Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 18:57

Nous, Républicains-Jacobins, constatons qu'en l'état, la candidature de Jean-Luc Mélenchon ne nous parait pas être à la hauteur des enjeux actuels, de la crise économique, financière, institutionnelle et du démantèlement de la république et de la souveraineté de notre pays.

 

 

 

 

Alors, que  notre pays a besoin d'un homme d'Etat capable de mener une politique républicaine de Salut public, favorisant l'unité, la vertu politique et civique, la souveraineté populaire et nationale, l'intérêt général, nous voyons que Jean-Luc Mélenchon, Co-Président de Parti de  Gauche et futur candidat au titre du Front de Gauche dérivait vers le verbe dur gauchiste et le programme mou européiste, préférant chercher les petites alliances sans programme d'alternative républicaine dans le Front de Gauche rabougris et les Alternatifs.

 

Nous pensons au contraire qu'il aurait dû engager les convergences pour une alternative républicaine afin de  permettre  le sursaut républicain et souverain que notre pays à tant besoin.

 

Nous pensons que des convergences républicaines de salut public étaitent du domaine du possible entre Jean-Luc Mélenchon, Jean-Pierre Chevènement et Nicolas Dupont-Aignan. Nous le pensons toujours aujourd'hui.

 

 

       

   

 

 

Nous ne croyons pas possible que la Révolution citoyenne que prône Jean-Luc Mélenchon et le PG  est un grand avenir en maintenant notre pays dans l'Union Européenne, la BCE, l'Euro, le Grand Marché Transatlantique, l'Otan. Nous pensons au contraire que pour que la Révolution citoyenne soit possible et durable, la France, doit sortir de l'UE, de la BCE, de l'Euro, du GMT, de l'OTAN et du FMI et engager la reconquête de sa souveraineté politique, institutionnelle, monétaire, budgétaire, économique, militaire et culturelle !

 

Nous ne pensons pas que la définanciarisation de l'économie soit possible sans d'une part, le plein retour de notre pays à sa souveraineté nationale et populaire, sans ré-appropriation de l'économie, de la monnaie, des marchés par la nation, l'Etat, le peuple souverain et citoyen et sans fermeture de la bourse !

 

Nous ne pensons pas que la Révolution citoyenne soit viable et durable sans refondation républicaine, jacobine et laïque du pays et de la société. Trop d'intérêts particuliers, trop d'intérêts communautaires, trop d'intégrismes et particuliarismes religieux, communautaires, régionaux, linguistiques, mercantiles et oligarchiques dénaturent, bafouent, foulent aux pieds et démantèlent notre république et ses principes de liberté, d'égalité, de fraternité, de souveraineté, de citoyenneté  d'unité et d'indivisibilité, de laïcité, d'universalité, de solidarité et d'intérêt général !

 

 

 

            

 

 

 

 

Notre pays doit engager un sursaut de reconquête et de refondation dans l'esprit révolutionnaire,, jacobin et républicain de 1793 et dans l'esprit de résistance et de reconquête de notre souveraineté du  Conseil national de la Résistance de 1943. La France doit redevenir une puissance souveraine et universaliste.

 

 

 

          

 

 

 

 

 

 Nous lançons un appel à Jean-Pierre Chevènement et à Nicolas Dupont-Aignan pour qu'ensemble, ils entreprennent les convergences républicaines de salut public notamment autour du retour de la pleine souveraineté nationale. Nous espérons que ces deux responsables républicains, l'un républicain de gauche et l'autre républicain gaulliste entendent notre appel et y répondent favorablement. Nous attendons également qu'ensemble, ils engagent le sursaut républicain, jacobin et souverain dont  notre pays à besoin.

 

Vive la République ! Vive la France !

 

 

Pour MJ-PRS - Appel de Républicains-Jacobins.

 

Sonia Bastille, Fabien Darthé-Payan, Flora Del Campos, Philippe Despiques, Gilles Fabre, Olivier Lecoeur.

 

 

 

"Citoyens, vouliez-vous  une révolution sans révolution ?!" Robespierre à la Convention.

Repost 0
6 février 2011 7 06 /02 /février /2011 15:34

Par Sonia Bastille et Gilles Fabre

 

 

Qui connaît le programme du PG, le programme partagé sauce Front de Gauche ? A part les militants qui ont le nez dedans, pas grand monde  et cela est inquiétant à quelques 15 mois des élections présidentielles et 16 mois des législatives !  Non ? Le citoyen, le corps électoral a besoin de savoir. Tout cela, c'est valable pour le PG et pour le candidat Jean-Luc Mélenchon mais aussi pour tout autre parti ou candidat.

 

Programme Commun De Gouvernement de Programme Commun - LivreProjet Socialiste Pour La France Des Annees 80 de Parti Socialiste - Livre

 

 

Le programme socialiste issu d'Epinay, s'appelait "Changer la vie" et fût proposé pour une mise en commun avec le programme communiste qui lui s'appelait "Changer de cap". Cette mise en commun a accouché d'un nouveau texte appelé "Programme commun de gouvernement du Parti communiste et du Parti socialiste"immédiatement publié aux Editions sociales et largement diffusé. C'est à dire près de quatre ans avant l'élection présidentielle (qui devait avoir lieu en 1976 en fait deux ans avant l'élection présidentielle de 1974 suite au décès du Président Pompidou). En 1981, les socialistes publièrent plus de 18 mois avant l'élection leur projet socialiste "pour le socialisme des années 80" et le diffusèrent largement aux Éditions du Club socialiste du livre et en librairie.

 

 

 

 

 

 

 

Ce que nous voyons, aujourd'hui, c'est que la gauche radicale en général et le PG en particulier n'est pas prête sur le plan programmatique et parle surtout stratégie, slogans, bons et mauvais mots, et que le programme n'est toujours pas rédigé ni adopté et donc a fortiori pas diffusé et porté à la connaissance de nos concitoyens.

 



A quinze mois de l'élection présidentielle, le PG et Jean-Luc Mélenchon n'ont toujours pas de programme identifié et chiffré qui puisse être appréhendé par le plus grand nombre.

 

DSK est le "diable de confort", le "chien de garde du système", au nom duquel Jean-Luc Mélenchon et le PG récusent toute unité et à 15 mois de la présidentielle, n'ont toujours pas de programme identifié et chiffré ! Mieux vaut faire dans l'idéologie (*) , le slogan, le verbe dur contre tel ou tel politique ou tel ou tel journaliste, le buzz et la société du spectacle que de proposer un programme à nos concitoyens !

 

 

Pour pouvoir gagner, il faut coucher sur une feuille de papier, l'esquisse du chef d'oeuvre politique que l'on veut réaliser, ensuite le faire partager, le mener à terme, le concrétiser par l'action et l'élection mais entre temps il faut le diffuser et là c'est pas prêt d'être. Infuser - diffuser pour gagner ! Non ? Pour notre part nous sommes très inquiets ! Pas vous ?.

 

 

Salut et Fraternité.

 

Sonia Bastille et Gilles Fabre

 

 

.



 

(*)http://www.lemonde.fr/politique/article/2011/02/05/jean-luc-melenchon-veut-percer-le-mur-de-l-ideologie-dominante_1475485_823448.html

Repost 0
30 janvier 2011 7 30 /01 /janvier /2011 16:27

  

Avertissement :

 

 

Citoyens, Compatriotes, Chers lecteurs,

 

Etant indisponible pour de longues semaines, le Citoyen Darthé-Payan, le Jacobin, nous a sollicités pour  que nous participions à l'animation de son blog durant son absence afin que cet outil de communication et d'éducation populaire ne périclite pas.

 

Nous avons accepté et nous essaierons de publier régulièrement des articles et notes toujours dans l'esprit républicain jacobin de Darthé-Payan.

 

 

Darthé-Payan et nous trois vous remercient par avance de votre soutien, de votre venue et de votre participation à la vie et la diffusion des idées républicaines socialistes et jacobines présentes et proposées sur ce blog.

 

 

Salut et Fraternité.

 

Gilles, Philippe et Sonia.

 

__________________________________________________________

 

 

 

Par Gilles, Philippe et Sonia

 

 

 

 

  Et où ils sont nos "révolutionnaires" si vaillants de leurs salons français ?

 

 La gauche radicale soutient le peuple Tunisien, Egyptien, Algérien, Mauritanien, Jordanien, Soudanais, Yéménite, Albanais, Irlandais, Islandais, Grec ! C'est à celui qui sera le plus révolutionnaire et le plus tunisien ou le plus égyptien !

 

Mais le peuple Iranien, Chinois et Ivoirien que chique ! nada ! niet ! non !

 

Aucune considération et pas de soutien n'en vallent-ils pas la chandelle ?

 

Au fait, on n'a pas entendu Mélenchon et Besancenot sur le putsch de Gbagbo et l'oppression du peuple Ivoirien par le tyran. Quand la "communauté internationale" a soutenu Ouatarra élu et qu'il était envisagé une intervention militaire des pays de la CEDAO et bien, un communiqué du PG est tombé criant à l'ingérance interne, l'impérialisme et au colonialisme ! Disant que l'on ne devait pas intervenir dans les affaires d'un pays ! Et là que font nos "révolutionnaires" salonnards et bien ils se comportent avec les mouvements en Tunisie et en Egypte en impérialistes et en néo colonialistes intervenant à tout va dans ces pays en crise. Un peu de décence et aussi un peu moins de double jeu, d'hypocrisie, de double langage et de double positionnement même pour des raisons électorales ou slogannesques françaises !!

  

 

Les gens peuvent crever en Iran et être condamnés à mort et exécutés sur ordre d'un pouvoir religieux intégriste, théocratique à l'extrême et fascisant ! Il y a deux poids deux mesures dans la gauche radicale !

