE, ET NOTAMMENT AU FRONT DE GAUCHE LES CALOTTES ELECTORALES SE RAMASSENT A LA PELLE.

 

A Corbeil Essonne c'est une liste de Gauche unitaire dès le premier tour conduite par le Communiste et Front de Gauche  Bruno Piriou n'a pas réussi à mobiliser les électeurs et notamment les classes populaires qui se sont abstenues ou parfois ont voté pour l'homme de paille de Dassault.

 

 L'avertissement est clair pour la gauche, pour le Parti Communiste,  pour le Front de Gauche et ses composantes comme pour ses leaders. Cette défaite de la liste de la gauche menée par un candidat communiste estampillé Front de Gauche montre que le peuple - notamment le salariat - n'est pas convaicu par les propositions de ce Front de Gauche.

 

 N'oublions pas que dans ce département de l'Essonne, un certain Jean-Luc Mélenchon, militant socialiste puis comme militant et président du PG (il fut Premier Secrétaire de la Fédération socialiste de L'Essonne de 1981 à 1987) et a été élu du côté de Massy soit en tant que Conseiller municipal socialiste de Massy (1983-2001), soit comme Conseiller général socialiste  (1985-1992 ; 1998-2004) et comme parlementaire en tant que Sénateur socialiste puis Parti de Gauche (1986-2000 ; 2004-2009).

 

 

Pour le Parti Communiste l'avertissement est clair !

 

 

J'ai lu, ici ou là, que la défaite à ces élections étaient due à certaines classe populaires qui votent à droite avec beaucoup de mépris dans le propos où qu'ici que c'est la faute du PS qui n'a pas su ou voulu mobiliser ou que ce dernier aurait trahi le reste de la Gauche.

 

Un Peu courte l'analyse et aussi édifiante la cécité des dirigeants du Front de Gauche et notamment du PG. Plutôt que de se remettre en cause, de remettre leur stratégie et le contenu de leur projet fait pour les classes moyennes et servir l'idéologie écolo-libertarienne et bien ils complaisent dans leurs postures habituelles et accusent d'autres. 

 

Je crois que certains ne veulent pas se rendre à l'évidence des faits. Mais, comme disait Lénine, les faits sont têtus !i

 

Pour le Camarade  Mélenchon et pour le PG, l'avertissement est  clair !

 

N'oublions pas aussi que dans ce département il y a un candidat aux primaires socialistes à la personne de Emmanuel Valls, Député-Maire d'Ivry  qui a la commune de Corbeil-Essonne dans sa circonscription.

 

Pour le Camarade Valls l'avertissement est clair également !

 

N'oublions pas aussi que dans ce département, il y a le fidèle bras droit de Martine Aubry, la Première Secrétaire du Parti Socialiste en la personne de François Lamy, Député-Maire de Palaiseau.

 

Pour le Camarade Lamy l'avertissement et clair également et pour la Camarade Martine Aubry et pour le PS l'avertissement est clair aussi.

 

 

Dans le département de la Seine Saint-Denis, la liste de Gauche menée par le PCF et le Front de Gauche avec le soutien des Verts dès le premier tour s'est ramassée au second et n'a pas plus mobilisé les électeurs des classes populaires à l'instard de la liste Piriou à Corbeil-Essonne. Mais dans le département de Seine Saint-Denis, à Noisy le Sec, la gifle est plus nette, plus sévère, la droite Umpiste l'emporte avec pratiquement 55 % des suffrages. C'est une sacrée claque qu'a pris le Président socialiste Bartolone sur ces terres.

 

L'avertissement au PS mais aussi au Front de Gauche est clair là également.

 

La Gauche ne mobilise pas ou mal ou pas assez, il y a  une forte abstention, un recul clair et inquiétant de la participation civique des citoyens aux élections qui semblent soit se désintéresser, soit être écoeurés, soit être désemparer et las du peu de cas que font les partis de gauche y compris le PCF, le PG, des questions sociales, des questions de souveraineté, des questions d'emplois, des questions relatives à la violence scolaire ou à l'abandon du respect et de la vertu ou encore la non traitement des questions de sécurité, de sûreté publique, voire la question  des religieux qui envahissent la rue ou l'espace public et qui ne respectent pas les lois de la république laïque.

 

 

LE FRONT DE GAUCHE PREND L'EAU ET VA FINIR PAR COULER.

 

Le Front de Gauche, cet objet composé du PCF, de la GU et du PG vient d'essuyer dans ces deux élections municipales un sacré revers. Il prend l'eau et rare sont ceux qui s'en rendent compte... Les derniers communiqués le prouvent ! (*)

 

Je vais surtout m'adresser à Jean-Luc Mélenchon et à mes ex-Camarades du PG.

 

 Il est clair que la stratégie de Jean-Luc Mélenchon est entrain de prendre l'eau de toute part. Le PCF comme le PG ne sont pas capables ou en mesure de mobiliser ni les électeurs pour gagner les élections, ni les militants ou les citoyens sympathisants pour les forums participatifs dans le cadre du programme partagé où simplement quelques 150 à 250 personnes sembles intéressées par les thèmes des débats qui ne sont pas rien : l'un traite des retraites l'autre d'une 6ème République. Bref, le PG comme les autres composantes du Front de Gauche devraient se poser les questions : pourquoi d'une part ils ne mobilisent pas les électeurs et d'autre part pourquoi ils ne mobilisent pas leurs militants ?  Le travail doit se faire avec sérieux, loin des paillettes des médias et autres émissions de télévision mais dans le calme et la réflexion militante.

 

Il y a donc cette fameuse stratégie du Front de Gauche qui il y a  quelques jours certains l'appelaient élargi car devaienty entrer la Fase et le Mpep.

 

 Quel élargissement parle t-on ?  Aucune force dynamique ne rentre dans le Front originel et le but recherché c'est l'affirmation que le Front de Gauche se situe dans la mouvance écolo-libertarienne des Alternatifs de touts poils. Vu la dérive du PG depuis plus d'un an, dans le libertarisme écologisme avec notamment la constitution d'un groupe Front de Gauche Alternatifs au Conseil régional d'Ile de France au dépens des Communistes (bonjour le Front de Gauche car n'oublions pas que la tête de liste aux régionales pour le Front de Gauche n'était autre que Pierre Laurent, l'actuel Secrétaire national du PCF) en est la plus cruelle des réalités.

 

Contrairement aux directions des partis constituants le Front de Gauche,  qui eux, saluaient comme une victoire, leur maigres 6 % aux régionales, j'ai pensé et déclaré, à l'époque, que ces résultats étaient décevants, même inquiétants et n'auguraient rien de bon pour la suite vu que le Front de Gauche était soit à géométrie variable, soit rabougris soit polémique. Je me rappelle même, m'être fait incendié sur le blog de Jean-Luc Mélenchon * par d'autres intervenants qui trouvaient merveilleux, mirobolants les résultats pour le Front de Gauche et le PG et même essayaient de justifier la  perte, par le PCF, de près de la moitié  de ses conseillers régionaux.

 

Les résultats des deux municipales démontrent que ces résultats mirobolants n'en étaient rien et prouvent que mes inquiétudes, mon constat étaient justifiés en les confirmant.

