Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juin 2011 6 11 /06 /juin /2011 13:08

 

Par Darthé-Payan

 

La Fermeture envisagée de sites PSA d'Aulnay-Sous-Bois et de Sevelnord va se solder par la perte de 6200 emplois et la disparition claire de l'industrie automobile française.

 

C'est un "assassinat" industriel et social !

 

 

  Il serait temps de poser la question de la Nationalisation du Groupe PSA et de la Renationalisation du Groupe Renault ! Non ?

 

L'industrie automobile fait partie du patrimoine économique et industriel national !

  

Il doit être mis un terme aux agissements de certains intérêts privés et capitalistes qui outre la saignée qu'ils effectuent sur l'emploi industriel, dilapident les fleurons économiques nationaux.

 

Après la montée au créneau du Premier Ministre François Fillon, la direction de PSA essaie de désamorcer la "bombe" politique, économique et sociale que seraitla fermeture de deux sîtes de production du groupe et les grosses "charrettes" de licenciements qui ne manqueraient pas d'accompagner la liquidation des deux entités productives. SI le groupe PSA, par la voix de Philippe Varin a cherché à rassurer à la fois politiques locaux, Gouvernement et salariés, en disant que les fermetures des sîtes ne sont pas d'actualités(sic) , il n'en reste pas moins et même si Eric Besson - le Ministre de l'Industrie - se dit rassuré, il n'empêche que  les projets de fermeture, donc de licenciements, d'externalisation et de délocalisation des unités de production,  concernant les deux sîtes,  sont bien à l'étude à la direction du groupe PSA et ne manqueront pas de réapparaître dans les années à venir notamment après les présidentielles et législatives de l'an prochain !

 

Je voudrais rappeler ici "l'affaire" de la fermeture des usines Renault Vilvoorde annonçéé en 1996 par la direction de l'entreprise puis reportée. Cette fermeture aura bien  lieu en 1997 et ceci malgré les attermoiements passagers des dirigeants de Renault de l'époque et les promesses électorales de Lionel Jospin et de la Gauche plurielle (PS-PCF-MDC-MRG-VERTS) lors de la campagne des élections législatives anticipées qui verra la victoire électorale de la Gauche plurielle et l'arrivée de Lionel Jospin comme Premier Ministre. Une fois arrivée en "son palais" pardon "son hôtel" - l'Hôtel Matignon - et bien, le nouveau locataire - cohabitant chaque mercredi matin avec le locataire du Palais de L'Elysée, Jacques Chirac - annoncera la fin de Renault Vivoorde et aussi l'acceptation du Traité d'Amsterdam. Ce traité qui annoncera ceux de Nice, du TCE et celui de Lisbonne ! Puis quelque mois plus tard, dans une émission de Télévision qui annonçait d'importantes suppressions d'emplois dans le groupe Michelin, on apprendra  par la voie de Lionel Jospin, que l'Etat ne pouvait plus tout faire ! Bref, la gauche capitulait !

 

Sachant que le pouvoir politique n'a plus de réels pouvoirs face aux puissances économiques et aux praticiens de la finance et que la France, Etat-Nation,  abandonne, chaque jour un peu plus,  sa souveraineté nationale au profit (et à la grande satisfaction) de l'Union Européenne et du libre échange et bien on ne peut qu'être inquiet pour l'avenir des deux sîtes de PSA comme de l'Industrie nationale en générale et l'industrie automobile en particulier.

 

 

 Si on se donne la peine de lire les quelques lignes consacrées aux questions économiques industrielles dans les rares programmes politiques des partis de gauche comme de droite d'ailleurs, on se rend vite compte que la politique économique industielle n'est point abordée ou alors abordée pour ce qui est de la Gauche en général et pour ce qui est de la Gauche "radicale" en particulier que sous l'angle et la vision déformés et obscurantistes de l'idéologie écologiste de la pensée dominante a-production !  Il serait temps donc de définir un véritable projet industriel productif de souveraineté nationale et de développement économique et social créateur d'emplois, de richesses et de conquête et de reconquête de marchés et en tout premier de  notre marché national, de notre marché intérieur ! Le retour à une politique économique et industrielle volontariste doit venir au centre des projets politiques et des politiques gouvernementales. L'avenir de notre pays, de son économie, de son industrie, de ses emplois et de leur protection ainsi qu'une politique collective de solidarité et de revenus ne seront possibles qu'à ce prix, qu'à cet effort politique et citoyen. L'ardente obligation du plan doit redevenir le paradigme d'une nouvelle politique économique industrielle volontariste, productive et protectionniste !

 

Il serait temps aussi de mettre en perspectives la reconquête de la pleine souveraineté pour notre pays sur sa monnaie, son économie, ses banques, son budget, sa législation et ses institutions. Cette reconquête annonciatrice de nouvelle puissance indépendante, souveraine et aussi conquérante d'espaces de liberté et de rayonnement passe par la sortie de la France de l'Union Européenne (sortie de tous les traités après les avoir dénoncés y compris le Traité de Rome qui fut en 1957 le congrès fondateur du Marché Commun), de la BCE, de l'Euro, du GMT d'une part et la sortie de la France de l'OTAN, de l'OMC et du FMI d'autre part.