 

Le Président Iranien, vous savez l'ami de Chavez et de Moralès, les deux leaders de la gauche radicale mondiale, les hérosde la révolution bolivarienne si adorée et admirée par Mélenchon, Besancenot, le PG, le PCF, le NPA !

 

Et le l'usurpateur Gbagbo, nous attendons toujours une condamnation de la gauche radicale en général et du PG en particulier mais là le bon camarade "socialiste"  Laurent Gbagbo (membre de l'Internationale Socialiste  comme les partis de Ben Ali et Moubarak) et aussi ami de l'aile gauche du PS, passée et actuelle. De Emmanuelli à Mélenchon !

 

Donc deux poids deux mesures et dire que l'on nous bassine avec la Révolution citoyenne et les luttes contre les oligarchies. Mélenchon et la Gauche radicale  semblent voir ces oligarchies à Paris, à Bruxelles, à Washington, à Tunis, au Caire, en Grèce, en Islande mais semble être pris de cécité soudaine  au sujet de l'Iran, de la Chine ou de la Côte d'Ivoire. Maladie ou hypocrisie ?!

 

 

Jean-Luc Mélenchon, le candidat à la candidature pour la présidentielle n'arrête pas de plastronner et d'annoncer que la Révolution citoyenne aurait lieu en France, se prenant pour Madame Irma !

 

 

Mélenchon devrait relire ses classiques :  Robespierre, Saint-Just, Jaurès, Lénine, Rosa Luxembourg, Trotsky, Marceau Pivert. Il verrait alors  que la Révolution ne se décrète pas ! Les pablistes de la LCR puis du NPA nous annoncent la révolution depuis 1968 et même avant quand ils étaient à l"UEC comme krivine. Mélenchon ne devrait pas s'engager avec de tels propos ou incantations, sur cette voie douteuse et  qui n'amènent rien et qui si cela ne se vérifie pas (la révolution en France) surtout quand on plafonne à 5 % ! et bien on passe pour un aboyeur et rien d'autre !


 

Salut et Fraternité.

 

Gilles, Philippe et Sonia.



 
 
Repost 0
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 18:57

 

Avertissement :

 

 

Citoyens, Compatriotes, Chers lecteurs,

 

Etant indisponible pour de longues semaines, le Citoyen Darthé-Payan, le Jacobin, nous a sollicités pour  que nous participions à l'animation de son blog durant son absence afin que cet outil de communication et d'éducation populaire ne périclite pas.

 

Nous avons accepté et nous essaierons de publier régulièrement des articles et notes toujours dans l'esprit républicain jacobin de Darthé-Payan.

 

 

Darthé-Payan et nous trois vous remercient par avance de votre soutien, de votre venue et de votre participation à la vie et la diffusion des idées républicaines socialistes et jacobines présentes et proposées sur ce blog.

 

 

Salut et Fraternité.

 

Gilles, Philippe et Sonia.

 

 

 

_________________________________________________

  

Perce-Neige, Quartidi, 4 Pluviôse, An CCXIX de la République

 

 

 

Par les citoyens Gilles, Philippe et Sonia

 

                           

 

Ca y est, Mélenchon est candidat à la Présidentielle pardon candidat à la candidature.

 

 

Nous avons vu que lui dans les médias depuis jeudi dernier et fort sympathique qu'il puisse paraître et bien nous sommes rasasiés, saturés de son discours prônant la révolution citoyenne.



 

Nous disons prônant la révolution citoyenne car son programme (et encore est-ce un programme ?), plutôt ses déclamations verbeuses et ses périphrase constituent son unique programme et ne sont vraiment pas à la hauteur de l'exigence révolutionnaire.

 

Bien servi par les médias, le Candidat "Mélenchon présidons"fait des déclarations qui sont plutôt du domaine de l'incantation ou du péremptoire plutôt que des propositions programmatiques réfléchies, chiffrées, argumentées tirées d'une projet politique cohérent. Ces exclamations ou proclamations verbeuses sentant bon un gauchisme bien pensant  peuvent enivrer certains militants bigotiers mais, par contre, laisse de marbre la majorité de nos concitoyens.

 

Le programme du camarade "Méluche" c'est la révolution citoyenne. C'est son dada !

 

Nous pensions qu'alors il mettrait tout en oeuvre sur le plan idéologique, politique, programmatique et stratégique pour le porter, pour le faire aboutir.

 

Et là patatras nous tombons de haut. Non, pas de très haut quand même car nous savions ce qu'il allait arrivé au PG et à  son projet. Nous avons été durant deux ans membres du PG comme d'ailleurs l'ami Darthé-Payan, le jacobin qui convalescent aurait pu signé cette tribune.

 

Melenchon veut la révolution citoyenne et propose un processus constituant avec élection d'une assemblée constituante. Nous pensions là aussi que les institutions politiques françaises allaient être chamboulées, renversées, refondées de la cave au grenier et bien là, des écrits et discours, du candidat Mélenchon et bien nous apprenons que le premier ministre serait le chef de l'exécutif à la place du Président (maintenu ou pas dans des fonctions d'inaugurations de chrysanthèmes) et que ce Premier Ministre serait élu par le parlement.

 

Nous répondons au candidat Mélenchon que c'est un peu court comme processus révolutionnaire et que remplacer un exécutif présidentiel par un exécutif primo ministériel n'empêchera nullement les dérives de la trop grande personnalisation des pouvoirs, du rabaissement du parlement et de l'ignorance de l'existence du citoyen. De plus, Mélenchon se perd et dit tantôt régime parlementaire (1ère république - Convention) tantôt régime d'assemblée (4ème république). Il faudra choisir car ce n'est pas la même chose.

 

Le régime parlementaire ou d'assemblée n'empêche pas la personnalisation du pouvoir, la confiscation des pouvoirs du parlement et du citoyen et la peopolisation de la vie politique. Une preuve, un exemple, l'Italie avec le chef de gouvernement Berlusconi et ses frasques de monarque absolu !

 

Ce que propose Mélenchon c'est pas une refondation républicaine de la France et de la société, ce n'est pas la Révolution citoyenne c'est sous couvert de nouvelle étiquette estampillée « sixième république » que du ripolinage institutionnel.



__________________________

 



 

 

 

 

 

 

PROJET DES JACOBINS : Refondation républicaine pour l'Emancipation de la personne humaine par la citoyenneté et la souveraineté.

 

 

Les républicains jacobins que nous sommes pensons que les institutions doivent être un des fondements d'un processus à la fois révolutionnaire, citoyen et républicain de refondation de notre pays.

 

 

 

Notre projet c'est l'émancipation de la personne humaine par la souveraineté et la citoyenneté.

 

Les républicains jacobins que nous sommes pensons que la première des révolutions à faire est la reconquête de la pleine souveraineté et indépendance de notre pays (souveraineté nationale, populaire, législative, monétaire, budgétaire, économique, culturelle) et donc de mettre en perspectives la sortie (la rupture) de notre pays avec l'UE, la BCE, l'Euro, le GMT et l'OTAN.

 

La révolution citoyenne de Mélenchon est impossible si la France reste dans l'UE, la BCE, l'Euro, le GMT, l'OTAN.

 

L'UE consacre et concentre de plus en plus de moyens et de pouvoirs notamment avec la Commission de Bruxelles, cette structure oligarchique qui est l'essence même de cette Europe fédéraste, de cette Europe libérale, du grand marché libre et non faussé, de cette politique de mise sous tutelle des budgets des Etats-Nations. Mélenchon veut sortir de l'Europe de Lisbonne mais pas de l'Europe de Nice, de Maastricht, de l'acte unique, de l'Euro, du traité de Rome. Avec Mélenchon, la France resterait dans l'UE, l'Euro, la BCE, le GMT et "sa" révolution citoyenne serait soit morte-née soit qu'un simple chiffon de papier  vite jeté à la poubelle des promesse inconsidérées.

 

 

Donc pour faire la révolution citoyenne il faut que la France quitte l'Europe et regagne sa pleine souveraineté.

 

Nous, Républicains jacobins, proposons un processus révolutionnaire et constituant :

 

 

Nous allons brièvement énuméré ce processus à la fois révolutionnaire et constituant

 

 

- Convocation d'Etats généraux

 

Les citoyenss sont convoqués dans chaque commune ou circonscription à des Etats Généraux afin de rédiger cahier de doléances ;

 

 

 

- Création de cercles civiques citoyens

 

Au niveau de chaque communes ou circonscriptions électorales seront créés des cercles civiques citoyenss (CCC ou 3C) qui récolteront et dresseront la liste des doléances.

 

 

 

 

- Sortie de notre pays de l'UE, de la BCE, de l'Euro, du GMT et de l'OTAN

 

   

Le gouvernement révolutionnaire mettra en perspectives la sortie de la France de l'UE, de la BCE, de l'Euro, du GMT, de l'OTAN afin que  notre pays retrouve sa totale et pleine souveraineté.

 

- Retour à la monnaie nationale le Franc

 

La République française rétablira comme monnaie nationale le Franc.

 

 

 

- Validation de la reconquête de la souveraineté nationale, populaire et monétaire par référendum

 

 

Les choix de rompre avec l'UE, de rétablir le Franc et de reconquérir la pleine souveraineté nationale seront votés par le parlement. Le peuple sera appelé à valider ses choix par la voie référendaire.

 

 

- Processus constituant

 

 

Un processus constituant sera lancé immédiatement après que notre pays aura reconquis sa souveraineté. Un processus par étapes, démocratique, validé et permettant une refondation républicaine de la France. 

 

- Election d'une assemblée nationale constituante

 

 

Cette assemblée élue pour une durée déterminée jusqu'au vote de la nouvelle constitution sera seul organe parlementaire. Retour au monocaméralisme.