 

 

UN PROJET D'ALTERNATIVE REPUBLICAINE DE SALUT PUBLIC DOIT ETRE PROPOSE AUX CITOYENS.

 

Pour sauver, la candidature du Camarade Jean-Luc Mélenchon, parce qu'il faut bien dire clairement les choses, et bien il faut que Mélenchon se comporte en homme d'état, en républicain, en jacobin, en gaullien,  en rassembleur permettant les convergences en vue d'une alternative républicaine de Salut public autour notamment de la souveraineté nationale et populaire avec l'exigence de quitter l'UE, la BCE, le GMT, autour des principes de la république une et indivisible et laïque, autour de la reconquête de notre marché intérieur grâce à un projet planifié de réindustrialisation du pays, grâce au retour à une agriculture productive, grâce à une protection de nos emplois, de nos entreprises, de nos produits et de nos marchés, par une réappropriation collective de l'économie avec en  premier lieu  la nationalisation des banques et des assurances, par le retour à la souveraineté monétaire, financière et budgétaire pour notre pays. Sans aborder tous les sujets et les questions d'urgence, j'émets quelques pistes permettant à la gauche en général et à la gauche radicale - celle du Front de Gauche - de se les approprier et d'en faire son miel.

 

 

Aller reconquérir les terres abandonnées et redonner vie économique à ces bastions ouvriers ou paysans matyrisés.

 

Le Camarade Mélenchon doit aussi remettre au  centre de ce nouveau projet d'alternative républicaine de Salut public les préoccupations de ces concitoyens et compatriotes notamment les questions sociales liées à la création massive d'emploi, les questions des salaires et revenir prendre pied dans les terres abandonnées à l'abstention et au Front National. Les terres abandonnées du monde ouvrier, parmi ces terres nous trouvons les bassins industriels et miniers ravagés. Il y aussi les campagnes à l'abandon, où la Gauche n'a jamais prêté attention ou intérêt aux paysans qui souffrent, qui voient les prix de leus produits s'effondrer,  qui sont dans les dettes jusqu'au coup, et qui demain seront abandonnés par les réformes de la PAC et qui sont souvent montrés du doigt par les Ecologistes et par la Gauche comme des pollueurs, des réactionnaires votant à droite ou encore des bouffeurs de subventions européennes. Bref, Camarade Mélenchon, il est temps que le PG et la Gauche radicale s'intéresse à la classe paysanne et ne la laisse pas, après avoir été abandonnée par la droite, illusionnée et manipulée par le Front National. N'est-il pas urgent que le Front de Gauche, que le PG proposent un plan républicain pour l'agriculture avec comme programmes centraux, la relocalisation des productions, la réforme agraire par la socialisation et la cantonisation du foncier rural et agricole, le développement des coopératives, le maintien des aides et des subventions, les offices par produits pour garantir les prix et les niveaux de production, la création de l'entreprise rurale permettant les passerelles, les échanges, les services au niveau des activités rurales et l'abandon de la doctrine anti-productiviste ?

 

Bref, j'ai plein d'idées et je suis disponible pour les faire partager et aboutir...

 

Camarade Mélenchon, il est loin le temps des socialistes paysans, du Jaurès paysan comme il est loin le temps où la gauche désignait les petits commerçants et artisans comme membre du Front de Classe (dixit Programme commun et Projet Socialiste pour les Années 80). Qu'avons-nous à leur apporter ? N'est-il pas temps Camarade Mélenchon de les mettre également au centre du projet du Front de Gauche et d'aborder cette question sous l'angle de l'apport économique local, urbain ou rural, de l'apport en formation professionnelle, de l'apport possible dans un secteur coopérateur ?

 

La question de l'Ecole républcaine plus que jamais d'actualité.

 

La question de l'école aussi doit être au premier plan des préoccupations du PG et du Front de Gauche et, notamment le rôle de l'école républicaine. L'école a pour mission principale, principielle et originelle, la transmission et l'acquisition de savoirs et de techniques, c'est l'instruction publique. Elle a  aussi un rôle social et civique en faisant d'un élève, enfant, adolescent, étudiant, un futur citoyen éclairé, attaché aux valeurs essentielles de la république et de notre patrie républicaine. La laïcité,  le respect, la discipline, la vertu, le mérite, la notation, la sanction, le goût de l'effort et du travail et des devoirs  bien faits, la qualification, l'exigence de la réussite,  les diplômes, l'apprentissage des savoirs et d'une culture générale, de métiers doivent être de nouveau les paradigmes de l'Education nationale.L'ancien Ministre délégué à l'Enseignement professionnel, que fût Jean-Luc Mélenchon, ne peut laisser faire le pédagogisme de l'école destructurée cher aux soixante huitards qui malheureusement l'on retrouve dans les contributions du PG.

 

Il est grand temps que se lève un projet  républicain dans l'éducation qui fasse de l'instruction publique et de la transmission des savoirs et des techniques les missions essentielles de l'école publique et républicaine.

 

 

La question de la sécurité, de la sûreté publique doivent être vue et traitée de manière vertueuse et républicaine.

 

La question de la sécurité des personnes et des biens, de la sureté publique doivent être appréhendées par la gauche et notamment le PG sous l'oeil vertueux de l'ordre républicain, de la sanction appliquée et du sens civique. A chaque incivilité, infraction, délit, crime, la justice doit sanctionner, au nom du peuple français, soit sous forme de peine de prison ferme où avec sursis, soit sous forme de Travail d'intérêt général contraignant, soit l'intégration à des structures éducatifs renforcées, soit par des amendes et dommages et intérêts. La continuité territoriale de l'ordre républicain et civique doit être totale et aucune zone de non droit et de non civilité  doivent exister sur le territoire français. En France, la République, la loi et l'intérêt général doivent avoir le dernier mot. N'en déplaise aux libertariens, aux gauchistes , aux  communautaristes pleurnichards et victimaires répétitifs !

 

 

 

L'assimilation républicaine plutôt que l'intégration facteur de communautarisme.

 

Je suis jacobin, je suis républicain, je suis humaniste et universaliste et je trouve de plus en plus désolant voire insupportable que la gauche en général et la gauche radicale en particulier découpe en communautés ou en groupes auxquels sont attribués des qualificatifs. On ne parle plus de citoyens français et de ressortissants étrangers. On parle de Français musulmans, de français d'origine maghrébine, de communautés là juive, là musulmanne, là de gens de voyage, là d'antillaise, là de gay ou de lesbienne. La gauche bien pensante, qui prône le droit à la différence qui débouche sur la différence de droits et la première à découper en rondelles, en communautés, en religions, en genre ou orientation sexuelle, en ethnie le peuple français. Drôle de façon de lutter contre le racisme, la xénophobie, les discriminations, les inégalités en compartimentalisant les gens en communautés, en groupes ethniques ou religieux ou en 'orientation sexuelle ! Drôle de façon qui est si peu républicaine, si peu universaliste.

