Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 décembre 2010 5 24 /12 /décembre /2010 16:37

Par Darthé-Payan

 

Alors que l'année 2010 se termine vaille que vaille et que dans quelques heures vont commencer les agapes festives, j'aurais pu rédiger et publier une nouvelle note sur un sujet brûlant d'actualité - il n'en manque pas - mais j'ai préféré vous faire partager cet extrait d'un des discours de Jean-Jaurès qui traite de l'émancipation sociale des travailleurs et qui se trouve être d'une incroyable actualité.

 

Chaque citoyen lecteur, pourra constater que Jean-Jaurès - celui qui est avec Robespierre  l'une de mes principales sources d'inspiration - démontre que la république et le socialisme forment un tout qui permet aux citoyens et à la nation d'être souverain partout permettant  l'émancipation sociale des travailleurs.

 

 

 

 

 

Les Gauches d'aujourd'hui, quelle qu'elles soient,  sont fort éloignées de cette pensée républicaine socialiste chère à Jaurès. La dérive actuelle des gauches vers un fourtout verbeux gauchiste, libertarien, écologiste et européiste font que ces gauches sont dans l'incapacité d'être motrices pour l'émancipation des travailleurs comme des citoyens. 

 

Je vous souhaite une bonne lecture du texte publié ci-après et espère que cela suscitera chez vous, chers citoyens lecteurs, réflexions, débats et échanges. La République guide nos pas...

 

Salut et Fraternité.

 

D-P.

 

 

 

____________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

 Assemblée nationale

 

  Jean-JAURES

 

 

 

 L’émancipation sociale des travailleurs

 

 

 

 Discours à la Chambre des députés : 21 novembre 1893




Oui, par le suffrage universel, par la souveraineté nationale qui trouve son expression définitive et logique dans la République, vous avez fait de tous les citoyens, y compris les salariés, une assemblée de rois. C’est d’eux, c’est de leur volonté souveraine qu’émanent les lois et le gouvernement ; ils révoquent, ils changent leurs mandataires, les législateurs et les ministres, mais, au moment même où le salarié est souverain dans l’ordre politique, il est dans l’ordre économique réduit à une sorte de servage.

Oui ! au moment où il peut chasser les ministres du pouvoir, il est, lui, sans garantie aucune et sans lendemain, chassé de l’atelier. Son travail n’est plus qu’une marchandise que les détenteurs du capital acceptent ou refusent à leur gré […].

Il est la proie de tous les hasards, de toutes les servitudes et, à tout moment, s’il veut exercer son droit légal de coalition pour défendre son salaire, il peut se voir refuser tout travail, tout salaire, toute existence par la coalition des grandes compagnies minières. Et tandis que les travailleurs n’ont plus à payer, dans l’ordre politique, une liste civile de quelques millions aux souverains que vous avez détrônés, ils sont obligés de prélever sur leur travail une liste civile de plusieurs milliards pour rémunérer les oligarchies qui sont les souveraines du travail national.

Et c’est parce que le socialisme apparaît comme seul capable de résoudre cette contradiction fondamentale de la société présente, c’est parce que le socialisme proclame que la République politique doit aboutir à la République sociale, c’est parce qu’il veut que la République soit affirmée dans l’atelier comme elle est affirmée ici, c’est parce qu’il veut que la Nation soit souveraine dans l’ordre économique pour briser les privilèges du capitalisme oisif, comme elle est souveraine dans l’ordre politique, c’est pour cela que le socialisme sort du mouvement républicain. C’est la République qui est le grand meneur : traduisez-la donc devant vos gendarmes !

Et puis, vous avez fait des lois d’instruction. Dès lors, comment voulez-vous qu’à l’émancipation politique ne vienne pas s’ajouter, pour les travailleurs, l’émancipation sociale quand vous avez décrété et préparé vous-mêmes leur émancipation intellectuelle. Car vous n’avez pas voulu seulement que l’instruction fût universelle et obligatoire… vous avez voulu aussi qu’elle fût laïque, et vous avez bien fait.

Vous n’avez pas, comme vous en accusent souvent des adversaires passionnés, ruiné les croyances chrétiennes, et ce n’était pas votre objet. Vous vous proposiez simplement d’instituer dans vos écoles une éducation rationnelle. Ce n’est vous qui avez ruiné les croyances d’autrefois ; elles ont été minées bien avant vous, bien avant nous, par les développements de la critique, par la conception positive et naturaliste du monde, par la connaissance et la pratique d’autres civilisations, d’autres religions, dans l’horizon humain élargi… Ce n’est pas vous qui avez rompu les liens vivants du christianisme et de la conscience moderne : ils étaient rompus avant vous. Mais ce que vous avez fait, en décrétant l’instruction purement rationnelle, ce que vous avez proclamé, c’est que la seule raison suffisait à tous les hommes pour la conduite de la vie.