 

 

 

- Rédaction et vote d'une déclaration des droits et d'une nouvelle constitution

 

L'assemblée constituante votera une nouvelle déclaration des droits (reprenant les déclarations de 1789, 1793 et 1948) et une nouvelle constitution républicaine pour la France.

 

La France est une République démocratique, une et indivisible, parlementaire, sociale, jacobine, laïque, souveraine et universaliste. Elle a pour devise : Liberté, Egalité, Fraternité.

 

- Validation par le peuple par la voie du référendum.

 

 

Cette déclaration des droits et cette constitution seront votées par l'Assemblée constituante, but de son existence et de son mandat et soumis au vote du peuple par référendum.

 

- Mise en place des nouvelles institution

 

 

Une fois validée, les nouvelles institutions entreront en applications et organiseront les pouvoirs et la vie politique de notre pays.

 

 

 

- Election du nouveau parlement (législatif)

 

 

Un nouveau parlement, l'assemblée nationale sera élue par la première élection législative de la nouvelle république.

 

 

 

 

- Election du nouveau comité de la république par l'Assemblée nationale réunie en Convention. 

 

 

Une fois élue, l'assemblée nationale, éliront, en son sein,  les membres (5 à 9) du comité de la République.

 

 

 

- Nomination du collège gouvernemental

 

 

Le nouveau comité de la république nommera les ministres (collège gouvernemental).

 

- Formation du Conseil de la république (comité de la république + collège gouvernemental) qui devient l'exécutif collègial.

 

 

L'exécutif sera formé du comité de la république et du collège gouvernemental et portera le nom du Conseil de la République, véritable exécutif de la nouvelle république.

 

 

 

- Investiture et  Validation du collège gouvernemental et du contrat de législature (déclaration de politique générale, projets législature) par le parlement

 

Le Collège gouvernemental recevra l'investiture du parlement au début de chaque législature et son projet de législature sera validé par les députés réunis en convention. Le Parlement sera constitué de l'unique Assemblée nationale qui se réunira en sessions, séances, conventions. La réunion en convention se fera pour des lois constitutionnelles ou les lois organiques  débouchant sur une validation populaire par référendum, sur des accords internationaux, traités, ou encore sur les questions d'investiture législative, de confiance et de censure.

 

 

- Mise en place des ateliers civiques au niveau des circonscriptions.

 

  

Les cercles civiques citoyens seront transformés en ateliers civiques où les citoyens pourront proposer l'évolution d'une loi ou son changement.

 

 

- Mise en place de la nouvelle organisation administrative du pays (Etat, départements, arrondissements, cantons, communes, académies, régions militaires, etc...)

 

Les lois de décentralisation de 1982 et l'acte 2 seront supprimés et la France retrouvera son organisation et son maillage poltico-administratifs issus de la Révolution française, des lois de 1884. Le préfér, commissaire de la République sera le représentant de l'Etat et coordonnera les services de l'Administration. Il fera appliquer l'intérêt général, la continuité territoriale, l'unité et l'indivisibilité de la Républque, la force de la loi, la cohérence et la cohésion nationale au niveau des Départements et des arrondissements. (commissaires adjoints de la république ou sous-préfet) ou au niveau des grands centres urbains (commissaires délégués ou sous préfet à la ville).

 

Nous rappelerons ici que la France est une République une et indivisible.

 

 

 

- Elections locales (communes, cantons)

 

 

les élections locales s'effectueront au niveau des communes (élection du conseillers municipaux), au niveau département dans le cadre du canton (élection des conseillers généraux),

 

 

 

- Mise en place de l'organisation judiciaire refondée (autorité judiciaire)

 

 

L'organisation de la justice sera refondée avec l'entrée en force de la collégialité chambre d'instruction, chambre  de la liberté et de la détention, chambre de l'application des peines. Ces chambres seront composées de trois magistrats professionnels.

 

Le juge de proximité sera supprimé. L'entrée de jurés dans la cour correctionnelle sera effective et la présomption d'innocence sera réaffirmée. Les tribunaux d'exceptions (cour d'Assises spéciales, tribunaux anti terroristes, parquet financiers etc..; seront supprimés). Partout la justice sera rendue au nom du peuple français.

 

La présence des tribunaux d'instance et de grandes instances sur tout le territoire national sera le principe de la nouvelle organisation judiciaire.

 

 

- Election du "parlement social" effectué au niveau des branches d'activités économiques.

 

Des délégués des salariés et des délégués des patrons d'entreprises seront élus pour deux ans par leurs pairs, le même jours pout tous secteurs d'activités et dans le cadre des branches d'activités. Ce "parlement social" sera charge de la question des conventions collectives.

 

 

 Les conseils des prud'hommes auront des prérogatives renforcées et l'Etat providence (Sécurité sociale, CAF, Caisses de retraite complémentaire, pôle emploi) auront un conseil de gestion pour cinq ans  élu par les salariés d'une part et par les entreprises d'autre part.

 

__________________________

 

Volontairement nous n'entrons pas dans les détails et nous nous  sommes limités à quelques points d'organisations des institutions et des pouvoirs qui seront  autant de têtes de chapitres d'un futur projet politique jacobin en cours de réalisation. Nous reviendrons prochainement sur la question de la démocratie sociale et sur la gestion démocratique et collective de l'entreprise dans le cadre d'une économie républicaine.

 

Ces propositions ont déjà été faites aux instances du PG voilà plus d'un an que ce soit dans le cadre des sessions 'remues méninges" ou dans le cadre du forum du PG ou des contributions au programme partagé. Aucune réponse, aucune prise en compte ne leur ont été faite<:

  

 Mépris du travail de réflexion, de proposition de militants.

 

 

 

En l'état des quelques propositions de Jean-Luc Mélenchon nous pensons que sa candidature est une candidature de plus et qu'elle n'entreprend aucunement un sursaut républicain.

 

 

En l'état des quelques propositions du candidat Mélenchon lues et entendues ici ou là et bien nous, républicains jacobins, nous ne rejoignons pas la liste d'appui à la candidature du citoyen Mélenchon.

 

En l'état, pour nous « Mélenchon, c'est Non ! »

 

Prochainement  nous publions, la suite de ce long parchemin écrit à quatre mains. Nous aborderons les questions économiques, la question de la propriété,  telles que les voit le candidat Mélenchon et telles que les voient les républicains jacobins.

 

Fin de la 1ère partie.

 

Salut et Fraternité.

 

 

 Gilles, Philippe et Sonia.

 

Repost 0
21 janvier 2011 5 21 /01 /janvier /2011 00:00

Avertissement :

 

 

Citoyens, Compatriotes, Chers lecteurs,

 

Etant indisponible pour de longues semaines, le Citoyen Darthé-Payan, le Jacobin, nous a sollicités pour la publication de ce billet (qui était déjà préparé depuis plusieurs jours) et pour que nous participions à l'animation de son blog durant son absence afin que cet outil de communication et d'éducation populaire ne périclite pas.

 

Nous avons accepté et nous essaierons de publier régulièrement des articles et notes toujours dans l'esprit républicain jacobin de Darthé-Payan.

 

 

Darthé-Payan et nous trois vous remercient par avance de votre soutien, de votre venue et de votre participation à la vie et la diffusion des idées républicaines socialistes et jacobines présentes et proposées sur ce blog.

 

 

Salut et Fraternité.

 

Gilles, Philippe et Sonia.

  

  

_____________________________________

 

 

 

 

Par Darthé-Payan

 

 

 

Ce  21 Janvier 1793, à 10 H 22  Louis Capet (Louis XVI) est exécuté sur la place de la Révolution.

 

 

 

 

Les principaux chefs d'accusation énoncés à la tribune de la Convention le 10 décembre 1792

 

  • De haute trahison pour avoir joué double jeu face aux assemblées nées de la Révolution, avoir tenté de s'enfuir à l'étranger en juin 1791 (fuite à Varennes) et avoir comploté avec l'étranger.

  • Avoir tenté d’empêcher la réunion des États généraux, et par là avoir attenté à la liberté.

  • D’avoir rassemblé une armée contre les citoyens de Paris et de ne l’avoir éloignée qu’après la prise de la Bastille.

  • De n’avoir pas tenu ses promesses à l'Assemblée constituante, d’avoir éludé l’abolition de la féodalité et laissé piétiner la cocarde tricolore provoquant ainsi les journées des 5 et 6 octobre 1789.

  • D’avoir prêté serment lors de la fête de la Fédération pour essayer ensuite de corrompre l'Assemblée constituante en particulier par l’intermédiaire de Mirabeau.

  • D’avoir trompé l’Assemblée constituante en lui adressant copie d’une lettre adressée aux agents diplomatiques indiquant qu’il avait accepté librement la Constitution, tout en prodiguant l’argent du peuple pour préparer la fuite de la famille royale.

  • Convention passée entre Léopold II et le roi de Prusse pour rétablir la monarchie française.

  • D’avoir envoyé des sommes considérables au marquis de Bouillé et aux émigrés.

  • D’avoir eu une part dans l’insurrection du 10 août 1792.

  • D’avoir autorisé Septeuil à faire un commerce considérable de grains, de sucre et de café.

  • D’avoir mis son veto au décret prévoyant la formation d’un camp de 20 000 fédérés.

  • D’être responsable de la fusillade du Champ-de-Mars le 17 juillet 1791. (...).

Le 14 janvier 1793, à la question : Louis Capet est-il coupable ?   Les élus du peuple répondent majoritairement  : 

 

 OUI.

  

707 députés sur 718 présents jugent le roi coupable de conspiration contre la sûreté de l'État et de haute trahison.

 

 Par un vote qui dure 36 heures, les députés se prononcent sur la peine à appliquer.