 

Je suis pour l'égalité des droits, l'égalité des conditions, l'égale égalité des droits et l'égale égalité des conditions et pour l'assimilation républicaine. Je suis pour tout ce qui rassemble et permet de transcender ses intérêts privés ou individuels, ses intérêts catégoriels, ses intérêts de classe afin que la république soit la chose publique, la chose commune à chacun et à tous et que la loi  républicaine, l'intérêt général s'impose à chacun et à tous.

 

 La cohérence autour des valeurs et des principes de la République, autour du respect de loi commune, autour du respect de l'intérêt général, autour de la laïcité, autour de la langue française et autour du vivre ensemble communément assimilés devraient être également au centre de tout projet républicain et notamment au centre des projets de la Gauche, au centre du projet de Jean-Luc Mélenchon mais là comme ailleurs trop de renoncements, trop d'affaiblissement de doctrine, trop d'égarement font que la gauche est de plus en plus antirépublicaine et de plus en plus propagandiste du communautarisme et du différentialisme.

 

 

 

LE FRONT DE GAUCHE EST USE ET EN ECHEC, MAINTENANT PASSONS AU FRONT D'UNITE POPULAIRE

 

 

Le Front de Gauche prend l'eau et en plus ses fondations sont usées. Le Front de Gauche qui n'a que trois composantes le PCF, la GU, le PG peine à s'agrandir et à se dynamiser. Il fût annoncéque la Fase  et le M'pep allaient le rejoindre. Pour le moment rien n'est fait et de toute manière, cela n'apportera rien en terme électoral, ni en terme de militantisme. Le seul impact de l'entrée de la Fase dans le Front de Gauche serait que l'entrée de ce mouvement composé de mouvances différentes et disparâtes serait une confirmation de la ligne alternato-libertarienne et écologiste d'une part et du pablisme tiers mondiste d'autre part. Le tiers mondisme n'a rien à voir avec l'internationalisme cher à Jean-Jaurès qui était l'autre face du patriotisme et qui se mouvaient l'une et l'autre en même temps.

 

 Le M'pep analyse les choses sur la question européenne et sur la question de la rupture avec le capitalisme et le le libre échange et se rend vite compte que le PG, le Front de Gauche n'est absolument pas pour le plein retour à la souveraineté nationale, monétaire et populaire et qu'il n'y a point de rupture avec le capitalisme et le libre échange dans les propositions du PG. Le M'pep fait le même constat que le Jacobin que je suis même si le mouvement M'pep s'égare dans l'écologie et cela est fort dommage car cela affaiblit sa position et ses propositions de retour à la pleine souveraineté et de sortie du capitalisme. Le M'pep ne rentrera donc pas dans le Front de Gauche et il a bien raison...

 

Jean-Luc Mélenchon, le PG, le PCF devraient abandonner cette idée de Front de Gauche rabougris qui tournera de plus en plus au face entre le candidat communiste Chassaigne (ou un autre) et Jean-Luc Mélenchon avec les risques de la démobilisation et de l'atomisation de l'autre gauche - celle qui se dit radicale.

 

Le Candidat Mélenchon doit se résoudre en mettre en perspective une nouvelle structure plus vaste, plus rassembleuse, plus immergée dans le peuple en prenant appui et force sur les citoyens. Cette nouvelle structure que j'appelle Front d'Unité Populaire (en référence à l'Unité populaire d'Allende au Chili) permettra les convergences pour une alternative républicaine de Salut public. La gauche républicaine,  la gauche socialiste,  la gauche jacobine,  la gauche anticapitaliste, les gaullistes de progrès,  les souverainistes et gaullistes de DLR ,les mouvements syndicaux et associatifs, les  citoyens, brefs les forces républicaines et citoyennes progressistes qui mettent en convergence l'idée de reconquête de la souveraineté nationale de notre pays et de son peuple citoyen.

 

 Ce sera, la locomotive permettant de tirer le train de la Révolution républicaine, sociale, jacobine, citoyenne, laïque et universaliste.

 

Ce Front d'Unité Populaire se choisira son porte parole candidat. Si Jean-Luc Mélenchon s'empare d'un tel projet et bien sa candidature deviendra incontournable mais d'autres peuvent l'exprimer, la faire fructifier s'il dépasse leur intérêt de boutique de parti, je pense à Jean-Pierre Chevènement, à un candidat du POI ou encore au Gaulliste Nicolas Dupont-Aignan. L'avenir nous dira qui est le mieux capable de porter cette flamme républicaine de salut public, cette espérance pour un autre demain.

 

 

 

LA REVOLUTION CITOYENNE NE PEUT SE SATISFAIRE D'UN DISCOURS DUR ET D'UN PROGRAMME MOU.

 

La Révolution citoyenne est mal embarquée et Jean-Luc Mélenchon, comme mes ex-Camarades du PG (je rappelle que j'ai démissionné du PG, il y a quelques jours et j'en ai donné les explications dans un comité que chacun peut consulter au lien suivant : http://darthe-payan-lejacobin.over-blog.com/article-silence-assourdissant-et-honteux-du-pg-sur-le-putsch-de-gbagbo-en-cote-d-ivoire-trop-c-est-trop-je-quitte-le-pg-62392750.html

 

Jean-Luc Mélenchon passe pas mal, en ce moment, dans les médias et souvent il émet un discours avec diatribes contre les banques, contre DSK et le FMI, contre l'UE, contre les réformes Sarkozy et bien sùr contre certains journalistes, surtout cela à juste titre mais c'est totalement insuffisant et à la longue peut paraître inquiétant à certains de nos concitoyens du fait de propos durs et verbeux sans réel programme.

 

 Le problème c'est que le citoyen trouvera bien vite que le discours dur débouche pas forcément sur un programme dur.La preuve en est sur l'Europe où le Camarade Mélenchon tape à bras raccourcis sur l'UE et la BCE mais n'envisage nullement de mettre en perspectives la sortie de notre pays de l'UE, de la BCE et ne parle que de sortie du Traité de Lisbonne et encore des articles du traité qui remettraient en cause l'intérêt national. Bref c'est tout sauf de la radicalité programmatique.

 

 Il en va de même sur les banques. Le PG parle de pôle bancaire public et cela est fort éloigné de la nationalisation des banques et des assurances et du retour à la nation de la monnaie et de la banque de France. Rien, n'est annoncé sur la rupture avec le capitalisme et le libre échange. Le programme du PG comme d'ailleurs celui du PCF restent des programmes de non rupture avec le capitalisme et le libre échange et sont de simples programmes socio-démocrates et européistes. La seule marque affirmée et affichée, dans les propositions du PG,  c'est l'écologie à toute les sauces et ses dérives antirépublicaines, antiéconomiques, antiproduction (abandon du nucléaire, décroissance, refus d'infrastructures collectives telles que les aéroports et les complexes portuaires, politique industrielle inexistante, agriculture simplement vu sous l'angle bio et protectrice de l'environnement et non comme secteur économique productif dégageant de la valeur ajoutée et permettant par ses ressources créés de financer l'intérêt général et la solidarité...).

 

 Bref, la révolution citoyenne ne doit pas être qu'un mot, un slogan, un titre de livre ou de programme, elle doit se révéler concrète pour l'ensemble des citoyens et permettre l'espèrance pour un autre demain.

