Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 janvier 2012 3 11 /01 /janvier /2012 15:25

Par Sonia Bastille et Fabien Darthé-Payan

 

 

  27 experts publie ces jours-ci, un ouvrage intitulé : "Changer d'économie : nos propositions pour 2012"(1)(2)

 

  L'Humanité(1)datée de Mardi 10 Janvier 2012 en publie  des extraits et aussi quelques unes des propositions des "Économistes atterrés"

 

 

 

27 experts cosignent l'ouvrage et autant passent à côté de l'essentiel !

 

Qu'est cet essentiel ? La (re)création d'un capital industriel !

 

livre changer d'economie ! Au delà de l'idéologie et des propositions qu'elles sous-tendent, le document notamment sur le plan économique manque de consistance en matièrede politique économique industrielle et agricole, de socialisation de l'investissement, de reconquête de notre marché intérieur, de retour à la souveraineté nationale et monétaire.

 

Tous les contributeurs fussent-ils de grand talent, ne voient pas l'urgente nécessité de la (re)création d'un capital industriel national ! Notre pays est en désindustrialisation(donc en déclin !) depuis le milieu des années 70 - Années Giscard  ! Il eût une tentative de 1981 à 1982 avec le Ministre socialistePierre Dreyfus, grand industriel et ancien patron de la régie Renault qui proposait, dès l'arrivée de la gauche au pouvoir, une relance industrielle sélective et sectorielle (meubles, machines outils, sidérurgie, chimie, arsenaux, textile, etc...) qui accompagnait la relance par la consommation populai et le déficit budgétaire (politique typiquement keynésienne). Puis il eût la tentative de ré-industrialisation globale, planifiée appuyée sur un effort sans précédent dans la recherche et la modernisation de l'outil industriel avec Jean-Pierre Chevènement de 1982 à 1983. Rappelez-vous, la gauche nationalisera  Bull et  ira récupéré les branches d' ITT pour relancer l'industrie électronique et informatique. Une filière informatique sera créée au sein du groupe Thomson CSF avec les fameux ordinateurs T07 et T09 qui inonderont l’Éducation nationale et l'administration après 1983. L'effort sera aussi au renforcement de la fabrication de téléphonie et la mise en place du bijou français que fût le minitel. Le groupe nationalisé Bull Complétéla filière informatique française avant quelle ne soit proprement abandonnée et liquidée en vendant Bull à Nec !

 

L'orientation volontariste en matière industrielle de Chevènement se brisera sur le choix européen et européiste du maintien du Franc dans le SME en mars 1983 entraînantla démission de Jean-Pierre Chevènement et l'instauration d'une politique d'austérité durant de longs mois  réduisant fortement les capacités industrielles du pays Tout à tour les Charbonnages, la sidérurgie et l'industrie automobile seront frappés. Ouverte depuis 1983,  la parenthèse libérale et d'intégration européenne ne sera plus jamais refermée ni par la Gauche ni par la Droite et les programmes des partis politiques de droite et de gauche y compris celui du Front de Gauche "l'Humain d'abord" que propose le candidat Jean-Luc Mélenchon ne propose en rien de refermer cette parenthèse libérale et européiste. Au contraire, malgré que Jean-Luc Mélenchon ait reconnu s'être trompé au sujet du Traité de Maastricht, le leader du FDG, propose encore plus d'intégration à la fois supranationale et fédéraliste et n'annonce absolument pas une rupture avec l'Union Européenne et avec l'euro ! Un comble pour un républicain se disant jacobin !

 

 

L'urgence à (re)constituer un capital industriel !

 

  Nous revenons  à "nos" "économistes atterrés"(2)et à leurs propositions.  Tellement ces économistes sont "atterrés" qu'ils oublient de proposer des solutions pour  la France, pour remettre au goût du jour un patriotisme économique et un protectionnisme de nos marchés et en premier lieu celui de notre marché intérieur.

 

Sur la (re)constitution d'un capital industriel, ils [les"Economistes atterrés"] passent tous  à côté de cette urgence pour l'avenir de notre pays. Des  propositions telles qu'une politique volontariste de capital public et de capital privé investis dans l'économie industrielle ou un appel à l'épargne et le développement d'une forte productivité -  dans le cadre d'une double mobilisation optimale : celle des agents économiques d'une part, celles des facteurs de production d'autre part - ne sont même pas évoquées ! La planification sans la socialisation de l'investissement et la protection de nos marchés ne sera que ce que l'on a connu depuis le relâchement politique et financier intervenu dès le 6ème plan, une inefficacité et un abandon ! Un rappel : ce sixième plan,  faisant de cet outil [le plan] politique et  stratégique, un simple contenu de modestes engagements programmés et bien souvent non financés, non menés à terme, si ce n'est oubliés ! Cette socialisation de l'investissement peut se faire par une banque nationale d'investissement (BNI) d'une part,  par un fonds d'investissement mutualisé d'entreprise abondé par les réserves des entreprises et par un fonds salarial d'entreprise abondé par une part du salaireou des primes d'autre part. Ces deux fonds d'investissements seraient placés auprès de la BNI.              