 

Les 16 et 17 janvier 1793 une majorité (361 députés) votent la mort.

 

La question est renouvelée le 18 janvier, une plus nette majorité, 387 députés votent la mort sans condition dont 361 parlementaires pour la mort immédiate.

 

Enfin, le 19 janvier 1793, 380 députés s'opposent au sursis.

 

 

 

 

Justice est rendue au peuple français.

  

La république et la patrie pouvaient enfin vivre et la Révolution engageait sa nouvelle phase celle qui sera populaire et sociale notamment avec la Révolution  du 29 mai au 03 juin 1793, qui sera l'oeuvre du peuple mobilisé et souverain qui débouchera sur l'élimination des Brissotins (Girondins) et l'arrivée en force des Montagnards précédent de deux mois l'entrée de Robespierre au Comité de Salut public. 

 

 

Salut et Fraternité.

 

D-P.

 

 

 

Repost 0
20 janvier 2011 4 20 /01 /janvier /2011 00:00

Avertissement :

 

 

Citoyens, Compatriotes, Chers lecteurs,

 

Etant indisponible pour de longues semaines, le Citoyen Darthé-Payan, le Jacobin, nous a sollicités pour la publication de ce billet (qui était déjà préparé depuis plusieurs jours) et pour que nous participions à l'animation de son blog durant son absence afin que cet outil de communication et d'éducation populaire ne périclite pas.

 

Nous avons accepté et nous essaierons de publier régulièrement des articles et notes toujours dans l'esprit républicain jacobin de Darthé-Payan.

 

 

Darthé-Payan et nous trois vous remercient par avance de votre soutien, de votre venue et de votre participation à la vie et la diffusion des idées républicaines socialistes et jacobines présentes et proposées sur ce blog.

 

 

Salut et Fraternité.

 

Gilles, Philippe et Sonia.

 

 

 

________________________________

 

 

 

 

 

Par  Darthé-Payan

 

                                     

 

 

En ce 20 janvier 1793 ,il y a 218 ans, était assassiné le Député Montagnard et Jacobin, Michel LE PELETIER par un monarchiste nommé Pâris.

 

 

Louis Michel le Peletier de Saint-Fargeau (1760-1793), French politician.jpg

 

 

Michel LE PELETIER fût  Juriste,  Avocat, Conseiller auprès du Parlement de Paris, puis Avocat général. Il était issue de la noblesse. En tant qu'élut à la Constituante puis à la Convention, il sera un ardent défenseur du peuple citoyen et souverain. Dès le début de la Révolution, il est partisan des idées nouvelles et démocratiques, adversaire de la peine de mort et grand défenseur de la liberté de la presse.

 

 

Il s'intéressera aux questions d'instruction et d'éducation comme à la promotion des arts. Michel Lepeletier voulait éduquer le peuple.

 

Cet humaniste républicain  épris des Lumières, deviendra Président de l'Assemblée nationale constituante le 21 juin 1790. Membre du Comité d'Instruction publique, il travailla à un projet d'Education nationale bien que ce dernier ne retiendra guère les faveurs des autres parlementaires.

 

Il vota la mort du Roi et ce 20 janvier 1793, (la veille de l'exécution de Louis Capet) il est assassiné par Pâris, un ancien garde du corps de Louis XVI.

 

Ce fût une perte inestimable pour la Convention, pour les Jacobins et pour la République naissante.

 

 

 

 

 

 

 

Robespierre, devenu deux jours auparavant, membre du Comité de Salut Public, présentera et soutiendra à la convention le projet d'Education nationale de son ami Michel Lepeletier.

 

 

 

 

 

Ce projet audacieux et républicain fut en grande partie réalisé plus d'un siècle plus tard par le Républicain Jules Ferry.

 

 

Le projet d'Education nationale de Lepeletier par ces objectifs, ces missions, par l'apparition des programmes d'instruction publique semble être  d'une totale actualité et modernité. Ce projet d'école républicaine, institutionnelle publique, d'instruction publique, d'éducation nationale obligatoire et égale pour tous était un projet émancipateur et de progrès social et  humain.

 

 

A l'heure où la gauche comme la droite démantèle l'école de la République et ses missions fondamentales d'instruction, de transmissions des savoirs et d'éducation citoyenne et bien il grand temps que les Républicains socialistes et Jacobins se saisissent de l'école de la république et de ses missions et se réapproprient l'idéal républicain de Lepeletier, de Robespierre et de Jules Ferry.

 

Pour finir, je vous fais partager un court extrait du rapport de Lepeletier présenté et soutenu par Robespierre à la Convention le 29 juillet 1793.

 

Bonne lecture, bonne réflexion à toutes et tous.

 

Salut et Fraternité. 

 

 

D-P.

 

 

 

 

____________

 

 

 

 

ROBESPIERRE & LEPELETIER DE SAINT FARGEAU

 

 

 

Extraits du Plan d’éducation nationale rédigé par Michel Lepeletier , présenté et défendu par Robespierre à la Convention

 

29 juillet 1793

 

 

De l’instruction publique à l’éducation nationale

 

Ce qui a été dit jusqu’ici ne remplit pas l’idée que je me suis formée d’un plan complet d’éducation. J’ai osé concevoir une plus vaste pensée ; & considérant à quel point l’espèce humaine est dégradée par le vice de notre ancien système social, je me suis convaincu de la nécessité d’opérer une entière régénération &, si je peux m’exprimer ainsi, de créer un nouveau peuple.

 

Former des hommes, propager les connaissances humaines ; telles sont les deux parties du problème que nous avons à résoudre. La première constitue l’éducation ; la seconde, l’instruction. Quant à l’une, le comité s’en est occupé & il vous a présenté des vues utiles. Pour l’autre, il l’a entièrement négligée. En un mot, son plan d’instruction publique me paraît fort satisfaisant ; mais il n’a point traité l’éducation.

 

Tout le système du comité porte sur cette base, l’établissement de quatre degrés d’enseignement, savoir : les écoles primaires, les écoles secondaires, les instituts, les lycées. [...] Mais avant les trois degrés supérieurs, qui ne peuvent devenir utile qu’à un petit nombre d’hommes, je cherche une instruction générale pour tous, convenable aux besoins de tous, qui est la dette de la République envers tous ; en un mot, une éducation vraiment & universellement nationale ; & j’avoue que le premier degré que le comité vous propose, sous le nom d’école primaires, me semble bien éloigné de présenter tous ces avantages.

 

D’abord je remarque avec peine que jusqu’à 6 ans l’enfant échappe à la vigilance du législateur & que cette portion importante de la vie reste abandonnée aux préjugés subsistants & à la merci des vieilles erreurs. A 6 ans, la loi commence à exercer son influence : mais cette influence n’est que partielle, momentanée ; & par la nature même des choses elle ne peut agir que sur le moindre nombre des individus qui composent la nation.

 

La plus grave inégalité va s’établir à raison des diverses facultés des parents : & ici les personnes aisées, c’est-à-dire le plus petit nombre, ont tout l’avantage. Quiconque peut se passer du travail de son enfant pour le nourrir a la facilité de le tenir aux écoles tous les jours & plusieurs heures chaque jour. Mais quant à la classe indigente, comment fera-telle  ? Cet enfant pauvre, vous lui offrez bien l’instruction ; mais avant, il lui faut du pain. Son père laborieux s’en prive d’un morceau pour le lui donner ; mais il faut que l’enfant gagne l’autre. Son temps est enchaîné au travail, car au travail est enchaînée la subsistance.

 

Après avoir passé aux champs une journée pénible, voulez-vous que, pour repos, il s’en aille à l’école, éloignée peut-être d’une demi-lieue de son domicile ? Vainement vous établiriez une loi coercitive contre le père ; celui-ci ne saurait se passer journellement du travail d’un enfant qui, à 8, 9 & 10 ans, gagne déjà quelque chose. Un petit nombre d’heures par semaine, voilà tout ce qu’il peut sacrifier. Ainsi, l’établissement des écoles, telles qu’on les propose, ne sera, à proprement parler, bien profitable qu’au petit nombre de citoyens [...]

 

Nous devons fonder une éducation vraiment nationale, vraiment républicaine, également & efficacement commune à tous, la seule capable de régénérer l’espèce humaine, soit pour les dons physiques, soit pour le caractère moral ; en un mot, cette loi est l’établissement de l’institution publique. Consacrons-en le salutaire principe ; mais sachons y apporter les modifications que l’état actuel des esprits & l’intérêt industriel de la République peuvent rendre nécessaire. [...]

 

L’invention des programmes

 

J’ai adopté un moyen que je crois très efficace, pour donner à nos établissements d’institution publique la perfection dont ils sont susceptibles. C’est de publier des programmes. Dans mon projet de décret je vous en présente l’aperçu. Il m’a semblé facile de diviser les différents éléments dont l’ensemble complète notre cours d’éducation. les uns concernent la formation de l’être physique ; les autres ont rapport à la formation de l’être moral. Sur chacun de ces programmes, les citoyens seront invités à travailler & à concourir. [...]

 

Extraits du Projet de Décret sur l’Education Nationale présenté par le citoyen Robespierre

 

Art. I. Tous les enfants seront élevés aux dépens de la République, depuis l’âge de cinq ans jusqu’à douze pour les garçons, & depuis cinq ans jusqu’à onze pour les filles.

 

II. L’éducation nationale sera égale pour tous ; tous recevront même nourriture, mêmes vêtements, même instruction, mêmes soins.

 

III. L’éducation nationale étant la dette de la République envers tous, tous les enfants ont droit de la recevoir, & les parents ne pourront se soustraire à l’obligation de les faire jouir de ses avantages. [...]

 

Repost 0
10 janvier 2011 1 10 /01 /janvier /2011 15:38

Par le Citoyen Darthé-Payan   

 

                                                Pierre à plâtre, Primidi, 21 Nivôse, An CCXIX  de la République.