 

 

L'ESPOIR D'UN SURSAUT REPUBLICAIN EN GUISE DE CONCLUSION PROVISOIRE.

 

 

Pour terminer, cette longue note, je formule l'espoir qu'un homme politque, qu'un parti se lève et dise à propos de l'Europe : "Stop, on retire nos billes ! Salut !" et que notre pays retrouve le chemin de la reconquête de sa souveraineté pleine et entière.

 

 Egalement, le sursaut républicain permettant cette alternative de salut public peut-être l'espoir que l'on peut amener, que l'on peut proposer à nos concitoyens, à nos compatriotes qui souffrent, qui se battent et qui pour certains se sentent abandonnés telles cette classe ouvrière, telle cette classe paysan, telle ces citoyens de quartiers en difficultés où le caïd fait régner sa loi.

 

Ce sursaut doit permettre aux citoyens d'avoir l'espèrance d'un autre demain.

 

  Un peu comme au sortie de la Seconde mondiale où le programme du CNR "Les jours heureux" permettra à la France de se reconstruire, de retrouver sa pleine souveraineté, sa puissance économique et son rayonnement à travers les terres et les mers. 

 

La France doit redevenir Puissance et son peuple citoyen devenir souverain telle doit être l'objectif de la Révoluton Citoyenne. En tous cas, le Républicain socialiste et jacobin que je suis, la portera afin que le même compromis fécond, bâtisseur, protecteur et émancipateur de la Libération redevienne le quotidien de mes concitoyens.

 

 Mais pour ce que j'en dis...

 

 

Salut et Fraternité.

 

D-P. 

 

 

(*) http://www.lepartidegauche.fr/editos/actualites/3318-a-noisy-le-ps-a-affaibli-la-gauche

Repost 0
9 décembre 2010 4 09 /12 /décembre /2010 17:15

 Par Darthé-Payan

 

 

 

 

Aujourd'hui 9 décembre 2010 est le 105ème anniversaire de la loi de la séparation des Églises et de l’État.

 

 

                                         

 

Il y a 105 ans, de grands hommes politiques, des hommes d’État, des parlementaires, des républicains ardents et vertueux votèrent cette loi de progrès, d'émancipation, d'universalité et de genre humain. Ces hommes parmi les plus représentatifs qui participèrent à cette œuvre collective et républicaine sont notamment le Président du Conseil, celui que l'on surnomme le "père Combes", le grand républicain socialiste, élu du Tarn, Jean-Jaurès, le Rapporteur Aristide Briand ou  encore le député socialiste blanquiste Maurice Allard. Ces hommes faisaient l'Histoire et faisaient de la République, l'émancipatrice de la personne humaine.

 

 

 

 

 

 

 

Plus d'un siècle après son entrée en application, cette loi républicaine d'intérêt général et émancipatrice, qui officialise que le législateur garantit la liberté de conscience et la stricte séparation des Eglises et de l'Etat, est encore et toujours menacée et remise en cause par des intérêts privés et particuliers, par des communautarismes plus ou moins affichés, par des religieux qui se mêlent de politique et qui envahissent la sphère publique, par des intérêts mercantiles ou consuméristes prononcés, par des élus de la nation qu'ils soient parlementaires ou élus locaux de droite comme de gauche qui par des applications sournoises, par des décisions ou par leurs propos remettent en cause cette loi républicaine qui s'inspire des idéaux révolutionnaires et de l'universalisme libérateur des Lumières.

 

 

 

Il est temps que les républicains qu'ils soient politiques, associatifs, ou législateurs remettent au centre de la vie politique et de la vie civique les principes républicains de laïcité et d'universalité contenus dans la loi du 9 décembre 1905 et que cette loi soit appliquée dans toute sa rigueur. Il en va de l'intérêt général de la République, de la cohérence et de la cohésion de la nation.

 

Certains parlent de laïcité ouverte(sic), d'autres comme le Président de la République bafoue les principes de neutralité et de laïcité notamment quand il est reçu dans des enceintes du Vatican en tant que Président de la République ou qui se fait le porte parole par son discours de Latran d'une remise en cause du rôle émancipateur de la république laïque et de l'école publique et laïque.

 

Des lois Debré en lois Guermeur, en passant par les mesures simples et pratiques de Chevènement après l'échec du mouvement laïque de 1984 à propos du Grand Service Public Unifié de l'Education Nationale, pour finir par les accords Lang-Cloupet et les accords Kouchner-Vatican ou encore de la loi "Carle", la remise en cause de la loi du 9 décembre 1905 et des principes républicains de laïcité sont régulièrement remise en cause ou affaiblis pour satisfaire des intérêts privés, particuliers ou communautaires ou encore pour des intérêts locaux. La république laïque se meurt à petits feux.

 

Plus que jamais, un sursaut républicain et laïque est nécessaire pour l'avenir de la République et il faut tendre vers le maximum de convergences républicaines pour permettre ce sursaut de salut public. La  Loi sur la séparation des Églises et de l’État doit être appliquée dans sa totalité et sur tout le territoire. A ce titre, elle doit être étendue aux départements d'Outre Mer et aussi à l'Alsace-Moselle. Cette laïcité étendue mettra un terme au régime concordataire et aux régimes dérogatoires et devra être appliquée dans sa rigueur dans les établissements pénitentiaires, de justice, de santé et bien sur dans l’École publique, l'école de la république mais également dans les médias.

 

D'autres lois émancipatrices, on confluent de la laïcité, de l'ordre public et du vivre ensemble,  cimentent les principes républicains et d'intérêt général, telles celle "interdisant les signes religieux dans les établissements scolaires publics" ou celle dite "loi interdisant la dissimulation du visage dans la sphère publique" sont à défendre et à promouvoir et aussi à faire appliquer dans sa rigueur partout et pour tous. En France, les intérêts privés et particuliers, les intérêts communautaires, religieux ou mercantiles doivent se soumettre à loi de l'intérêt général votée par les représentants du peuple qui exprime, au parlement, la volonté générale. En France, la république laïque, une et indivisible doit avoir le dernier mot.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette loi du 9 décembre 1905 s'inspire des Lumières, des principes révolutionnaires et républicains de liberté, d'égalité, de fraternité, de laïcité, d'intérêt général, d'unité et d'indivisibilité, d'universalité. Elle vient à la suite des premières lois laïques sous la Révolution française par le mouvement jacobin notamment, celle émancipatrices votées presque un siècle plus tard, sous Jules Ferry notamment les lois sur l'école publique laïque gratuite et obligatoire pour les garçons et filles. Avec la loi du 09 décembre 1905, nous revenons toujours à 1789 comme le souligne l'Historien Michel Vovelle dans un entretien au supplément de l'Humanité des 10 et 11 décembre 2005 consacré au centenaire de la loi de la séparation des églises et de l’État.

 

 

 

 

 

 

Encore et toujours la République !  Soyons fidèles aux principes républicains de laïcité. Le citoyen n'en sera que plus libre et plus respectueux de l'intérêt général.

 

 

Pour terminer ce billet, je publie ci-après le lien ou chacun pourra atteindre le document publié sur le site de l'Assemblée Nationale

Citoyens, bonne lecture.

