Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 20:22

 Après l'Assemblée Nationale, mardi, le Sénat vient d'autoriser, aujourd'hui, le Président de la République à ratifier le TCSF. Une très large majorité de Sénateurs (306 pour contre 32) s'est donc prononcée dans le sens de l'acceptation du dit Traité.

 

Notre pays vient donc de se retirer une nouvelle part de souveraineté.

 

 Après la perte de sa souveraineté nationale et monétaire (Traité de Rome (1957), Traité de Maastricht - UE et euro, Traité d'Amsterdam, indépendance de la BCE et des SEBC) ; puis la perte de sa souveraineté économique (marché unique, Traité de Nice, gouvernement économique de la Zone euro) ; puis la perte de sa souveraineté financière (FESF-MES) et de sa souveraineté d'emprunteur (Programme "Draghi"), le parlement Français opte pour la perte de notre souveraineté budgétaire.

 

La France, s'enfonce un peu plus dans la servilité et les nouvelles prisons que sont l'UE et l'euro. Le processus totalitaire que sont l'UE et l'euro et son sauvetage avancent par l'unicité et l'intégration forcées. Désormais, notre pays sera régi par les normes, les directives, les arrêtés et les pouvoirs communautaires européens. Les Traités simplifiés, en leurs versions modifiées (TUE, TFUE), s'appliquent donc dans toutes leur rigueur, leur systématique.

 

En quelques mots, nous pouvons décrire le nouvel état institutionnel et politique de notre pays...

 

Nous pouvons dire que la France n'est plus un État-Nation libre et souverain et, que notre pays est en passe, aujourd'hui de ne plus avoir d’Économie productive (industrielle) et demain d'état providence !

 

 Plus que jamais, un sursaut républicain de Salut public est nécessaire autour de la reconquête pour notre pays de sa pleine et entière souveraineté - ce qui implique que la France se retire de l'UE et de l'euro - et entreprenne la reconstitution de son économie productive.

 

Vive la République ! Vive la France libre et souveraine.

 

 

 

Communiqué Jacobin             

 

Sonia Bastille, Flora Del Campos, Fabien Darthé-Payan, Gilles Fabre, Jacques Fromentin, Olivier Lecoeur, Martin S. Lévy, Céline Thiébault.

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

B
<br /> LE JOUR OÙ FRANÇOIS BAROIN A ENVISAGÉ LA SORTIE DE LA FRANCE DE LA ZONE EURO.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> En novembre 2011, la crise de la zone euro est à son paroxysme. <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> "L’Union européenne est dans le cyclone", écrit dans son livre Journal de crise, François Baroin, qui raconte comment il a organisé une réunion de travail pour envisager les pires scénarios. Une<br /> réunion qu’il a baptisé "Black Swan" :<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> "C’est le nom que j’ai choisi de donner à une réunion dont il n’y a aucune trace.(…) Il s’agissait d’imaginer l’hypothèse la plus sombre de notre histoire économique moderne. A savoir un<br /> éclatement de la zone euro." Pour cette réunion secrète, François Baroin convie trois personnes "de confiance" dans son bureau "au sixième étage à Bercy". Une réunion "sans document".<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Chacun sait que l’objet seul de la réunion, s’il était connu, pourrait avoir des conséquences désastreuses.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Et l’ancien protégé de Jacques Chirac d’expliquer sa démarche :<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> "Ce rendez-vous non-officiel ne porte pourtant que sur des hypothèses de travail. Ce serait de l’inconscience de ne pas les envisager. Et de la folie d’en parler."<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Imaginant "le pire", à savoir "la sortie de la Grèce de l’euro, un effet de contamination, une théorie des dominos qui entraînerait de facto la sortie de la France", François Baroin et ses<br /> équipes se préparent alors à deux hypothèses :<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Le coût de la sortie de la Grèce de la zone euro pour la France.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Et deux types de pertes : celles du secteur banques-assurances, et celles de l’éclatement de la zone tout entière.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> http://lelab.europe1.fr/t/le-jour-ou-francois-baroin-a-envisage-la-sortie-de-la-france-de-la-zone-euro-5653<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Dettes publiques en zone euro : chiffres du deuxième trimestre 2012 :<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> 1- Médaille d'or : dette publique de la Grèce : 300,807 milliards d'euros, soit 150,3 % du PIB.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> 2- Médaille d'argent : dette publique de l'Italie : 1982,239 milliards d'euros, soit 126,1 % du PIB.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> 3- Médaille de bronze : dette publique du Portugal : 198,136 milliards d'euros, soit 117,5 % du PIB.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> 4- Dette publique de l'Irlande : 179,718 milliards d'euros, soit 111,5 % du PIB.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> 5- Dette publique de la Belgique : 382,922 milliards d'euros, soit 102,5 % du PIB.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> 6- Dette publique de la France : 1832,599 milliards d'euros, soit 91 % du PIB.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> 7- Dette publique de Chypre : 14,939 milliards d'euros, soit 83,3 % du PIB.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> 8- Dette publique de l'Allemagne : 2169,354 milliards d'euros, soit 82,8 % du PIB.<br />
Répondre
B
<br /> En zone euro, la dette publique de plusieurs Etats atteint des sommes inimaginables.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> En zone euro, la dette publique de plusieurs Etats est devenue hors de contrôle.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Plus personne ne contrôle quoi que ce soit.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> 1- Médaille d'or : dette publique de la Grèce : 300,807 milliards d'euros, soit 150,3 % du PIB.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> 2- Médaille d'argent : dette publique de l'Italie : 1982,239 milliards d'euros, soit 126,1 % du PIB.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> 3- Médaille de bronze : dette publique du Portugal : 198,136 milliards d'euros, soit 117,5 % du PIB.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> 4- Dette publique de l'Irlande : 179,718 milliards d'euros, soit 111,5 % du PIB.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> 5- Dette publique de la Belgique : 382,922 milliards d'euros, soit 102,5 % du PIB.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> 6- Dette publique de la France : 1832,599 milliards d'euros, soit 91 % du PIB.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> 7- Dette publique de Chypre : 14,939 milliards d'euros, soit 83,3 % du PIB.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> 8- Dette publique de l'Allemagne : 2169,354 milliards d'euros, soit 82,8 % du PIB.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> http://epp.eurostat.ec.europa.eu/cache/ITY_PUBLIC/2-24102012-AP/FR/2-24102012-AP-FR.PDF<br />
Répondre
M
<br /> mes excuses : trop proclamatoire<br />
Répondre
M
<br /> Loin d'être faux mais rop proclamatoire. Vous ne suggérez aucune persperctive.<br /> <br /> <br /> Républicainement vôtre.<br />
Répondre
B
<br /> Vendredi 19 octobre 2012 :<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Sortie nette de capitaux en août dans la zone euro.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> La zone euro a connu une sortie nette de capitaux de 3,4 milliards d'euros en août, après une entrée nette de 18,2 milliards en juillet, suivant les chiffres publiés vendredi par<br /> la Banque centrale européenne.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/reuters-00471729-sortie-nette-de-capitaux-en-aout-dans-la-zone-euro-502195.php<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> C'est logique.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> C'est normal.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Quand le navire coule, les rats quittent le navire.<br />
Répondre