 

 

Non, non ! Vous ne rêvez pas !

 

Nous ne sommes pas plus au soir de la victoire de Ségolène Royal aux primaires socialistes - vous savez ces caucus pour cocus.

 

Nous sommes le Lundi 10 janvier 2011, selon le calendrier Grégorien ou Pierre à plâtre, Primidi, 21 Nivôse, An CCXIX de la République, selon le calendrier Républicain.

 

 

Mais pour ce billet, j'ai décidé de me projeter dans le futur...

 

 

Je ne fais pas dans l'extra lucide mais, je constate que si les primaires socialistes débouchaient  sur la candidature de Ségolène Royal, un certain Jean-Luc Mélenchon n'en serait pas fâché bien au contraire !

 

 

 

 

 

Si c'est DSK qui remporte la Rose et est candidat c'est à la fois un gage de victoire pour la gauche sur le locataire actuel de l'Elysée à savoir Nicolas Sarkozy.

 

 

DSK, malgré son programme de social-libéral, européiste, promoteur du libre échange,  et ses fonctions de Directeur-Docteur "Folamour" du FMI est le mieux à même de faire vaciller la citadelle Sarkozienne et de gagner la palme d'or du grand festival de la Présidentielle de 2012.

 

 

Mais, est-ce que DSK sera candidat ou le sera pas ? That is the question ?

 

Les sondages annoncent tous une forte côte d'amour de notre cher Dominique "DSK" - je suis obligé de rajouter les initiales car un autre Dominique  "2DV" pourrait se croire aimé de tout les Français et donc se porter lui aussi candidat !

 

 

Alors, DSK va t-il y aller ?  A mon  humble avis, je ne le pense pas. Pas, parce que j'aurais  consulté une célébre astrologue qui fréquente les "grands" de ce monde  ou que  j'aurais des informations de premières mains de l'intéressé mais parce que la situation économique et sociale de plus en plus grave et les politiques d'austérité et d'économie de guerre vont se faire de plus en plus sentir ou vont de plus en plus s'imposer dans tous les pays de l'Union Européenne y compris la France obligeant Dominique Strauss-Khan d'être aux fourneaux à tous les instants ou plutôt dans son cabinet de Docteur administrant les remèdes de cheval aux pays en crise de surendettement ou les  mauvais élèves de la classe capitaliste transnational dont la note viendrait d'être abaissée par les juges  des tribunaux de la notation, les jettant en pature et les livrant aux spéculateurs de tous poils et de toutes nationalités !

 

 

 

Donc, il est peu probable que le Directeur du FMI qui règne un peu en maître et en bon docteur sur tant et tant de malades, laisse tomber sa clientèle assidue  pour un pays qui est  en passe de devenir une nano puissance tellement qu' il est intégré à l'Union Européenne et au Grand Marché Transatlantique et que son économie devient de moins en moins consistante et ouverte aux gros apétits des puissances capitalistes !

 

 

 

Exit donc la candidat DSK !  Celle qui l'emportera sera la dame de Charente-Poitou. Celle qui s'est attribuée ce week-end les droits de sucession politique de l'ancien Président socialiste de la République française François Mitterrand. Je parle bien sur de Ségolène Royal, la Présidente (déjà elle a le titre) de la Région Poitou-Charentes.

 

 

 

 

 

 

 

 

Ségolène Royal a redéclaré sa flamme pour la fonction présidentielle il y a quelques jours en annonçant sa candidature aux primaires. Ce n'était qu'un secret de Polichinelle mais bon les médias en ont fait des tonnes comme d'habitude !

 

L'avantage qu'a Segolène Royal sur les autres postulants aux primaires c'est qu'elle, sa primaire elle a  déjà faîte et rempotée à deux niveaux  c'était en 2006 au sein du PS ou elle remporta haut la main les lauriers socialistes devant Laurent Fabius alors soutenu par Jean-Luc Mélenchon et un DSK (qui n'était pas le précepteur des remèdes d'ajustements structurels et d'économie de guerre qu'il est devenu aujourd'hui ) et en 2007 dans la compétition grandeur nature du premier tour à la présidentielle avec près de 26 % des voix.

 

 

Elle a donc cet avantage et les 17 milions de suffrages du corps électoral français. Ce n'est pas rien ! Et cela pèse bien plus que les sondages mirobolants du bon Docteur DSK !

 

 

C'est pourquoi, à mon humble avis, encore une fois, Dame Ségolène, bravitude et Fra-Ter-Ni-TE en bandouillère va être la candidate du Parti socialiste voire même la candidate d'un pôle de gauche socialiste et écologiste si EE-Les Verts décide de retirer la candidature Joly et renonce à en présenter une autre   en échange d'une cinquantaine de circonscription législative gagnable.

 

 

 

Si il y a un politique, un responsable d'un parti situé à gauche qui plus est candidat lui même aux présidentielles envisage d'un bon oeil, la victoire de Ségolène Royal et son ordre juste et papal c'est bien (vous l'avez peut-être deviné) Jean-Luc Mélenchon !

 

 

 

 

 

Jean-Luc Mélenchon sera - quoi-qu'en disent les responsables du PCF ou du PG - le candidat au nom du Front de Gauche.

 

A moins d'être un militant zélé bigot ou d'être un doux illuminé, personne n'envisage - pas même Méluche - que le Président du Parti de Gauche  sera au second tour de la Présidentielle.

 

 

Si c'était DSK qui était choisi lors du  "rose national tour" et bien la position de Mélenchon devenait vite  intenable !

 

Je m'explique si Jean-Luc Mélenchon, après avoir fait une campagne dure  contre Sarkozy mais aussi contre DSK  -soit obligé d'appeller à voter DSK au second tour, après tout ce qu'il a ou aura dit et bien Mélenchon même même en se tortillant n'arriverait pas d'une part à faire avaler la couleuvre DSK à ses électeurs du 1er tour et d'autre part n'arriverait  pas à nous faire oublier les propos extrèmement durs qu'il tient ou qu'il aura tenu à l'égard du Directeur du FMI. Pour la suite, il deviendrait fort peu crédible et la gauche radicale en serait toute affectée !

 

 

Si c'est par contre Ségolène Royal, c'est un moindre mal et Mélenchon en sera soulagé. Il a déjà appelé à voter au premier tout pour la Candidate Ségolène Royal et son ordre juste c'était lors de la Présidentielle de 2007. Une deuxième fois c'est pas la mer à boire ou c'est pas  les couleuvres DSK à digérer !

 

 

Donc, rassurons le Camarade candidat Mélenchon. Il n'aura pas besoin de vivre "l'enfer" au second tour.

 

Il aura tout le temps de méditer sur le score élevé de la candidate LePen et de constater la réelection en vue de Nicolas Sarkozy !

 

 

 

 

 

 

 

Au fait, chers concitoyens et compatriotes dans tout cela, point de candidature républicaine et jacobine ! A quand le sursaut républicain et une candidature de l'unité et de l'espérance pour un autre demain ?

 

 

Salut et Fraternité.

 

D-P.

 

 

 

 

Repost 0
6 janvier 2011 4 06 /01 /janvier /2011 15:53

Par le Citoyen Darthé-Payan       Marne, Septidi, 17 Nivôse, An CCXIX de la République.

 

 

 

Chez les journalistes - comme chez les politiques - il y a d'un côté les Républicains (comme Causeur.fr parfois classés à droite) et de l'autre  les libertariens (comme Demorand et souvent classés à gauche) ! Mélenchon en a eu la triste expérience dans l'émission d'Europe 1 de mercredi 05 janvier 2011 à 18 H 50 qu'anime Demorand (*)!

 

Il a bien mieux été traité par Causeur.fr (journal réac selon la gauche radicale bien pensante) que par le Camarade "gauchiste" Demorand qui l'a violemment attaqué à l'antenne d'Europe 1 !

 

 

 

 

 

 

Le Camarade Jean-Luc Mélenchon, saura à l'avenir où son "ses amis" tant dans le monde politique que médiatique et journalistique. Il aura découvert que les libertariens sont bien présents dans les médias et que lui le républicain en sera leur cible.

 

Il notera que des journaux comme Causeur.fr, Marianne et son site Marianne2 ou encore l'Express laissent une large place à différents opinions, points de vue et sons de cloche y compris sur la question européenne et la sortie de la France de l'UE et de l'Euro et que l'idéal républicain n'y est pas brocardé !

 

Le Camarade Jean-Luc Mélenchon, le républicain saura à l'avenir qu'il y a aussi un autre combat à mener (et qu'il doit mener) contre les Libertariens.

 

Les Libertariens se situent aux antipodes de la pensée révolutionnaire, républicaine, socialiste, laïque, patriotique et universaliste de la gauche historique. La gauche historique de Robespierre et de Saint-Just, de Babeuf et de Blanqui, de Louis Blanc et de Jules Ferry, de Jean-Jaurès ou encore  de Jean-Moulin.

 

Les Libertariens ont des objectifs clairement définis c'est l'affaiblissement des principes et des fondamentaux de la République, notamment ceux  de la nation, de la patrie, de l'intérêt général, de la laïcité, de l'unité et l'indivisibilité de la république, de la souveraineté nationale, de la souveraineté et de l'unité du peuple et de ses représentants élus, du rayonnement universaliste. Ces objectifs d'affaiblissement touchent à  tout ce qui fait et à fait notre République issue des Lumières, de la Grande Révolution française, du mouvement républicain, ouvrier, socialiste et laïque, de l'esprit de résistance du CNR.