 

Vive la République ! Vive la laïcité ! Vive la France !

 

 

Salut et Fraternité.

 

D-P.

 

 

 

________________________________

 

 

Le lien :

http://www.assemblee-nationale.fr/histoire/eglise-etat/sommaire.asp

http://www.assemblee-nationale.fr/12/evenements/1905/rapport1905-r.pdf

 

 

 

Repost 0
5 décembre 2010 7 05 /12 /décembre /2010 14:15

Communiqué de Darthé-Payan

 

 

Si Martine Aubry et Harlem Désir se sont enfin exprimés (mais toujours pas de communiqué officiel sur le site du PS) et ont affirmé que Gbagbo devrait respecter la volonté du peuple et devait partir et bien que le PCF "exprime sa profonde inquiétude" mais pas plus que hier pas de condamnation officiel du putsch de Gbagbo).

 

  Par contre toujours rien sur les sites du PG et du NPA. Les camarades Mélenchon et Besancenot sont-ils aux abonnés absents ? En tout cas aucun communiqué, aucune condamnation du coup d'Etat de Laurent Gbagbo le camarade socialiste qui se fout de son peuple !

 

Quand c'est le gouvernement socialiste grec qui tond et frappe le peuple grec dans ses acquis sociaux ils sont les premiers à condamner et de même suite à la cure d'austérité prescrite par l'UE et le FMI à l'Irlande et bien,  en quelques minutes, Mélenchon et Besancenot ont réagi  et le communiqué fusait sur les sites et les blogs respectifs.

 

Quand il y a quelques semaines, une tentative de coup d'Etat contre le Président Equatorien Correa, Jean-Luc Mélenchon et le PG ont dénoncé la tentative de putsch très rapidement.

 

Pourquoi ce long silence ? Sont-ils génés en entournures ? Sont-ils comme Jack Lang ou Henri Emmanuelli des farouches partisans acharnés du dictateur ivoirien camarade de l'Internationale socialiste (sic) ? Peut-être que c'est la victoire de Ouattarra, qui fût un haut fonctionnaire du FMI qui les gène ? Peut-être préfèrent-ils un dictateur "socialiste" brutal Gbagbo,  qui ne respecte pas  le verdict du peuple Ivoirien souverain (la souveraineté du peuple serait donc pour eux  à caractère sélectif ou variable dans ce cas là  !? Drôle de manière d'applique les principes républicains de la souveraine populaire !) à un ancien fonctionnaire du FMI comme président de la Côte d'Ivoire ? En tous cas, ce silence, m'exaspère et aussi provoque chez moi un sentiment de honte !

 

 

Après la fuite en avant dans le tout écologie, dans l'idéologie libertarienne comme pensée unique, ne proposant que ce que souhaitent les classes moyennes et la petite bourgeoisie urbaine et méprisant la classe ouvrière, la classe paysanne, les petits commerçants et artisans, le PG après avoir été dans l'incapacité de mettre en perspective la rupture de notre pays avec l'Union Européenne et bien préfère ne rien dire sur les agissements de Gbagbo en Côte d'Ivoire.

 

En se taisant le PG et son Président montrent que les principes républicains de souveraineté populaire qu'ils professent à longueur de temps ne sont que de simples mots. Trop c'est trop !

 

Ne voulant plus cautionner ces dérives puis ce silence, J'ai décidé de déchirer ma carte d'adhérent du PG et de quitter ce partir dès d'aujourd'hui.

 

L'aventure est pour moi terminée.

 

 

Pour terminer et pour mes frères, les citoyens de Côte d'Ivoire : je leur fait part de ce prinicipe Robespierriste :

"Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est pour le peuple le plus sacré et le plus indispensable des devoirs."Robespierre.

 

 

Salut et Fraternité.

 

Darthé-Payan

(démissionnaire du PG)

Co-Initiateur du Manifeste Jacobin Pour la République et le Socialisme.

 

Le 05 décembre 2010 - 14 H 00

Repost 0
4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 15:27

Par Darthé-Payan

 

 

Le "Che" Cantona, le nouveau "porte parole de la révolution" veut pousser les gens à retirer leurs argents de leurs comptes dans les banques.

 

J'ai déjà dit tout le mal que je pensais de cette idée inepte de ce nouveau "combattant" de la révolution contre les banques.

 

Plutôt que de vouloir que le système bancaire s'effondre, s'écroule, je préfère que ce système bancaire soit collectivement maîtrisé et orienté vers l'intérêt général.

 

Je propose que ce 07 décembre 2010, d'une part, les partis politiques notamment de la gauche radicale,  la gauche républicaine  mais aussi un parti comme  Debout la République  en concertation avec les salariés des banques et les usagers (déposants, épargnants....) et d'autre part avec l'ensemble des citoyens et le système productif  proposent :

 

- le retour à la pleine souveraineté nationale, populaire et monétaire pour notre pays et la maîtrise collective de l'avenir et du devenir de la France en mettant en perspectives la rupture de notre pays avec l'Union Européenne, la BCE, le GMT et le FMI ;

 

- la renationalisationde la Banque de France placée sous le triple contrôle de l'Etat, du Parlement, des salariés et des usagers ; Maîtrise étatique de la monnaie, des taux et des différents agrégats ;

 

- la nationalisation de tout le système bancaire, des institutions et établissements financiers et des assurances afin que le politique, le citoyen redeviennent souverains et maîtrisent la monnaie, les banques, l'économie et les marchés et que le secteur bancaire échappe à toute puissance dévastatrice  du système capitaliste en crise ;

 

- la séparation des banques de dépôts et des banques d'affaires ;

 

- la cogestion (État, Salariés, Citoyens) des Établissements bancaires afin que la République soit partout et pour tous. Le citoyen doit être souverain y compris dans les Établissements bancaires ;

 

- le vote d'une loi d'orientation monétaire et du crédit établie dans le cadre du plan,  de la pluriannualité budgétaire et de l'évolution de l'économie ; Le but recherché sera  que les banques irriguent, financent les investissements pour le développement équilibré de l'économie et le soutien à la reconquête du marché intérieur comme le soutien aux exportations ;

 

- la création d'une banque nationale d'investissement dans le cadre de la planification.  La BNI financera les investissements prévus dans le cadre des contrats de plan et aussi placera les fonds d'investissements mutualisés abondés par les réserves des entreprisesqui seront socialisées et gérées par les représentants de l'Etat, par des représentants des salariés et par des représentants des actionnaires (part socialisée des bénéfices des entreprises).

 

Voilà quelques propositions qui touchent aux structures du monde bancaire et qui permettent la reconquête pour notre pays de sa souveraineté nationale, populaire, monétaire et de la maîtrise collective de son économie afin de permettre son développement et engager, la sortie de crise et la rupture avec le système capitaliste.

 

Mieux vaut être des constructeurs, des bâtisseurs, des conquérants, des souverains que des destructeurs ou des pilleurs. C'est cela être révolutionnaire et patriote !

