Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juin 2010 3 23 /06 /juin /2010 17:49

 

 

Par Darthé-Payan

 

 

J'ai décidé d'aborder dans cette note un sujet qui va déranger, qui ne va pas plaire à  tout le monde et aussi qui va mettre en relief les échecs et les insuffisances du PG et de sa stratégie du Front de gauche.

 

Petit rappel et dur constat :

 

Jean-Luc Mélenhon et d'autres - dont je fais partie - ont lancé en novembre 2008 un nouveau parti intitulé Parti de Gauche. Je précise que j'aurais préféré que la nouvelle formation politique s'appelle Parti républicain socialiste et je n'étais pas le seul à soutenir cette idée. La préférence a été à l'appellation de Parti de gauche. C'était déjà une appellation vague, générique, ambiguë. La suite démontrera amplement pourquoi ce choix par trop généraliste et aussi opportuniste.

 

Qu'a apporté depuis maintenant dix-huit mois le PG ? A vrai dire à l'origine beaucoup d'espoir et de remobilisation. Or depuis, il est manifeste que l'espoir et la mobilisation sont l'un et l'autre retombés.

 

Le PG n'a pas su mobiliser, attirer, faire adhérer, éduquer un nombre suffisant de citoyens et notamment des ouvriers, des employés, des paysans, des petits artisans et commerçants, des syndicalistes, des associatifs, bref des citoyens qui se transcendent et se mobilisent.

 

Le PG n'a toujours pas défini un corpus idéologique et n'a pas plus rédigé un projet cohérent, chiffré et appréhendé par le plus grand nombre. Le PG qui au départ devait concilier l'ardente refondation républicaine de la France et de la société, le dépassement du capitalisme, la planification écologique, la juste redistribution des richesses et une nouvelle forme d'internationalisme.

 

Que constatons-nous dix-huit mois après ?

 

Le PG a carrément abandonné son projet de refondation républicaine et laïque au profit d'un tout écolo sociétal fort prisé par les classes moyennes et la petite bourgeoisie. Ses tergiversations sur la loi d'interdiction du voile intégral, sur la réforme des collectivités locales, sur la question européenne, sur la question du retour à la souveraineté montrent que cette orientation républicaine et socialiste est de plus en plus battue en brèche et oubliée voir reniée.

 

Le PG n'a toujours pas mis en perspective le dépassement du capitalisme (il ne faut même pas parler de rupture avec le système capitaliste) alors que la crise du système financier transnational, alors que la crise Grecque et Européenne aurait dû l'y encourager et faciliter ce travail de réflexion et de construction, nous avons que des slogans, ou des propos verbeux ou des péri phrases manichéennes stériles : "Il faut faire payer les banque !". "Ce n'est pas au peuple à payer la crise mais au banque " et ainsi de suite. Le PG utilise le pur langage gauchiste de facilité et de complaisance. Rien de nouveau, de construit, de mise en perspective n'est annoncé ou formulé. Le PG ne vivant qu'autour des déclarations, des petites phrases de son leader Jean-Luc Mélenchon.

 

Le PG a mis le paquet sur l'écologie qui apparaît comme une nouvelle pensée unique, un nouveau parler et paraître commun au monde politique, médiatique, show bizz et économique. Cette orientation écolo-libertarienne - comme je l'appelle régulièrement - efface et empêche une conception répulblicaine et socialiste du projet et de l'argumentation du PG. L'entrée des Ecolos de gauche en provenance des Verts et les liens de plus en plus marqués avec les Alternatifs font que le PG dérive fortement vers la droite et l'idéologie bien pensante écolo.

 

Le PG se situe encore et toujours dans l'Union Européenne, la BCE et le GMT. Malgré de vives critiques de ces derniers notamment par son principal porte parole, le camarade Mélenchon, il est question que de sortir du Traité de Lisbonne ! Et celui de Maastricht qu'est-ce que l'on en fait ? Bref, un pas en avant, un pas de côté puis un pas en arrière telle est la politique du PG et de Jean-Luc Mélenchon sur la question européenne. Il est nullement question de retour à la pleins souveraineté pour notre pays en rompant avec l'UE, la BCE, le GMT. On veut démocratiser et encore plus d'intégration européenne, de fédéralisme européiste. Le PG - comme le PCF et le NPA d'ailleurs n'ont rien à envier au PS et au Europe Ecologie sur la question européenne. On aurait pu, suite au coup d'Etat de la Commission de Bruxelles (mise sous tutelle des budgets des Etats membres), croire que Jean-Luc Mélenchon et le PG franchissent le Rubicon et mettent en perspective pour notre pays sa sortie de l'UE, de la BCE et du GMT. Amenant ainsi notre patrie républibaine a retrouvé sa souveraineté. Hélas, trois fois hélas, rien de cela n'est envisagé ni même effleuré. On a eu à la place le pire comportement gauchiste se réfugiant dans le verbe, la posture, le slogan,  la proposition sans suite etc... etc... D'où l'incompréhension et l'écoeurement de beaucoup de militants ardents républicains, ardents laïques, ardents socialistes et ardents anticapitalistes.