[…]

Par là même, vous avez mis en harmonie l’éducation populaire avec les résultats de la pensée moderne ; vous avez définitivement arraché le peuple à la tutelle de l’Église et du dogme ; vous avez rompu, non pas ces liens vivants dont je parlais tout à l’heure, mais les liens de passivité, d’habitude, de tradition et de routine qui subsistaient encore.

Mais qu’avez-vous fait par là ? Ah ! je le sais bien, ce n’était qu’une habitude et non pas une croyance qui survivait encore en un grand nombre d’esprits ; mais cette habitude était, pour quelques-uns tout au moins, un calmant et un consolant. Eh bien ! vous, vous avez rompu la vieille chanson qui berçait la misère humaine… et la misère humaine s’est réveillée avec des cris, elle s’est dressée devant vous et elle réclame aujourd’hui sa place, sa large place au soleil du monde naturel, le seul que vous n’ayez point pâli.

De même que la Terre perd, par le rayonnement nocturne, une partie de la chaleur que le jour y a accumulée, une part de l’énergie populaire se dissipait par le rayonnement religieux dans le vide sans fond de l’espace.

Or, vous avez arrêté ce rayonnement religieux, et vous avez ainsi concentré, dans les revendications immédiates, dans les revendications sociales, tout le feu de la pensée, toute l’ardeur du désir ; c’est vous qui avez élevé la température révolutionnaire du prolétariat, et, si vous vous épouvantez aujourd’hui, c’est devant votre œuvre !

[…]

Vous trouverez bien assez le moyen, sans changer les lois, de supprimer en fait la liberté des syndicats ouvriers et de faire une loi de servitude de ce qui a été une loi d’émancipation.

Et je suis en droit de conclure que le socialisme est à ce point un mouvement profond et nécessaire, qu’il sort si évidemment, si puissamment de toutes les institutions républicaines, laïques, démocratiques, que, pour combattre le socialisme, vous allez être condamnés dans tous les ordres, dans l’ordre politique, dans l’ordre fiscal et dans l’ordre syndical, à une œuvre de réaction.

Et bien ! faites-la, essayez-la ! et pendant que vous userez ce qui peut vous rester de force et de prestige à lutter contre le peuple en marche, dans les intervalles que nous laisseront vos persécutions impuissantes, nous apporterons les projets de réforme que vous n’avez pas apportés ; et, puisque vous désertez la politique républicaine, c’est nous, socialistes, qui la ferons ici.

 

© Assemblée nationale



Partager cet article

Repost 0

commentaires

tueursnet 28/12/2010 01:27


A vos blogs citoyens !

Réunissons-nous en cliquant sur une petite souris, seule capable de venir à bout
d’une politique qui ne tient plus debout.
Et exprimons-nous de concert, sur les sujets les plus divers à travers nos créations imaginaires…
pour que le passé soit dépassé et l’avenir ré-ouvert.

http://www.tueursnet.com/index.php?journal=Bigblog


Darthé-Payan 29/12/2010 20:21


Convergences républicaines de salut public pour venir à bout de la politique de Sarkozy mais aussi de la politique de la Commission Barroso. Enfin convergences pour un sursaut républicain de Salut
public. Salut et Fraternité.


Barde Franck 25/12/2010 16:02


Merci pour ce très bon article qui permettra je l'espère aux militants de la gauche, si viennent le lire sur votre blog, de reprendre le chemin de la lecture de Jaurès, de ses écrits, de ses
discours. Cela ne pourra que leur être salutaire et leur évitera de se perdre tant politiquement qu'idéologiquement.

Bien à vous et Bonne fin d'année.


Darthé-Payan 29/12/2010 20:10


@ Barde Franck Merci pour votre venue et votre commmentaire. J'ai créé mon blog pour qu'il soit aussi un vecteur du réarmement idéologique et politique de la gauche en prenant source dans l'idéal
du mouvement jacobin et de la synthèse républicaine socialiste du Grand Jaurès. Salut et Fraternité. Bonne fin d'année à vous aussi.


jean-jacques 24/12/2010 21:12


Salut et Fraternité !
Magnifique sermon républicain! qu'il puisse nous éclairer en 2011, Jean Jaurès reste la référence absolue !
Courage cher DP,
Amicalement
JJ


Darthé-Payan 29/12/2010 20:07


@ Jean-Jacques Salut et Fraternité Oui c'est un magnifique discours républicain socialiste qui date de 1893. Jean-Jaurès n'est encore qu'un républicain de gauche mais on sent toute l'intensité dans
le discours, la force des idées et aussi la confiance en la république et à ses valeurs émancipatrices pour le travailleur. Avant d'être socialiste, il faut être pleinement républicain. Le
socialisme c'est la république jusqu'au bout. Une source d'inspiration et d'éclairage en 2011 à coup sùr. Bonne fin d'année à toi. Fraternelles salutations. Fabien D-P.


Présentation

  • : Le blog politique de Darthé-Payan le Jacobin
  • Le blog politique de Darthé-Payan le Jacobin
  • : Pour un sursaut Républicain de Salut Public.
  • Contact

Recherche