 

Pour une maîtrise collective de l'économie de la France, pour la reconquête de la souveraineté nationale, populaire, monétaire et économique :  soyons audacieux, soyons vertueux, soyons bâtisseurs ! C'est l'urgence politique à laquelle il faut répondre. Redevenons en quelque sorte républicain et jacobin. La république partout et pour tous et l'intérêt général qui construisent  ou la barbarie des intérêts privés et des intérêts capitalistes  qui détruisent.

 

Ce projet de république partout et pour tous c'est l'Alternative républicaine de salut public.

 

Le 07 décembre 2010, n'écoutons pas Cantona et sa volonté destructrice ! Devenons les conquérants et les bâtisseurs de la souveraineté populaire sur les banques !

 

 

Vive la République ! Vive la France !

 

 

Doléances et propositions formulées le 03 décembre 2010  par le Citoyen Darthé-Payan.

Repost 0
2 décembre 2010 4 02 /12 /décembre /2010 16:21

Par Darthé-Payan

 

 

 

 Dans le cadre du retour à  la vertu républicaine et civique, il y a le respect de l'hymne national et  chanter la Marseillaise.

 

 C'est l'honneur que l'on fait à notre patrie républicaine, en tant que citoyen.

 

Respect de l'hymne national qui est d'abord et avant tout un chant révolutionnaire des armées patriotes du Rhin défendant la France révolutionnaire, leur patrie qui deviendra républicaine en 1792.
 
L'apprendre à l'école mais également apprendre la signification de la Marseillaise et son symbole à la fois révolutionnaire, patriote puis républicain servant l'émancipation du citoyen, l'honorer et le chanter.
 
 N'en déplaise à un certain Monsieur Anelka !
 
Vive la République ! Vive la France !
 

 

 

La Marseillaise

(Rouget de Lisle)

 

Allons enfants de la Patrie
Le jour de gloire est arrivé !
Contre nous de la tyrannie
L'étendard sanglant est levé (bis)
Entendez-vous dans nos campagnes
Mugir ces féroces soldats?
Ils viennent jusque dans vos bras.
Égorger vos fils, vos compagnes !

 

Refrain :

Aux armes citoyens !
Formez vos bataillons !
Marchons, marchons
Qu'un sang impur
Abreuve nos sillons !

 

Que veut cette horde d'esclaves
De traîtres, de rois conjurés?
Pour qui ces ignobles entraves
Ces fers dès longtemps préparés? (bis)
Français, pour nous, ah! quel outrage
Quels transports il doit exciter?
C'est nous qu'on ose méditer
De rendre à l'antique esclavage!

 

Quoi ces cohortes étrangères!
Feraient la loi dans nos foyers!
Quoi! ces phalanges mercenaires
Terrasseraient nos fils guerriers! (bis)
Grand Dieu! par des mains enchaînées
Nos fronts sous le joug se ploieraient
De vils despotes deviendraient
Les maîtres des destinées !

 

Tremblez, tyrans et vous perfides
L'opprobre de tous les partis
Tremblez! vos projets parricides
Vont enfin recevoir leurs prix! (bis)
Tout est soldat pour vous combattre
S'ils tombent, nos jeunes héros
La France en produit de nouveaux,
Contre vous tout prêts à se battre.

 

Français, en guerriers magnanimes
Portez ou retenez vos coups!
Épargnez ces tristes victimes
À regret s'armant contre nous(bis)
Mais ces despotes sanguinaires
Mais ces complices de Bouillé
Tous ces tigres qui, sans pitié
Déchirent le sein de leur mère!

 

Amour sacré de la Patrie
Conduis, soutiens nos bras vengeurs
Liberté, Liberté chérie
Combats avec tes défenseurs! (bis)
Sous nos drapeaux, que la victoire
Accoure à tes mâles accents
Que tes ennemis expirants
Voient ton triomphe et notre gloire!

 

Nous entrerons dans la carrière
Quand nos aînés n'y seront plus
Nous y trouverons leur poussière
Et la trace de leurs vertus (bis)
Bien moins jaloux de leur survivre
Que de partager leur cercueil
Nous aurons le sublime orgueil
De les venger ou de les suivre!

 

 

 

 



 

Repost 0
29 novembre 2010 1 29 /11 /novembre /2010 20:49

 

Par Darthé-Payan

 

J'aborde dans ce nouveau billet divers sujets de l'actualité brulante et aussi un anniversaire - les deux ans du PG - et j'y mets une note sarcastique dans mon propos. J'espère que ces longue lignes permettra d'engager la réflexion, le débat et de faire connaitre un autre point de vue à gauche et au sein du PG, celui d'un républicain socialiste jacobin.

 

 

La Crise Irlandaise

 

Après, la Grèce, l'Irlande va subir le remède de cheval des bons docteurs du FMI et de l'UE. D'autres pays seraient dans la salle d'attente : le Portugal, l'Espagne et des mauvaises présages disent hum que la France ne serait pas à l'abri de la crise qui nécessiterait ces mêmes remèdes.

 

Les remèdes du FMI et de l'UE, c'est en échange d'apports d'argent frais, de financements de l'UE à hauteur de 85 milliards d'euros et bien de mettre en place la cure de l'économie de guerre : rationnement de la production, rationnement de la consommation, rationnement de la redistribution. Ce rationnement est accompagné du laminage "industriel" des acquis sociaux, des services publics et de l’État providence.

 

Les peuples entre en mouvement comme hier le peuple Grec et comme aujourd'hui les peuples portugais, espagnol et irlandais.

 

Près de 100 000 personnes ont manifesté samedi à Dublin contre cette politique d'économie de guerre imposée par le FMI et l'UE qui va être une cure d'austérité sans précédent pire peut-être ce qu'à vécu le peuple grec.

 

Le peuple va morfler et comme en Grèce (où le PASOK au pouvoir et organisateur zélé de la cure d'austérité prescrite par les bons docteurs du FMI et de l'UE s'est bien maintenu dans les élections locales) ou comme actuellement en Espagne ou au Portugal et comme dernièrement en France sur le mouvement contre la réforme des retraites. Pourquoi ces peuples prennent les coups des pires politiques d'austérité et de régression sociale qui remettent tout en cause et ne peuvent pas endiguer ce flot de démantèlement d'acquis sociaux ou de suppression massive d'emplois ?

 

La raison est tout simple : les mouvements sociaux n'ont pas de débouché politique quelque soit le pays. Soit les oppositions sont des cousins germains sociaux-libéraux européismes ou libéraux européistes soit des gauches radicales qui ne veulent pas soit exercer le pouvoir soit ne veulent faire preuve d'aucune audace politique et se contentent de suivre les consignes syndicales (l'exemple de la France à propos du mouvement contre la réforme des retraites où un responsable politique de premier plan, en l’occurrence le Camarade Jean-Luc Mélenchon, Président du PG - qui prône la révolution citoyenne dans le verbe mais fort peu dans l'action et le programme - préférait se ranger derrière les consignes syndicales de la CGT-CFDT (qui n’exigeaient nullement le retrait du projet de loi) au lieu de mettre en perspective un débouché politique à ce mouvement social qui faute de débouché se fracassera sur la fermeté du Président Sarkozy et effilochement de la mobilisation. Sarkozy en sortira grand vainqueur.