 

Sur le plan de la stratégie des alliances, les résultats sont minuscules et inconsistants. La stratégie du Front de Gauche n'est qu'un paravent qui cache les ambitions personnelles, les questions non résolues tant d'appareils que de programmes. Il n'a  apporté qu'un score médiocre aux Européennes et mauvais aux Régionales malgré les hourra satisfaits de certains dirigeants. L'unité avec le NPA (victime de son idéologie pabliste reformulée autour d'un anticapitalisme et d'un guévarisme qui prêtent bien souvent à sourire) est au point mort. Les problèmes de voisinages avec le PCF sont sujets à caution ou à humeur de tel ou tel dirigeant du PCF ou du PG. Dernièrement une association des Partisans du Front de Gauche a été annoncée et la rédaction d'un programme partagé l'a été également. La question que l'on doit se poser est : est-ce que l'Association des Partisans du Front de Gauche vivra t-elle plus longtemps que le comité de liaison du FDG ? Car ce dernier aussitôt annoncé aussitôt oublié !

Autre question. Le programme partagé c'est bien beau mais déjà que le PG en définisse un de cohérent et de pertinent après on verra. En dix huit mois rien n'a été publié de tel et le congrès est maintes et maintes fois reporté. Les idées sont diffusées à partir de forum bien parisien et surtout avec fort peu de présence militante. Rien de concret et de visible n'est propulsé sur la scène politique et rien n'est diffusé auprès des citoyens.

 

Le PG essaie un pas de deux avec Europe Ecologie avec les résultats que l'on sait c'est à dire comme le reste foireux et sans avenir. D'ailleurs que va faire le PG avec EE, parti libertarien, opportuniste et européiste partisan du libre échange et surtout pas spécialement ardent défenseur et promoteur d'une république laïque une et indivisible et du retour à la souveraineté nationale.

 

Cette tentative avec EE est simplement un autre fer au feu qu'a mis Jean-Luc Mélenchon en cas de graves problèmes avec la nouvelle direction du PCF qui ne se montrera pas aussi compréhensive et tolérante envers les stratégies à quatre sous du camarade Méluche et son ambition frénétique d'être le candidat du Front de Gauche à la Présidentielle de 2012.

 

Déoasser le PG et le FDG et jeter les bases d'un nouveau Parti Républicain Socialiste.

 

Il serait temps que le PG et le FDG soient dépassés et que d'autres perspectives soient envisagées et proposées au peuple souverain et citoyen.

 

D'abord dépasser le PG. Jeter les bases d'un Parti Républicain Socialiste.

 

Le PG doit être dépassé. Son processus est arrivé à terme et aujourd'hui il devient stérile et inéficace. Il est temps de changer la donne et fonder autre chose : un Parti de la République et du Socialisme.

 

Comment ce nouveau parti pourrait il est créé ?

 

 

1 . D'abord par un processus par étape.

 

Des Etats généraux de la gauche républicaine, sociale et citoyenne.  Faire converger, idées, propositions, réflexions, actions vers un processus constituant.

 

Une fédération républicaine et socialiste sera première étape avec un processus de coordination du travail, de la convergence et de l'intégration des différentes familles républicaines, socialistes et citoyennes.

 

Cette Fédération arrivée au terme de sa maturation de son intégration, de son unification et de sa cohésion se transformera en PARTI REPUBLICAIN SOCIALISTE ou en PARTI DE LA REPUBLIQUE ET DU SOCIALISME.

 

Ce nouveau parti engagera un processus d'immersion dans le peuple. De là de nouvelles convergences et forces vives en ressortiront, des alliances également. Un disposition coordonnateur et unitaire verra alors le jour : Le FRONT D'UNITE POPULAIRE. De ce Front sortiront des candidats aux élections quel-qu'elles soient.