 

Les  Libertariens se situent un peu partout de l'extrême gauche - y  compris le PG de Mélenchon - en passant par le PS et EE-Les Verts pour finir par la droite umpiste. Leur pensée et leur idéologie sont  dominantes tant dans le monde politique, que dans le monde culturel  ou encore  que dans le monde médiatique tant en France qu'en Europe et dans le monde.

 

Leur projet est clairement contre révolutionnaire et contre républicain et sous couvert de verbe gauchiste et d'idéologie écologiste, clairement pour l'Europe libérale et fédéraste, celle de la concurrence libre et non faussée, celle qui anéantit la souveraineté des Etats-Nations et du peuple citoyen. Sous couvert de discours victimaire et pleurnichard, il défend les communautés et le communautarisme tout en favorisant les entorses à la laïcité  et organise patiemment la dictature des classes moyennes et de la petite bourgeoisie urbaine sur l'ensemble du peuple français.

 

Les oubliés de leur programme ce sont  la classe ouvrière, la classe paysanne, les petits artisans et commerçants, la république. Les oubliés du programme libertarien c'est le social et le républicain.  Ce sont Les Sans culottes et les prolétaires en quelques sortes et l'intérêt général de la nation !

 

Leur projet politique c'est aussi l'individu et sa communauté plutôt que le citoyen et sa patrie républicaine. C'est aussi le bien être consumériste et l'écosystème sans activité que le pouvoir d'achat et la production.

 

 

 

 

 

La Gauche républicaine socialiste, jacobine, souverainiste doit engager le combat contre les tenants du libertarisme de gauche et de droite. La gauche républicaine socialiste et jacobine doit engager les convergences avec les gaullistes et souverainistes de progrès qui refusent l'idéologie dominante du libertarisme et l'abaissement tant de la République que de l'Etat-Nation français souverain. Oui, Convergences pour une alternative républicaine de salut public ! Le  combat à mener : les Républicains contre les Libertariens.

 

L'altercation (*) entre Demorand et Mélenchon aura eu le mérite de montrer  que plus que jamais ce combat doit être mené. J'espère que Jean-Luc Mélenchon et d'autres  l'auront compris et le mèneront !

 

Salut et Fraternité.

 

 

D-P.

 

 

__________________________

 

(*)

http://www.europe1.fr/MediaCenter/Emissions/L-interview-d-Europe-1-Soir/Videos/Melenchon-DSK-represente-si-mal-la-gauche-361805/

 

 

Repost 0
1 janvier 2011 6 01 /01 /janvier /2011 15:59

Par Citoyen Darthé-Payan         Argîle, Duodi 12, nivose, an CCXIX de la République.

 

   

 

En ce premier jour de l'année nouvelle et que les bons voeux fleurissent et bien je vais aborder très succinctement le bilan de l'année 2010 et les perspectives pour 2011. Egalement, j'aborderai ce Jour de l'An de manière fortement républicaine, laïque et civile en émettant le souhait que notre pays, patrie révolutionnaire et républicaine, en ces temps troublés et de remise en cause de la République,  ne devrait-elle pas envisager le retour au Calendrier Républicain ?

 

 

AUTANT EN APPORTE L'AN : Bilan et Perspectives.

 

L'année 2010 vient de s'achever. Je remercie les Citoyens lecteurs qui m'ont accompagné durant l'année en venant sur mon blog.

 

  Cette années fût l'annus horibilis pour le peuple et pour la République. Certes, il y a eu ici ou là un sursaut, une loi, un mouvement social, une espérance mais tout cela fut vite étouffée par la machine de guerre du capitalisme en crise et par l'idéologie dominante de la pensée unique libertarienne et fédéraste.

 

 

Sursaut électoral de la Gauche libertarienne aux Régionales mais échec du Front de Gauche

 

Le sursaut s'est fait à travers les urnes mais si la droite gouvernementale a été défaite lors des Elections régionales du printemps dernier, la gauche radicale, le Front de Gauche n'en a  pas profité bien au contraire, le score bien que déclaré satisfaisant par les directions des partis respectifs du Front de Gauche (PCF-GU-PG), fût en fait un échec tant politique, qu'organisationnel qu'électoral. Le Front de Gauche a été à la carte, à géométrie variable ou rabougris selon les contrées et les régions. Bref, aucune clarté, aucune cohérence, aucune dynamique. Les élus Communistes ont perdus près de la moitié de leurs élus, la Gauche Unitaire et le Parti de Gauche ont eu quelques clopinettes ! Même dans la région Limousin, la fameuse "Terre de Gauche" ce Front de Gauche élargi au NPA a moins rapporté d'élus qu'à la précédente régionale de 2004 pour les partis de la gauche radicale.

 

La Gauche domestiquée (PS-EE), les socio-démocrates, les  écolo- libertariens et fédérastes ont remporté les urnes régionales montrant au passage que la Gauche radicale (Front de Gauche et NPA)  a du soucis à se faire pour les prochaines échéances notamment sur le plan politique, idéologique, stratégique et aussi au sujet de convaincre les électeurs, les classes populaires et là il y a du boulot. Mais du côté de la direction du Front de Gauche, tout semble montrer que l'on est dans l'incapacité d'appréhender, de comprendre les choses et d'inverser la tendance.

 

 

Des partielles qui anéantissent les illusions du Front de Gauche 

 

Les élections partielles de ces derniers jours tant à Noisy le Sec qu' à Corbeil-Essonne ont clairement montré ici l'échec et la déconfiture du Front de Gauche sur le plan électoral, sur le plan stratégique, sur le plan politique. Si la direction du PG fait porter l'échec sur le PS et bien c'est que le PG n'assume rien de ces choix douteux, stériles et ambigüs depuis dix huit mois. Son face à face stérile et mortifère avec le PCF dans le Front de Gauche risque d'anéantir tous les bénéfices engendrés par  la campagne médiatico-polémico-buzzique du Camarade Mélenchon. Il est clair que de nombreux communistes ne laisseront pas faire Mélenchon et qui si ce dernier, comme c'est fort probable, se présente à la présidentielle de 2012 et bien au delà de la candidature Chassaigne (cache misère) et bine des candidatures comme celles de Gremetz, de Bocquet ou de Gérin seront encouragées et même pourront aboutir.

 

Je n'en rajouterai pas sur le Front de Gauche, qui est pour moi, mort depuis le mois de septembre 2009 et tout le toin toinautour n'est que pure enfumage.

 

La Gauche en général et la gauche radicale en particulier iront à la présidentielle divisée, atomisée, dispersée, chapellisée. Il y aura probablement trois candidats Trostkystes (POI, LO, NPA), peut-être un du M-PEP, peut-être un des Altermachins (surtout s'ils n'obtiennent pas du PCF leurs entrées dans le FDG ), un candidat communiste officiel possible, un candidat orthodoxe (si Mélenchon se présente),  la candidature de Jean-Luc Mélenchon pour le PG ou le FDG, la candidature socialiste caucus(fiée) en la personne de Royal ou DSK, la Candidature d'un ou de plusieurs EE-Verts ! Bref c'est carrément une équipe de Football que pourrait présenter la Gauche : le 11 de Gauche pour la Présidentielle perdue de 2012 !

 

 

A droite et à l'extrême-droite, l'un est prêt, l'autre laboure !

 

la Droite et le Président Sarkozy est le seul prêt dans ses startings-blocks, comme en 2006, il a une longueur d'avance sur la Gauche qui elle comme en 2006 est divisée, atomisée et pas prête ni politiquement, ni sur le plan des propositions, ni sur le plan des stratégies. Avec Marine LePen, une candidature d'extrème droite- laboure les villes et les campagnes à l'abandon notamment les anciens bassins ouvriers de la mine et de la sidérurgie mais aussi les campagnes en désertification croissance et laminées par les politiques libérales de l'Europe fédéraste et de la pensée unique écologiste totalitaire.

 

 

Une loi républicaine et puis plus rien...

 

Les parlementaires ont voté la fameuse loi "contre la burqa" et ils ont bien fait ! Certains parlementaires de gauche ont soutenu et voté cette loi justifiée, républicaine permettant le respect de l'intérêt général, le respect de l'ordre public, le respect du vivre ensemble mais aussi bien que non affirmé, le respect des principes républicains de la laïcité. Les partisans intégristes du port du voile intégral, de l'envahissement de la sphère public, de l'espace public, des services publics, des intérêts communautaires ont eu des soutiens étonnants notamment en provenance de la Gauche bien pensante soit libertarienne, soit communautaire, soit encore honteuse de se clamer Républicaine et laïque. Cette gauche contre révolutionnaire et anti républicaine sous couvert de défense des libertés individuelles et parce qu'aussi la loi était défendue par la droite et par le Président Sarkozy, ont balancé leurs discours pleurnichards et victimistes habituels sentant bon le communautarisme et qualifiaient les tenants du projet de loi d'islamophobes. Bref, ces combattants contre-républicains ne défendaient pas des libertés individuelles mais des libertés particulières, surtout que derrière, certains intégrismes réligieux ou communautaires voulaient imposer leur loi et faire de la religion une donnée politique incontournable.

 

Il est plus que nécessaire de rappeler qu'en France, la République laïque une et indivisible et de l'intérêt général doit avoir le dernier mot.

 

Cette loi fut votée et promulguée. Il faudra êtreattentif pour savoir si elle va être appliquée et comment va-t-elle être appliquée. En tant que Républicain et laïque, j'espère qu'elle sera appliquée partout et pour tous et dans toute sa rigueur.

 

Mais depuis cette loi, la laïcité républicaine est toujours et encore bafouée. Ici, par des subventions aux écoles privées confessionnelles, là, par des intégristes qui organisent les prières de rue, là enfin  par des atteintes à la loi sur l'interruption volontaire de grossesse. Le Concordat d'Alsace-Moselle est toujours en vigueur et les régimes dérogatoires en outremer s'intensifient. Bref, au lieu d'avancer, d'être partout présente pour chacun et pour tous, la laïcité recule et en sort chaque jour un peu plus affaiblie.