 

Les peuples qui prennent les coups et qui voient qu' aucun politique n'a d'alternative à la cure d’austérité pour de bonnes et simples raisons que ces politiques souhaitent que leur pays reste dans l'UE quelque soit le degré de leur critique ou approbation qu'ils formulent à propos de l'Union Européenne.

 

Les peuples n'encaisseraient pas autant de coups, ne subiraient pas autant de régression sociale, de retours en arrière carrément réactionnaires ou contre révolutionnaires si les politiques qui se disent de gauche radicale, anti capitaliste ne se complaisaient pas dans la fédéralisme supranational européen de la concurrence libre et non faussée et dans l'idéologie libertarienne pour classes moyennes.

 

Qu'un futur candidat à l'élection présidentielle comme Mélenchon parle de révolution citoyenne et n'ose même pas mettre en perspective la rupture de son pays, notre pays, la France, avec l'Union Européenne, la BCE, le GMT et le FMI en dit long sur l'état soit d'abandon de l'esprit républicain d'indépendance et de souveraineté à moins que cela en dise long sur le fort degré d'acceptation de cette idéologie libertarienne et européenne !

 

 

La Fuite de WikiLeaks

 

Ce déballage scandaleux, dangereux et déstabilisateur me révulse. L'internet, qui devrait être un service public devient un véritable foutoir, un bordel monstre et la loi de la concurrence libre et non faussée, de la transparence et de la divulgation de secrets ou initiatives soit diplomatiques, soit d'avis ou d'impressions tenus par des dirigeants à propos de tels autres sont proprement dégoulinants,,cela dérive gravement vers un cloaque planétaire ou tout serait permis. Les pires conséquences de telles divulgations et publications notamment sur les questions de défense ou de géo politique sont elles réellement pris en compte par ce site et les journaux qui relaient ? Des journaux comme Le Monde, le Times, etc...publient et divulguent eux aussi le contenu de ce site alimenté par un soldat États-unien "virtuose" (sic) nous montre dans quelle époque nous vivons celle de la dictature de la pire loi de l'argent, de l'audience, de la vente, de la concurrence et aussi de la "fausse" transparence, celle de la société du spectacle et du buzz permanent hissaient en étendard de la liberté de l'information !

 

 

Les 2 ans du Parti de Gauche

 

Voilà deux ans, la PG, le parti dont je suis l'un des adhérents était créé par quelques camarades qui sortaient du PS. Le PG se voulait être un parti de la gauche radicale mais républicain et socialiste cherchant la refondation républicaine et le dépassement du capitalisme.

 

Depuis beaucoup d'eau a coulé sous les ponts et des ruisseaux écolo-libertariens se sont joints à la rivière partisane qu'était le Parti de Gauche. L'idéologie républicaine et socialiste s'est progressivement effacée derrière l'idéologie libertarienne et écologiste ou encore "gauchiste". Bref, la classe ouvrière n'est plus l'objectif principal et majeur. Le PG devient un PSU écologisé et européiste proposant des solutions pour les classes moyennes "bavardantes" urbaines et pour la petite bourgeoisie. Progressivement, la question sociétale, la question du bien être, la question écologique, la question du victimaire prend le dessus sur la question républicaine, la question sociale, la question de la souveraineté, la question nationale et la question sécuritaire.

 

La rupture avec le capitalisme est remisé au placard, la question européenne est un pas en avant contre et un pas en arrière pour on fait du surplace et rien n'est mis en perspective pour que notre pays quitte cette maudite Union Européenne, nouvelle prison des peuples et fossoyeur de la souveraineté des États-Nations et du peuple citoyen.

 

Le Front de Gauche est rabougris et se résume à un face à face entre le PG et le PCF ou plutôt entre Mélenchon et Chassaigne. On parle maintenant d'un Front de Gauche élargi (sic) avec l'entrée possible de la minuscule FASE et de l'association MPEP. Bref, tu parles d'un élargissement !!

 

Alors que le PG devrait être le conquérant de l'idéal républicain et socialiste, de l'idéal révolutionnaire jacobin de l'unité nationale et de la souveraineté en engageant la rencontre avec le peuple, en prenant appui sur ce dernier et en engageant les convergences pour une alternative républicaine de Salut public et bien il préfére jouer petits bras dans ce front rabougris ou essayer de faire alliance avec des partenaires qui sort peu républicains et absolument pas souverainistes.

 

Au lieu de jouer petit bras et errances, le PG et Jean-Luc Mélenchon devraient au contraire jouer l'ambitieux combat fédérateur de l'unité pour l'égalité par la souveraineté. Engager le dépassement du PG par la création du Parti des Jacobins, d'un Parti de la République et du Socialisme fédérant clubs, cercles et mouvements jacobins, républicains et socialistes. Devrait être envisagé également l'abandon du stérile et riquiqui Front de Gauche et son remplacement par une structure immergée au sein du peuple, pour le peuple et par le peuple : le Front d'Unité Populaire pour la République sociale. Si, le camarade Mélenchon devenait dépositaire de tout cela et bien sa candidature issue du peuple deviendrait incontournable et surement pleine d'espérance pour un autre demain.

 

 

DSK ou le sauveur suprême de la gauche et du monde en tête de tous les sondages pour la future présidentielle de 2012

 

Le Parti Socialiste va vivre des mois et des mois d'une nouvelle guerre fratricide d'ambitions avec les primaires. Ces caucus à la socialiste et à la française viennent de nous révéler qu'un candidat gaulliste existait au PS en la personne de Arnaud Montebourg qui n'est pas à une contradiction près et autre retournement d'alliances ou de positions. Bref, une candidature qui n'est là que pour faire parler de lui vu que personne ne lui offre le grand poste de ses rêves ! Ces primaires nous apprennent que le meilleur candidat des socialistes est le bon docteur "remède de cheval" du FMI oui vous ne rêvez pas DSK en tête de tous les sondages et largement et mettrait la raclée au locataire actuelle de l’Élysée en cas de duel à la présidentielle au second tour. Bref, le promoteur de l'économie de guerre, de la politique des ajustements structurels, du laminages des acquis sociaux et des États providences champion de la Gauche socialiste française futur président et sans doute futur sauveur du monde en crise. Je  plaisante à peine. La sondagite aiguë montre que la température frise la surchauffe avec un 62 % pour le Directeur du FMI tandis que pour le "roi de la gauche radicale" ( c'est comme cela qu'est vu le Camarade Mélenchon par  certains médias et certains militants dévots ) c'est plutôt le grand froid ou la glaciation avec 6 ou 7 %.

 

Ce soir nous apprenons que Dame Ségolène Royal se porte candidate aux primaires en vue de la sélection "naturelle" des espèces socialistes à la fonction présidentielle. Un seul ou une seule survivant(e) sera présent(e) dans le monde de la jungle politique.

 

 

Tombe la neige

 

Sur ce, nous vivons une époque formidable et même la neige tombe ! Tombe la neige pour qu'au printemps, de l'eau nous aide à passer l'été. Ce sera déjà ça ! Car là c'est vraiment désespérant !

 

Mais pour ce que j'en dis....

 

Salut et Fraternité.

 

D-P.

Repost 0
28 novembre 2010 7 28 /11 /novembre /2010 13:50

Citoyens, Citoyennes, Compatriotes.