        

         

 

Cette BNI est a créée et n'a rien à voir avec un pôle public bancaire et financier. Cette banque publique nationale d'investissement aura pour but à la fois de (re)constituer le capital industriel et de le financer (fonds d'investissement, appel à l'épargne, emprunt d'état, crédits bancaires) dans les cadre des contrats de plan État-entreprises ou Entreprise-Banque Nationale d'Investissement.

 

 

Il est plus que nécessaire également de procéder à un audit général de l'économie productive française. Une agence publique d'évaluation et de notation doit-être créée, placée directement sous le contrôle de la Cour des Comptes. Également, il est plus qu'urgent de renforcer les pouvoirs de contrôle et d'investigation de l'AMF placée, à son tour, directement sous l'autorité et le contrôle de la Cour des Comptes.

 

Les solutions de séparation des banques de dépôts et d'affaires sont du domaine du bon sens et la nationalisation du crédit, des assurances doit toucher l'ensemble du secteur et des organismes  et pas seulement modeste avec un pôle bancaire et financier public afin que l'outil bancaire et de crédit soit mobilisé au profit du développement de l'économie et de son financement  dans le cadre de la politique de l'intérêt général. Les  nationalisations bancaires se feront par le rachat sur la base des Actifs Nets réévalués. Leurs financements se fera par l'emprunt auprès des Français, par la recapitalisation et par la mobilisation de monnaie créée une fois que notre pays aura retrouver sa souveraineté nationale et monétaire.

 

Nous ne sommes pas des chauds partisans de la taxation à tout va des capitaux, des revenus du capital. Au contraire, nous pensons qu'il faut orienter, les capitaux et les revenus du capital, vers l'économie productive pour d'abord (re)constituer  l'industrie et l'agriculture, puis les (re)lancer. Le capital technique, financier, humain doit être  faiblement taxé ou imposé pour une période provisoire voire exonéré si ces capitaux servent à la relocalisation, ré-industrialisation locale ou de filière ou à la constitution d'entités industrielles nouvelles. Nous sommes pour un approfondissement du crédit recherche et nous souhaitons  que les revenus des nouveaux fonds salariaux qui seront constitués soit  non imposables jusqu'à un certain montant et sur une certaine durée à définir selon les nécessité des politiques fiscales et industrielles choisies.

 

 

  L'effort de recherche doit être porté à 5 % du PIB en l'an 2030. Egalement, d'ici 2030 la part industrielle, hors Btp, devra passer des 12,5 % actuels du PIB à 25 % et l'agriculture de 3,5% à 7%. L'urgence politique est là ! (Re)constituer notre capital et patrimoine économique et industriel. Nous devons (re)devenir un pays d'industries lourdes, d'industries sectorielles et de hautes technologies et aussi engager un soutien et une protection à nos marchés et à nos exportations.

 

 

   Nous devons faire ou refaire de notre pays,  un Etat-Nation indépendant et souverain, redevant une grande puissance économique à travers les mers, les terres et les continents. 

 

Nous dirons aux "économistes atterrés", qu'avant de taxer les riches, les banques, les spéculateurs ou de redistribuer les richesses, ou d'augmenter de manière consistante les salaires et bien il faut produire et pour produire il faut (ré) investir massivement dans l'industrie et l'agriculture. Créer un capital risque public financé et assuré ; reconstituer un capital industriel public et privé et aussi engagé la reconquête de notre marché intérieur par des protections raisonnées et adaptées.

 

Une toute dernière chose, nombreuses propositions des "Économistes atterrés" se situent toujours dans le cadre de l'Union Européenne et dans le cadre de l'euro donc dans le cadre de l'économie concurrentielle et du libre échange européen et mondial.

 

Leur ouvrage manque cruellement d'une critique sérieuse de l'UE et de l'euro, ne permettant aucune perspective de démontage de l'euro - ce petit dictateur - ni aucune rupture avec le processus fédéraliste européen et d'unicité tant économique, que monétaire ou encore budgétaire.

 

Non, décidément les solutions des "Économistes atterrés" ne sont pas le sursaut républicain et souverain, de Salut public, escompté que devrait nécessiter l'urgence de la situation !

 

  Pour toute politique réellement alternative et bien, la sortie de la France de l'Union Européenne et de l'euro n'en est que plus criante et plus nécessaire. Un retour de la monnaie dans le giron national et une réappropriation publique et nationale de la Banque de France seraient les premiers pas de la Révolution à accomplir que  sont  la reconquête de la pleine souveraineté pour notre pays et la reconstitution de son économie productive !

  

 

Salut et Fraternité.

 

Sonia Bastille et Darthé-Payan

 

 

_____________________________________________________

 

(1)

http://www.humanite.fr/social-eco/les-economistes-atterres-livre-ouvert-487392

 

(2)

http://www.humanite.fr/social-eco/economistes-atterres-un-collectif-cree-il-y-un-487391

http://atterres.org/

http://www.furet.com/changer-d-economie--1715713.html

Partager cet article

Repost 0
Darthé-Payan Le Jacobin - dans Actualités
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog politique de Darthé-Payan le Jacobin
  • Le blog politique de Darthé-Payan le Jacobin
  • : Pour un sursaut Républicain de Salut Public.
  • Contact

Recherche