 

 

Un mouvement social fort qui sombre parce qu'aucun débouché politique de gauche ne fut proposé, permettant à Sarkozy de l'emporter !

 

Durant l'année écoulée, un mouvement social de vaste ampleur a cadencé les mois puis les semaines du petit monde politique et syndical. C'est la contestation de la réforme(?) des retraites qui avec sa mesure phare : l'âge de départ repoussé de 60 à 62 ans et la retraite à taux plein, sans décotte de 65 à 67 ans. Le mouvement fut de plus en plus vaste et toucha également les salariés du privé. Si les grèves demeurèrent fort modestes le nombres de manifestants fût conséquent. Ce mouvement ne put aboutir faute de clarté, faute d'avoir dit clairement et en préalable que le projet de réforme des retraites devait être retiré, faute de l'absence de débouchés politiques. Le mouvement se montra unitaire la plupart du temps, mais des organisations comme FO dans premier temps puis rejointe par les SUD-Solidaires et par quelques secteurs de la CGT  qui réclamaient à la fois le retrait et la grève illimitée. Bref, l'union a minima et sans volonté d'en découvre amène un faible rapport de force face au gouvernement et au Medef. Les leaders syndicaux de la CGT-CFDT, main dans la main, sourire aux lèvres n'empêchèrent pas la défaite du mouvement et le vote par le parlement de la loi. Cruelle défaite du mouvement social et absence totale de courage et d'audace des responsables politiques de la Gauche qui se rangèrent derrière les consignes syndicales a minima et oubliant au passage que toutes luttes des classes et aussi une lutte politique. Au lieu de se ranger au position du duo Thibault-Chérèque, des politiques comme Jean-Luc Mélenchon, Olivier Besancenot, etc... auraient du proposer un débouché politique au mouvement social en cours.

 

 

L'économie de guerre qui lamine tout et l'UE qui impose sa tutelle : pauvre Etats-Nations !

 

L'année 2010 a été l'approfondissement de la crise du système capitaliste transnational et cette crise touche maintenant la solvabilité des Etats de l'UE. L'UnionEuropéenne après avoir décidé la cure d'austérité sans précédent pour la Grèce appelle les "Bons" docteurs du FMI et leurs remèdes du réajustement structurel. Après la Grèce, l'Irlande, puis le Portugal, puis peut-être la Belgique en pleine crise institutionnelle. Même des pays comme le Royaume Uni, l'Italie, la France ne sont plus à l'abri du breuvage cocktail explosif que prescrit les médecins du FMI avec l'aval tutélaire de la Commission de Bruxelles. Cette Commission oligarchique et a-démocratique impose aux Etats-Nations de l'Union et à leur peuple un coup d'Etat en mettant à la fois les budgets nationaux sous tutelles et à mettant les plans de relances de 2008-2009 à la poubelle. L'Union Européenne et sa monnaie, l'Euro surévalué et affectée de mille spéculations asphyxient chaque jour un peu plus les économies et l'autonomie des pays. Le Capitalisme en crise a décidé de s'en sortir par l'économie de guerre et qui dit économie de guerre dit rationnement de la dépense publique, rationnement de la production, rationnement de la consommation, rationnement de la redistribution ce qui entraîne un laminage des acquis sociaux, desrégimes de retraite et de l'Etat providence, de l'emploi et des services publics. Bref, la décroissance économique et l'austérité budgétaire. Après la Grèce, l'Espagne et le Portugal, la cure d'austérité frappe le pauvre peuple irlandais qui n'a plus que ces yeux pour pleurer et voir ses acquis sociaux fondre comme neige au soleil.

 

 

Une tutelle de plus en plus étouffante et destructrice.

 

La tutelle de Bruxelles sur les Etats-Nations montrent le vrai visage de l'Europe qui est en fait une nouvelle prison des peuples et le fossoyeur de la souveraineté des Etats-Nations et du peuple citoyen. Cette tutelle s'affirme, s'affiche et s'applique chaque jour un peu plus à notre "pauvre" pays, à notre "pauvre" république avec notamment l'entrée en vigueur ce premier Janvier de la directive organisant l'ouverture à la concurrence dans la distribution du courrier pour les lettres et plis de moins de 50 grammes. La Poste face à cette concurrence semblent vouloir préférer les services aux entreprises et aux marchands plutôt que de se comporter en service public partout et pour tous avec l'obligation de mener à bien les missions d'accueil du public, de la distribution du courrier,  d'être le service public et collectif bancaire et d'épargne. 

 

 

Une Chine sauveur des pays européens endettés ? Non ! La  Chine capitaliste et impérialiste !

 

La Chine intervient en nouvelle grande puissance et avec beaucoup de volonté d'expansion. Certes, elle rachète la dette grecque mais s'offre les ports et la flotte marchande et commerciale grecs. Il est clair que la Chine communiste par son parti unique dominant n'est en fait qu'un géant capitaliste et de plus en plus capitalistique et ce qui entraîne de facto une dérive expansionniste voire impérialiste. Oui, la Chine est un pays impérialiste et le devient de plus en plus là en Grèce et demain au Portugal mais cela fait pas mal de temps qu'elle s'exerce à l'impérialisme économique en Afrique et en Amérique latine surtout dans les pays producteurs de pétrole ou ayant une richesse en minerais. Ce schéma du Chine capitaliste et impérialiste est fort peu analysé même reconnu y compris chez un politique comme Jean-Luc Mélenchon et chez les adhérents de son parti. Vous vous rendez compte la Chine communiste, capitaliste et impérialiste c'est impensable dans leur schéma binaire et manichéen fait d'a priorisme date et de gauchisme (pablisme ou maoïsme) frelaté !

 

Il est plus que nécessaire et vital que notre pays regagne sa souveraineté nationale et populaire mais aussi monétaire, budgétaire, financière et parlementaire  et organise sa protection car demain son tour viendra et la France républicaine ne sera plus qu'un lointain souvenir. Osons sortir de l'UE, de la BCE, de l'Euro, du GMT et du FMI pour redevenir une nation indépendante et souveraine.

 

 

LA REPUBLIQUE EN PERSPECTIVES...

 

La nouvelle année débute et doit permettre à la République de se rétablir, de reconquérir partout le territoire. La Gauche oublieuse des principes républicaine devraient se reprendre et engager le sursaut républicain pour le salut de notre pays. Pour le républicain socialiste et jacobin que je suis, j'espère que la République guidera le pas des responsables politiques de notre pays et que sursaut que j'appelle de mes voeux

 

2011 doit être l'année de la reconquête républicaine et du rétablissement des principes républicains de Liberté, d'Egalité, de Fraternité, de Laïcité, d'Unité et d'Indivisibilité, de Souveraineté, de Citoyenneté, d'Emancipation, d'Universalité, de Bien commun, d'Intérêt général. Une reconquête sociale, civique, citoyenne, jacobine et universaliste. Par la voie des urnes, par le mouvement social, par l'insurrection civique. Cette reconquête républicaine est d'essence révolutionnaire. Une révolution républicaine, sociale, jacobine, citoyenne et populaire permettant la refondation républicaine de la France et de la société, la reconquête de la pleine souveraineté nationale et populaire, la rupture avec le système capitaliste et l'Union Européenne, l'instauration d'une politique de revenus et de redistribution des richesses et pour finir un développement universel faisant de nouveau de la France une puissance indépendante et conquérante.

 

La révolution républicaine et citoyenne doit permettre de faire converger partis, dirigeants politiques, associatifs, syndicats, citoyens vers une alternative républicaine de salut public. Cette convergence sera le Front d'unité populaire autour de la reconquête de la souveraineté nationale, populaire, monétaire et budgétaire qui sera avec la sortie de notre pays de l'UE, de la BCE, de l'Euro, du GMT, du FMI, les premiers objectifs de cette convergence et de cette volonté commune partagée. Ensuite viendront les ruptures, les refondations, les transformations, les constructions nécessaires pour refaire de la France un pays pleinement républicain, après avoir reconquis sa souveraineté et son indépendance, s'émancipe du système capitaliste et redevienne une grande puissance politique, diplomatique, économique, sociale, culturelle tournée vers l'universel et la coopération.

 

 

Des éléments de convergences existent ici ou là, diffus ou plus affirmé au  POI, puis dans des secteurs du Communisme, puis  au sein du Parti de Gauche, du Mouvement des Citoyens et du Parti socialiste pour finir par les franges gaullistes de gauche, de progrès et souverainistes gaullistes et de progrès comme DLR. J'avais lancer un appel à convergences à Jean-Luc Mélenchon (PG), Pierre Joxe (PS), Jean-Pierre Chevènement (MRC) et Nicolas Dupont-Aignan (DLR) pour qu'une alternative républicaine de salut public s'organise autour notamment du plein retour de notre pays à sa souveraineté. Pour le moment, chacun de ces leaders, chacun de ces mouvements préférent rester chez lui, jouer entre "amis", dans un front ou des querelles d'égos ruinent et ruineront tant et tant d'espérance. A vous de voir, Mesdames et Monsieurs les responsables politiques si la République ne nécessite pas un sursaut pour le salut public de notre pays.

 

La République vous appelle... Ne faîtes pas la sourde oreille !

 

 

 

...ET SI L'ANNEE COMMENCAIT LE 22 SEPTEMBRE ?

 

En ce jour de l'an de l'année civile selon le calendrier Grégorien, la République nous appelle. J'ai pensé  que pour symboliser de manière concrète, culturelle et pratique la refondation républicaine de notre pays et de la société. La rétablissement du Calendrier Républicain serait un premier signal fort, certes symbolique, mais un signal fort, d'une France républicaine unie et fière, fidèle à la Grande Révolution  qui ferait de nouveau l'Histoire.