 

 

Pour la construction d'un parti des Jacobins.

 

Pourquoi ne pas étudier la question de créer un parti des Jacobins pour la République et le Socialisme pour permettre l'émancipation de la personne humaine par la souveraineté, la citoyenneté et l'égalité. Sève commune Robespierre, Saint-Just, Babeuf, Jaurès, Jean-Moulin. ...

 

 Lançons les premières initiatives et espèront qu'un Mélenchon, un Chevènement, un Joxe, un Dupont-Aignan épousera la démarche. A défaut, faisons la naitre collectivement.

 

 

Le POI qui a de bonnes idées mais préfère rester dans son coin. Certes, le POI a proposé des initiatives communes vite rejetées par le reste de la gauche mais pourquoi ne pas lancer des appels à converger pour l'alternative républicaine ?
Le PG préfère l'alliance avec les alternatifs et libertariens et continuer son face à face avec le PCF dans le rabougris Front de Gauche, avoir une critique forte sur l'Europe sans vouloir aucunement remettre en cause notre présence dans l'UE et prépare son soutien au ou à la candidate socialiste au second tour.
 
Le MRC préfère se cantonner à être le satelite qui tourne autour du PS et ne jamais se risquer ou de se projeter vers l'alternative républicaine.
 
DLR, ne semble pas vouloir franchir la fausse frontière de la gauche et de la droite actuelle et reste sur une position uniquement gaulliste.

Face à cette impuissance, face à cette absence d'espèrance, ceux qui ont l'esprit et l'idéal républicain et jacobin, socialiste, laïque, patriote et universaliste doivent mettre en perspective les premières convergences autour de la souveraineté nationale et populaire et autour d'une alternative républicaine de salut public.
 
La création d'un Parti des Jacobins peut permettre à cette alternative de se faire jour et aussi pemettre à Mélenchon, Chevènement, Joxe, Dupont-Aignan de prendre pleinement conscience de la gravité des choses et des initiatives à prendra au nom du salut public et de l'intérêt général de la République. Merci de relayer, de diffuser.
 
Salut et Fraternité.

 

Repost 0
26 novembre 2010 5 26 /11 /novembre /2010 15:21

 

Par Darthé-Payan

 

Le surmum de l'ineptie "gauchiste" bien pensante c'est l'idée de Cantona "le Révolutionnaire" d'inviter les gens à retirer leurs sous de leur compte à la banque et en plus il demande de le faire à la Spaggiari (sic) (bonjour l'exemple et le modèle sachant où politiquement Spaggiari se situait et aussi les délis qu'il a comis !). Le système s'écroulera ! Non, le système ne s'écroulera pas ! Il  se bloquera et les premières victimes seront les salariés ceux avec  petits salaires.

 

Si tous les déposants et épargnants le faisaient et bien d'une part les banques ne délivreraient que ce qu'elles ont de disponibles et mettraient elles même des contraintes, des gardes fous qui existent et qui sont prévues. Un exemple vous ne pouvez pas retirer chaque semaine aux distributeurs que certaine somme d'argent. C'est déjà le cas aujourd'hui où l'on ne peut pas retirer en deux minutes toutes liquidités que l'on pourrait avoir sur différentes comptes et je ne parlent pas de l'épargne placée. Cela peut prendre des heures, il faut des autorisations, signer des reçus, laisser un minimum sinon c'est la clôture etc.... Et puis,  il y a tous les frais que cela engendreraient et aussi les taxes et impôts qui frapperaient notamment les épargnants, là au titre de la csg ou la crds, là au tour des impôts sur les valeurs mobilières etc.....

 

 

Les entreprises seront aussi victimes du système bloqué  car leurs trésoreries seraient elles aussi  bloquées comme celles de leurs fournisseurs ou celles de leurs clients. Les banques bloquées ne leur attribueraient plus de découverts, ni d'escomptes, ni de billets de trésorerie.Les salariés ne pouraient plus  toucher leur  salaire et les demandeurs d'emploi leurs  allocations. Sans parler les gens qui utilisent les retraits sur des cartes magasins ou encore les citoyens qui voudraient retirer des billets dans un distributeur, il n'y aurait plus de monnaie disponible. Le système ne s'écroulerait pas mais se bloquerait et les conséquences seraient immédiates pour les salairés, les petits retraités, les paysans, les chômeurs.

 

Si une grande majarité de français écoutaient et mettaient à exécutation l'idée "révolutionnaire" de Cantona, le nouveau "Che" de la gauche radicale bien pensante et bien trop visible - et bien c'est le petit peuple qui serait le premier frappé, serait la première victime.

 

En Argentine, ce sont les classes moyennes et les plus riches qui ont profités lorsque les gens se sont rués dans les banques. Le petit peuple ouvrier, les pauvres, les paysans exploités eux ont eu que des miettes de cette idée et de cette ruée - qui n'était pas vers l'or ni vers le communisme révolutionnaire et partageux - mais vers l'égoïsme des classes moyennes consommatrices. Les pauvres eux, ils ont eux que leurs yeux pour pleurer !

 

Si certains ont envie que le petit peuple de France qui morfle déja pas mal avec la crise et la politique d'austérité du gouvernement Sarkozy-Fillon ,les chômeurs,  les ouvriers, les petits employés qui n'ont plus rien souvent au quinze du mois sur leur compte se fassent plumer un peu plus  et bien que l'on mette en pratique l'idée "révolutionnaire" du matamore Cantona ! Quand les retraités et personnes âgées craindront pour leurs maigres retraites, car les petits commerçants et artisans n'auront plus de liquidités et bien la crise sera pire qu'aujourd'hui, avec le chômage d'abord technique puis économique pour leurs salariés. Avec ce genre d'idées ineptes et bien Sarkozy et la droite ne feraient qu'en profiter un peu plus et je ne parle même pas de la candidate du FN qui doit espérer que ce propose Cantona sera suivi d'effet !  Ce désordre déboucherait sur le pire retour à l'ordre.

 

Je me veux maintenant rassurant le 07 décembre 2010, il ne se passera rien et aucun retrait massif, aucune ruée vers les guichets de banque se fera. Le seul résultat de cette initiative grotesque c'est le buzz autour de cela et aussi on parle de Cantona.

 

Une leçon a retenir, quand on voit que certains dans la gauche dite "radicale" boivent comme du petit lait ce genre d'ineptie et bien c'est vraiment mal barrée pour la gauche radicale !

 

Au fait pour ces nouveaux  admirateurs du nouveau"gourou" révolutionnaire "Che"  Cantona, je leur propose d'en faire leur porte parole et leur candidat pour la gauche radicale à la prochaine présidentielle. Jean-Luc Mélenchon et André Chassaigne devraient se mettre d'accord avec le camarade Besancenot autour de la candidature du  nouveau révolutionnaire de la gauche radicale bien pensante !

 

Salut et Fraternité.
 
D-P.
D
Repost 0

Présentation

  • : Le blog politique de Darthé-Payan le Jacobin
  • Le blog politique de Darthé-Payan le Jacobin
  • : Pour un sursaut Républicain de Salut Public.
  • Contact

Recherche