 

2. Le Projet de ce nouveau parti tournera autour d'axes principaux :

 

- de la refondation républicaine, laïque et jacobine de la France, des institutions et de la société ;

- du retour à la pleine souveraineté pour notre pays en rompant avec l'Union Européenne, la BCE, le GMT ;

- l'appropriation collective et sociale des moyens de production, d'investissement, d'échange pour permettre :

      - le contrôle et la souveraineté politique et citoyenne sur l'économie, la monnaie, les marchés ;

      - la rupture avec le système capitalisme par la socialisation de l'économie ;

      - la reconquête de notre marché intérieur.

- une nouvelle politique de répartition et de redistribution des richesses et du financement de l'intérêt général ;

- du retour à une politique de revenus et d'état providence ;

- de l'émancipation de la personne humaine par l'instruction publique, le progrès social et scientifique ;

- du développement international et universaliste.

 

3. Une stratégie d'alliance qui prend source dans le peuple et qui annonce le Front d'Unité Populaire.

 

La stratégie d'alliance privilégiera dans le cadre du nouveau Front d'Unité Populaire, les convergences et les regroupements des républicains de gauche, des républicains socialistes et jacobins, des gaullistes de gauche et de progrès, des républicains citoyens, des républicains anticapitalistes, L'appel aux militants syndicaux et associatifs, aux mouvements d'éducations populaires et au peuple citoyen seront également l'objectif stratégique de ce nouveau processus unitaire et populaire unifiant et faisant converger la gauche républicaine et socialiste politique, les syndicats, les associatifs, le corps citoyen.

 

En Conclusion : l'objectif de l'émancipation de la personne humaine.

 

Cet ensemble fera société et aura comme objectif final l'émancipation de la personne humaine par la souveraineté et la citoyenneté. La Chose publique - la res publica - et  l'intérêt général seront les présents de tous les instants. Le retour de la vertu républicaine et de l'intérêt général seront les nouveaux paradigmes de ce nouveau projet politique émancipateur.

 

Ce sont les propositions que je formule  et dépose  auprès de mes amis concitoyens républicains, socialistes et jacobins afin d' engager le débat, l' argumentation, les  pistes de réflexion et le  projet politique en vue de l'action. Ce document s'inspire du Manifeste Jacobin Pour la République et le Socialisme. Faisons en sorte que l'idéal républicain, socialiste et jacobin soit représenté sur la scène politique nationale et participe aux débats et aux initiatives permettant le sursaut républicain par la souveraineté et la citoyenneté.

 

Salut et Fraternité.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Espinat 27/06/2010 19:29


@ Sonia Bastille
@ Jean Jacques

Merci à tous les deux d'avoir apporté réponses à mes interrogations.

Je vois au fil de vos propos que vous restez fidèles à vos convictions communes une certaine idée de la république et aussi vous vous projetez en tant que jacobins tout en étant pas dans les mêmes
partis. C'est ce côté nouveau sur le plan politique au sein de la gauche qui me redonne un peu d'espoir sachant que des militants - des simples militants - peuvent en toute liberté et fraternité
avoir un projet commun : une république sociale et jacobine. Cela change des esprits d'encasernement ou de révérence que l'on voit souvent à gauche comme à droite.

Je me sens attiré par ce nouveau processus républicain qui en première émancipation libère les citoyens qui participent.

Bien à vous.


jean-jacques 27/06/2010 14:55


@espinat
Je n'ai aucun pb avec le PS vu que je suis un simple militant de base (de toute façon ma profession ne serait pas compatible avec des fonctions électives) comme je suis aussi syndicaliste à l'UNSA
et parent d'élève à la FCPE...
Concernant le PS je te rappelle qu'il y a des courants, que les débats sont vifs et au dernier congrès de Reims j'ai voté la motion Fabius qui était la plus proche des idées républicaines.
Enfin mes camarades de section connaissent ma sensibilité républicaine, je n'ai pas fait mystère d'avoir voté Chevènement en 2002 et Non au TCE en 2005, je suis reconnaissant de leur tolérance,
mais mieux encore beaucoup sont d'accord avec moi ! parce que le PS d'en haut ne reflète pas vraiment le PS d'en bas surtout dans les sections rurales !
Cela étant j'ai bien conscience que le compte n'y est pas au PS, et je suis bien placé au plan professionnel pour déplorer les directives de Bruxelles et c'est vrai que j'ai des convictions plus
radicales que celles du PS sur l'Europe, c'est pourquoi j'ai été heureux de découvrir le manifeste jacobin qui reflète ma pensée réelle.
Je pense sincèrement que l'Histoire nous donnera raison.
Salut et fraternité à tous !


