Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 septembre 2011 7 04 /09 /septembre /2011 13:52

 

Par Darthé-Payan

 

   

J'ai décidé d'aborder, en ce 4 septembre, la question du retour de la République.

 

La république fut de nouveau proclamée le 04 septembre 1870.

 

 

 

 

De la déclaration de guerre au désastre de Sedan.

 

 

Quelques semaines auparavant, la France a déclaré la guerre le 19 juillet à la Prusse soutenue par les États Indépendants du Sud de l'Allemagne. La France a une armée beaucoup moins puissante et inférieure tant en nombre qu'en armement.

 

Les défaites se succèdent et au mois d'Août l'Alsace et la Lorraine sont perdues et aux mains des ennemis. 150 000 hommes sont assiégés dans la ville de Metz. Une armée de secours qui est commandée par Mac Mahon et l'Empereur Napoléon III lui même est bloquée à Sedan.

 

Dans l'humiliation et la soumission elle doit capituler, rendre les armes le 2 septembre ou quelques 100 000 soldats de l'Armée impériale sont faits prisonniers et l'Empereur de même. C'est un désastre militaire, c'est aussi un désastre politique, c'est un désastre pour la France, sa puissance, sa grandeur, son armée.

 

Dans Paris, où bruissent toutes les rumeurs sa la guerre, le monde politique, le Corps législatif et le peuple de Paris apprend la nouvelle le lendemain.

 

Le Corps législatif, vote l'abdication de Napoléon III. Ce dernier s'exile en Angleterre où il mourra quelques mois après en janvier 1873.

 

Ce 4 septembre est instauré un gouvernement dit de "Défense nationale" confié au Général Trochu qui exerce le commandement militaire de Paris. Mais un homme prend l'initiative de proposer le rétablissement de la République. Cet homme c'est Gambetta. Le parlement le suit est ce 4 septembre 1870 est proclamée la République.

 

 

Du retour de la République à la naissance de la Troisième République.

 

 

La Troisième République nait dans la douleur et aussi dans la durée.

 

La France qui a capitulé sans gloire à Sedan renouvelle la chose le 27 octobre 1870. La Capitale est encerclée sous le feu et le siège de l'ennemi Prussien. La France, malgré les efforts de Gambetta qui qui lève trois armées nouvelles - échoue et un armistice est signé le28 janvier 1871.

 

 

Adolphe Thiers est choisi pour être le Chef du Pouvoir exécutif de la République. Quelques semaines après le peuple citoyen et souverain de Paris se soulève et proclame la commune insurrectionnelle. Cette commune insurrectionnelle rappelait curieusement la commune insurrectionnelle du 10 Août 1792.

 

En quelques jours, cette émanation du peuple citoyen et souverain, épris de liberté, de république, de patriotisme et de justice votera la séparation de l'église et de l'état, l'interdiction du travail de nuit, l'instruction pour tous, la suppression des retenues sur salaire, etc...

 

C'est l'esprit révolutionnaire et républicain comme en 1792 qui reprenait vie et corps. La Présidence Thiers et la république balbutiante ne voulait en aucun cas que 1792 se reproduise et que le peuple citoyen redevienne souverain, acteur de son destin et du destin de sa patrie.

 

Thiers fera donner la troupe. Un massacre, une boucherie ! Plus 30 000 citoyens furent victimes et près de 10 000 furent déportés dans des camps notamment en Nouvelle Calédonie.

 

Oui, la nouvelle république naissait dans la douleur, dans l'horreur, dans la tuerie. Mais cette république avançait, s'enracinait, s'affermissait, s'humanisait, devenait républicaine.

 

 

Les deux "Jules" qui font la République émancipatrice et universelle.

 

 

Il y a discussion, controverse sur la date exacte de la naissance de la IIIème République.

 

Pour la naissance de cette IIIème république, il est difficile de dater avec une exactitude le début juridique et officiel de la IIIème république.

 

On peut en situer Trois :

 

Le 4 septembre 1870 avec la déchéance de l'Empire et la proclamation de la République par le Corps Législatif - à l'initiative de Gambetta ;

 

le 18 février 1871 lors de nomination de Thiers à la Présidence de la République ;

 

le 16 juillet 1875 où le parlement fini de voter les dernières lois constitutionnelles et notamment l'amendement Wallon voté le 30 janvier 1875 (qui propose que le Président de la République est élu par le parlement constitué par le Sénat et la Chambre des Députés. Le vote final des textes - lois constitutionnelles et amendements - a eu lieu le 16 juillet de la même année. La IIIème république est officiellement créée par la constitution de 1875 et durera jusqu'au 10 Juillet 1940.