 

Les 21 et 22 septembre seraient des jours fériés permettant aux politiques, aux élus, aux citoyens de fêter la république et  la Révolution et aussi le jour de l'an. Ces deux journées républicaines auraient un grand retentissement tant en France, en Europe que dans le Monde. La France se resaisirait de son glorieux passé révolutionnaire et républicain en reprenant le cours interrompu de la Révolution jacobine et républicaine qui démarra un certain mois de Juillet 1789, renversant la monarchie un certain 10 août 1792, puis l'abrogera le 21 août et proclamera la République.

 

Bien sur dans le cadre de cette nouvelle organisation calendaire, l'actuel Droit du Travail, les conventions collectives, la durée hebdomadaire et les 151,67 heures seront maintenus, comme les congés du dimanche. Le citoyen salarié ne devra en aucun être lésé et bien au contraire, dans le cadre de l'instauration de ce Calendrier Républicain devra pouvoir acquérir de nouveaux droits et avantages sociaux. La République pleine et entière, jusqu'au bout y compris dans les entreprises et le Droit du Travail. La République devenue sociale aboutira au Socialisme comme le martelait Jean-Jaurès en son temps.

 

 

 

Le Calendrier républicain a été voté par la Convention et le décret adopté le 5 octobre 1793. Le Calendrier républicain sera appliqué jusqu'au 10 nivose an XIV et sera remplacé par le Calendrier Grégorien à partir du 1er Janvier 1806 sous le 1er Empire (Napoléon 1er).

 

 

Le 22 septembre de chaque année redeviendrait donc le 1er jour de l'an de la république. La République guide nos pas...

 

Meilleurs voeux républicains à vous Citoyens.

 

Ce 1er janvier 2011 devient : Argîle, Duodi 12, nivose, an CCXIX de la République.

 

 

 

 

 

Vive la République, Vive la France.

 

Salut et Fraternité.

 

D-P.

Repost 0
30 décembre 2010 4 30 /12 /décembre /2010 15:17

Par Darthé-Payan

 

Le Camarade "Méluche" comme l'appelle affectueusement ses camarades est présent dans deux journaux  : Causeur.fr sous forme d'entretien (1) et Libération (2) sous la forme d'échanges avec Jacques Juillard à propos de la question du populisme et de la question cornélienne au demeurant : "Le peuple a-t-il toujours raison ?".

 

Décembre 2010 · N° 30

 

 

 

Dans le mensuel Causeur.fr, Jean-Luc Mélenchon tient un discours ardemment républicain et sans ambages. Je laisse les petits camarades du PG et du Front de Gauche découvrir la suite de l'entretien - dont je mets le lien qui permet d'atteindre l'extrait - en s'abonnant - comme je l'ai fait voilà plus d'un an - au mensuel qu'anime notamment Elisabeth Lévy.

 

« Je suis le bruit et la fureur, j’ouvre les portes à coups de pieds! »Causeur.fr que certains  petits camarades zélés du PG et des commentateurs - gaucho-libertariens et communautaristes - postant leurs prose sur le blog de Jean-Luc Mélenchon (3) classèrent, Causeur.fr,  à l'extrème droite en l'affublant d'être raciste, identitaire, sioniste, xénophobe, islamophobe, frontiste. Bref, la preuve qu'ils ne le lisaient pas. Car Causeur.fr est un très bon journal républicain et en plus il est loin de la pensée dominante de gauche et de droite, de la bien pensance, du politiquement correct qui remettent en cause la République. 

 

Ils doivent avoir l'air malin, ces petits camarades et posteurs zélés.

 

 

Bizarre, il y a silence "radio" de la part de ces militants comme du site du PG sur l'entretien que donne Jean-Luc Mélenchon au mensuel Causeur.fr.  Cela ne me surprend pas ! Mieux vaut cacher les choses, ne pas en parler car "Méluche" dans Causeur.fr et bien cela remet en cause pas mal de leurs préjugés manichéens de petits gauchards !

 

 

Pour ce qu'est de l'entretien échange dans Libération - dont j'invite également les Camarades du PG à bien le lire -  quelque chose me dit qu'ils vont  plus en parler et même en publier les extraits ou la totalité.

 

 

Pour ce qui est du contenu de l'échange, sur le fait de savoir si le peuple a toujours raison ou pas et sur la notion de populisme, le Républicain socialiste et jacobin que je suis, boit du petit lait en lisant les propos et l'argumentation de Jean-Luc Mélenchon. Ce que dit "Méluche" je le partage totalement, je le fais mien et j'espère que cet échange réveillera la gauche en général et la gauche radicale en particulier (NPA, FDG, PG, PCF, MRC) autour de la notion de souveraineté du peuple et qu'elle appliquera ce que Jean-Luc Mélenchon retient du grand Jean-Jacques Rousseau : "De Rousseau, je retiens que l'idée de République jaillit du pouvoir de chacun. La loi est légitime parce qu'elle naît de tous, de la volonté générale et s'appliquera à tous". Bref, la loi est l'expression de la volonté générale et cette volonté générale est celle du peuple souverain exprimée par l'intermédiaire de ses représentants élus, ses mandataires que sont les parlementaires.

 

 

 

Tout cela prend tout  son sens quand par exemple la loi républicaine de la laïcité de 1905 ou la loi républicaine contre "la burqà" ou encore  la loi républicaine sur la circulation en ville  -  lois  légitimes parce que nées  de tous, de la volonté générale et s'appliquant  à tous" ne sont pas respectés par des intérêts particuliers, des intérêts communautaires et religieux.

 

J'aurai aimé que la gauche, toute la gauche, y compris certains responsables ou élus parisiens du PG en pensent la même chose, face, leurs, les propos du Camarade Mélenchon mais certains - parce qu'une leader de l'extrème droite (Marine LePen) a dénoncé les prières dans la rue - en y ajoutant une provocation  à la quelle le petit monde politique a répondu et la gauche est  tombée  dans le piège que la responsable du FN avait tendu, en parlant plus des propos "occupation" que du non respect des lois républicaines de la laïcité, de la circulation urbaine, de l'ordre public.

 

A noter que Jean-Luc Mélenchon rappelle qu'en 2005 à 55 % le peuple Français, avait rejeté la constitution européenne qui lui sera quand même imposée en 2007.

 

 Ce rappel doit être incessant, constant parce que la souveraineté du peuple a été violée et que l'Europe UE est de faite illégitime !

 

Pour terminer ma courte analyse sur l'échange entretien et de ce qu'a dit Jean-Luc Mélenchon, j'émettrais  une réserve, une critique sur sa proposition rengaine "Sortir du Traité de Lisbonne". Mélenchon s'est très bien que cela ne veut rien dire car sortir du Traite de Lisbonne ne veut pas dire sortir de l'Europe libérale, fédéraste, du libre échange et de la Commission oligarchique de Bruxelles, ni de sortir de l'Euro. Avant Lisbonne, il y avait la tentative du TCE, rejeté par les peuples français et néerlandais mais encore avant, il y avait le traité de Nice, de Dublin , d'Amsterdam, de Maastricht, l'acte unique mettant en place le marché unique de la concurrence libre et non faussée, la fin des frontières et le refus du protectionnisme et encore avant le Traité de Rome qui jette les bases de l'Europe libérale, de la libre concurrence, de la fin de la souveraineté des nations et du peuple citoyen.

 

 

Camarade, "Méluche", il ne faut plus tergiverser ! Il faut oser franchir le Rubicon et mettre en perspectives la sortie de notre pays de l'UE, de la BCE (et donc de l'Euro), du GMT et du FMI. Notre pays, la France, Etat-Nation, notre patrie républicaine (et révolutionnaire) doit reconquérir sa pleine et entière souveraineté politique, monétaire, financière, parlementaire, législative, culturelle. Le peuple Français citoyen doit lui aussi reconquérir sa pleine et entière souveraineté en exigeant la sortir de la France de l'UE, de la BCE, de l'Euro, du GMT et du FMI.

 

 

La révolution citoyenne que Jean-Luc Mélenchon appelle de ses voeux ne se fera qu'à ce prix et à cette audace politique vertueuse du sursaut républicain autour de la souveraineté tant nationale que populaire. J'ai dit.



 



 

Salut et Fraternité.

 

D-P.

 

 _____________________

 

 

Je suis du peuple, je n'ai jamais été que de là, je ne veux être que cela; je méprise quiconque a la prétention d'être quelque chose de plus.
Discours aux Jacobins, le 2 janvier 1792.
Citations de Maximilien de Robespierre


 

 

«Je suis du peuple. Je n'ai jamais été que de là. Je ne veux eêtre que cela. Je méprise quiconque a la prétention d'être quelque chose de plus. »Maximilien Robespierre (Discours aux Jacobins- 02 janvier 1792.).

 

 

___________________________________________

 

(1) http://www.causeur.fr/je-suis-le-bruit-et-la-fureur-j-ouvre-les-portes-a-coups-de-pieds,8025

 

(2) http://www.liberation.fr/politiques/01012310640-le-peuple-a-t-il-toujours-raison

 Le mieux c'est de se procurer le journal papier de l'édition de ce mercredi 30 décembre 2010.

 

(3) Blog de Jean-Luc Mélenchon, après avoir été ostracisé par certains commentateurs et petits adhérents zélés du PG, j'ai été déclaré persona non grata, tricard et blacklisté sans aucune explication aucune !

 





Repost 0

Présentation

  • : Le blog politique de Darthé-Payan le Jacobin
  • Le blog politique de Darthé-Payan le Jacobin
  • : Pour un sursaut Républicain de Salut Public.
  • Contact

Recherche