Raoul louis CAYOL 27/06/2010 14:42


Je viens de prendre connaissance du manifeste de M. Darthé-Payan

Comment ne pas être interpellé par le souhait de « l'ardente refondation républicaine de la France et de la société, le dépassement du capitalisme, la planification écologique, la juste
redistribution des richesses et une nouvelle forme d'internationalisme » car ce denier terme bloque une des solutions pour conduire au plein emploi devant la concurrence salariale conditionnée par
les taux de change

Comme le dit M. Darthé-Payan, pour le PG de Jean Luc Mélanchon, encore sous l’utopie internationaliste, « Il est nullement question de retour à la pleine souveraineté pour notre pays en rompant
avec l'UE, la BCE, le GMT. On veut démocratiser et encore plus d'intégration européenne, de fédéralisme européiste... ». Comment démocratiser en fédérant plus ? Le remède aggrave le malade, on
augmente la dose du poison !

M Darthé-Payan proclame avec pertinence : « Le programme partagé c'est bien beau mais déjà que le PG en définisse un de cohérent et de pertinent ; après on verra »

Et de poser la question : « que va faire le PG avec EE, parti libertarien, opportuniste et européiste partisan du libre échange et surtout pas spécialement ardent défenseur et promoteur d'une
république laïque une et indivisible et du retour à la souveraineté nationale ? »

Voici des réflexions profondes, proches de celles des membres d’un mouvement républicain d’inspiration gaulliste aujquel j'appartiens : ils souhaitent voir se reproduire le miracle du Conseil
National de la Résistance quant, comme aujourd’hui, on pouvait croire que tout était perdu.

Des Etats généraux républicains, sociaux et citoyens non exclusivement réservés aux personnes se disant « de gauche » pourraient aussi faire converger idées, propositions, réflexions, action vers
un processus constituant.

Raoul louis CAYOL
Membre de DLR


Sonia Bastille 26/06/2010 15:02


@ Espinat

Comme Darthé-Payan, j'ai démissionné de toutes mes fonctions au sein du PG et je reste simple militante. Mes convictions, mon projet politique jacobin me permet d'avoir un espace de liberté, de
respiration au sein de mon parti qui dans sa grande majorité au niveau comité est assez moutonnier. Je me bats sur mes convictions et pour le projet politique que je pense être le mieux à même de
résoudre le problème des gens et d'entreprendre le sursaut politique et civique autour de la République.

Le fait que des personnes provenant de divers organisations politiques (PCF- PS - PG - PRCF - POI - MRC - DLR - GAULLISTES), syndicales ou associatives ou tout simples citoyens non encartés, montre
que notre mouvement se situe au niveau des idées partagées, du projet de refondation républicaine, sociale, laïque et jacobine de notre pays, autour du retour de la souveraineté populaire et de
notre pays et non pas dans la cuisine électorale, les stratégies machins-bidules ou encore la ersonnalisation à outrance en vue de 2012. Nous prenons notre temps, le temps de l'étude, de la
réflexion, du débat, de la rédaction, de la proposition... En tout cas, pour ma part, je ne suis ni pressée, ni obnubilée par 2012, lacandidature "Méluche", "Laurent", "Aubry", "DSK", "Royal",
"Besancenot" ou encore "JOLY" ou "cie".

Salut et Fraternité.


Marc Leventhal 26/06/2010 08:34


Votre débat sur le fait que les Jacobins ne cherchent pas à se faire "débaucher" ou "acheter" montre que votre démarche se situe sur le plan des idées, des valeurs, des projets et non sur le
placement en vue d'une carrière électorale ou au sein des strates hierarchiques des partis auxquels vous appartenez les uns et les autres.

D'où votre volonté de ne pas quittez vos partis respectifs.

J'y reviendrai dans un prochain commentaire.

Bonne journée.


Présentation

  • : Le blog politique de Darthé-Payan le Jacobin
  • Le blog politique de Darthé-Payan le Jacobin
  • : Pour un sursaut Républicain de Salut Public.
  • Contact

Recherche