 

 


 

 

Il faudra attendre l'élection du Président Jules GREVY en 1879 et du Cabinet de Jules Ferry pour que la république soit durablement installée et se fasse humaniste, émancipatrice, sociale et universaliste.

 

Jules Ferry, ce grand républicain de gauche, laïque, franc maçon, œuvrera avec le Président Grévy pour les valeurs émancipatrices de la république et pour que le peuple citoyen vive mieux. Ils feront en sorte que la France redevienne une grande puissance universaliste, conquérante et rayonnante à travers les terres, les mers et les continents.

 

La IIIème République sera majestueuse d'audace républicaine. Grâce au mandat de Grévy et au Ministère Ferry puis au Cabinet Ferry, la France se dotera de législations sociales, civiques et laïques sans précédent depuis la grande Révolution Française de 1789-1793. Les idées et l'idéal républicain des Jacobins robespierristes revenaient au grand jour et aller façonner de nouveau et pour longtemps notre pays. Tour à tour, sous Jules Grévy et Jules Ferry furent votées les lois laïques, l'école publique laïque gratuite et obligatoire pour les garçons et les filles, l'amnistie des membres du gouvernement de la Commune insurrectionnelle de Paris, puis le 14 juillet jour de fête nationale, puis fera de la Marseillaise l'hymne national de la République française.

 

La mandature de Jules Grévy aussi proclamera les principes révolutionnaires sur l'organisation des communes ( loi 1884), la loi sur la liberté de la presse (1881), la loi sur la constitution de syndicats, la loi sur le divorce etc...

 

Jules Grévy, républicain de gauche, catholique pratiquant mais laïque et grand homme d'état et Jules Ferry, républicain de gauche, laïque, franc maçon auront batti avec le parlement la France moderne, la France républicaine, fidèle à l'idéal révolutionnaire de 1789-1793, fidèle à l'idéal des Jacobins et des républicains de 1848, fidèle à l'esprit des Lumières qui œuvrera pour l'émancipation de son peuple citoyen et pour l'universalité de son message.

 

La IIIème République qui donnera à la France, des grands républicains comme Grévy, Ferry, Gambetta, Valdeck-Rousseeau,, Combes, Aristide Briand, Clémenceau, Jaurès, Blum, Léo-Lagrange, Salengro, Max d'Ormoy, Jean Moulin et encore tant et tant d'autres durant les 65 années qu'elle exista.

 

 

 

Jean Jaurès, le grand républicain socialiste, humaniste et universaliste était un grand défenseur et promoteur de cette république qui faisait faire à la France le saut faire l'humanité et l'émancipation des citoyens. Jaurès saura dépasser la république institutionnelle et politique pour la faire aboutir sociale. C'est cela son socialisme !

 

 

La IIIème République ou la République de l'émancipation universelle. La Gauche devrait s'en souvenir !

 

 

Oui la Troisième république naquit dans le déshonneur de la défaite et la douleur du massacre de la Commune de Paris, elle connaitra des heures tragiques notamment la Grande guerre 1914-1918 et se terminera dans le déshonneur en s'offrant au Maréchal Pétain et la honte en se soumettant à l'ennemi nazi le 10 juillet 1940.

 

Outre les grands acquis de la mandature Grévy que j'énonçais plus haut, la troisième république apportera au citoyen, au travailleur, des droits et des libertés. La loi sur la liberté syndicale, sur la création de partis politiques, sur la loi de 1901 permettant la création d'association, la loi de séparation de l'église et de l'État en 1905,la loi sur la journée de huit heures, l'impôt sur le revenu, les assurances sociales, les congés payés, l'instruction et l'éducation pour tous, les auberges de jeunesse, les conventions collectives, les nationalisations, etc....La IIIème république fut émancipatrice - y compris dans ces colonies - n'en déplaise à certains gauchistes ou autres libertariens bien pensants préférant le discours victimaire des communautés. La France était belle, puissante, émancipatrice et universaliste parce que puissamment républicaine.

 

 

 

  

Il est grand temps que la gauche en général et à la gauche républicaine en particulier et notamment le Parti de Gauche de se ressaisir de ces moments de l'histoire qui fait que notre pays, notre patrie est celle des droits de l'Homme et du Citoyen, celle de la laïcité, celle de l'émancipation du citoyen souverain dans la fidélité à l'esprit des Lumières et de l'idéal de 1789-1793.