 

En tant que Républicain, Socialiste, Jacobin et Citoyen Souverain, je demande au gouvernement, aux partis de Gauche comme de droite, de procéder par la loi, au plein retour à la nation républicaine, des groupes PSA et Renault ! L'Etat-Nation doit retirer tous pouvoirs aux actionnaires, aux accapareurs, aux spéculateurs, aux fonds anonymes, aux managers qui n'ont que les yeux fixés sur les coûts et ne pensent que par baisse des coûts et ajustements comptables et financiers. Ces adeptes ne voient que dans l'emploi, le salarié et la masse salariale que des  variantes d'ajustement, de licenciement, d'externalisation, de délocalisation. Il faut que cela cesse !

 

Le politique comme le citoyen doit se réapproprier l'économie et les marchés. Véto politique, parlementaire et citoyen sur toute délocalisation, fermeture et suppression d'emploi dans les usines des groupes automobiles français. Les pouvoirs publics doivent aussi réclamer le remboursement des prêts alloués notamment durant la crise de 2008-2009 et aussi si nécessaire, si l'intérêt général le justifie, exproprier sans indemnisation les détenteurs des capitaux des groupes automobiles français. 

 

 

 Un retour à l'idéal républicain, d'indépendance, de souveraineté, de puissance productive, d'émancipation  et de justice sociale du programme du  CNR est de plus en plus nécessaire pour engager un sursaut républicain de Salut public !

 

 

 

Dans l'industrie automobile, là aussi, un sursaut républicain de Salut public doit se faire jour !

 

A nous citoyens d'exiger la nationalisation !

 

 

 En France, la République, la collectivité nationale, l'intérêt général doivent avoir le dernier mot !

 

Salut et Fraternité.

 

D-P.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Cédric, ouvrier 14/06/2011 12:39


Bonjour,

Je viens pour la première fois sur votre blog. Sans en partager tout, je ne peux que vous remercier pour avoir traité la fermeture probable des deux sites de PSA. Je suis ancien ouvrier , licencié
à 51 ans ! je suis toujours deux ans après au chômage !

Je partage votre point de vue d'une nationalisation et du socialisation des groupes automobiles. Vous êtes un des rares à en parler et à le proposer. Tout les autres plus ou moins condamnent la
fermeture envisagée mais ne proposent rien ni pour l'empêcher ni pour empêcher les prochaines !

Merci donc à vous.

Bien à vous.


Darthé-Payan le Jacobin 12/06/2011 18:16


@ Brochier

"Ou plutôt la mise sous tutelle."

La mise sous tutelle est une autre solution intermédiaire mais à caractère non durable. Une mise sous tutelle a un caractère conservatoire, de protection. Ce n'est pas une nationalisation en tant
que telle. C'est une décision juridique. Le capital de l'entreprise ne change pas et reste privée et capitalistique. Je me situe plutôt dans le cadre de la souveraineté du politique, de la nation,
du citoyen sur l'économie, les marchés et dans la rupture avec le système capitaliste et la propriété privée marchande.


"La puissance publique prend le commandement temporaire des des boites sans bourse délier.
Motif: comportement contraire aux intérêts de la nation."

L'Etat-Nation peut prendre de manière temporaire ou durable le contrôle d'une entreprise. Si l'on procéde à une nationalisation temporaire avec par exemple une appropriation du capital par la
puissance publique puis on redresse une entreprise, ou encore on stoppe toute délocalisation ou encore toute restructuration. Après que la société se soit redressée ou stabilisée ou encore est fait
le choix voulu par l'actionnaire public et bien on privatise ! C'est un peu le système que l'on a fait dans les années 80 notamment dans la sidérurgie, Thomson, etc... au final le capitalisme et
les nouveaux actionnaires sont les seuls gagnants. Le contribuable a renfloué les entreprises et des actionnaires toucheront les dividendes !

La nationalisation peut réorienter l'entreprise concernée vers l'intérêt général et une gestion faite en consèquences. Le passé nous montre que les groupes nationalisés en 1982 ont été géré comme
un boite privée ! Il faut donc que le politique, l'Etat, la représentation nationale définisse une politique économique d'intérêt général avec l'aide des outils que sont le budget, l'impôt, la
planification, l'extension du secteur public, les services publics. Il faut une gestion républicaine de l'entreprise publique. Une socialisation qui complète la nationalisation. Un maximum de
contrôles. Un ajustement si nécessaire.

Si des entreprises ont des comportements contraires aux intérêts de la nation, de l'intérêt général, et bien elles doivent nationalisées avec expropriation sans indemnisation des actionnaires !

Merci à vous de votre venue et au plaisir de vous lire.

Bonne fin de journée.

Salut et Fraternité.

D-P.


BROCHIER 12/06/2011 15:03


Ou plutôt la mise sous tutelle.
La puissance publique prend le commandement temporaire des des boites sans bourse délier.
Motif: comportement contraire aux intérêts de la nation.


Présentation

  • : Le blog politique de Darthé-Payan le Jacobin
  • Le blog politique de Darthé-Payan le Jacobin
  • : Pour un sursaut Républicain de Salut Public.
  • Contact

Recherche