 

La Gauche radicale qui débecte la République devrait relire un peu des bouquins d'Histoire et se réapproprier la République. Voir la IIIème république que du côté des ruptures, des fractures, des drames, des affaires ou des échecs ne sert ni la république, ni la gauche, ni le peuple citoyen. Voir la IIIème république que du côté de la colonisation est aussi absurde que de voir la Vème République que du côté de la brutalité et l'absurdité de la politique de Sarkozy.

 

Oui en proclamant la république Gambetta et le Corps législatif faisaient à la fois le rétablissement de la France Républicaine, fille des Lumières et de la Révolution émancipatrice du peuple et le rétablissement de son universalité.

 

 

Salut et Fraternité.

 

D-P.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

demetrio trunfio 06/09/2011 03:56



darthe payant,


merci d nous offrir les moyens de nous ressorcer,


en ce temps de crise nous en avons tant besoin


pour continuer la lutte


salut et fraternité


demetrio



jean-jacques 04/09/2010 19:42


Salut et Fraternité DP !
Après un séjour à la montagne où j'en ai profité pour faire le plein d'énergie , je retrouve avec joie ton blog.
Ton rappel de la IIIème République est utile, certes elle est née d'un désastre et elle s'est éteinte dans un autre désastre, mais entre 1870 et 1940 l'oeuvre est considérable.
Je suis un admirateur de cette IIIème République tant décriée, elle a connu de grands moments (Bloc des Gauches, Front Populaire), c'est la République de l'instruction publique et des grandes
réformes sociales, des grands hommes , des grands républicains.
N'oublions jamais que ces républicains ont dû se battre pour imposer la République contre l'église et les royalistes, puis lutter contre le ver dans le fruit les affairistes et enfin combattre les
ligues factieuses.
Oui il y a eu la colonisation , mais la France doit-elle en rougir ? elle a favorisé l'émergence d'une nouvelle classe dans ces populations : Senghor, Bourguiba... et elle a apporté son oeuvre
civilisatrice, je préfère ne conserver que le positif sans négliger pour autant tout le négatif. Assez de repentance, ne laissons pas ce terrain à Sarkozy, il ne faut pas juger avec des critères de
2010 un contexte historique où nous n'étions pas nés.
La Gauche doit se réapproprier ce passé et l'assumer.
L'instabilité politique est bien sur le grand point noir, mais là aussi c'est affaire de contexte historique, la IIIème République s'est souvenue de la IIème et de son Président de la République
devenu par la grace d'un coup d'état Napoléon III, d'où le pouvoir sans doute excessif accordé aux assemblées pour des citoyens de notre époque.
Je pense qu'on a fini par trouver un équilibre avec la Vème, mais là aussi c'est affaire de pratiques et j'imagine mal aujourd'hui un retour à un régime d'assemblée.
C'est la raison pour laquelle je ne comprends pas la position de JLM en faveur d'une VIème qui si j'ai bien compris rognerait les pouvoirs de l'executif.
Or si JLM devait être élu Président, vu le programme qu'il propose il lui faudra un executif fort il ne peut tout de même pas scier la branche sur laquelle il serait assis en se livrant pieds et
poings liés à une assemblée ou sa majorité serait plus ou moins hétéroclite, imaginons un groupe parlementaire écolo !
Je m'égare , c'est un autre débat ! bravo à toi DP pour l'animation de ce blog !
amicalement et à mardi dans les manifs de nos villes !


Darthé-Payan 05/09/2010 15:56



@ Jean-Jacques


Salut et Fraternité


Je partage ton commentaire.


Il est temps que la gauche en général et la gauche radicale en particulier se ressource dans l'Histoire, dans les grandes heures de la Révolution 1789-1793, des avancés historiques qu'ont
apportées les trois premières républiques dans le domaine des libertés, de l'égalité des droits, de la citoyenneté, du développement des services publics, de l'éducation laïque, de l'unité de la
république et du territoire, de l'universalité des Lumières.


Le commentaire précédent montre toute l'ampleur de l'abandon des conceptes républicains et des périodes où cette république rayonnait. Retenir que le mauvais, l'obscur, le scandaleux et rien
relever des conquêtes émancipatrices c'est vraiment le manichéisme primaire d'une pensée gaucharde et libertarienne trop dominante à gauche et qui évite surtout à cette dernière de réfléchir et
de se remettre en cause. La gueuse est revenue HIer, Pour la droite, la république c'était la gueuse aujourd'hui, pour la gauche libertarienne bien pensante, la république est de nouveau la
gueuse.


Salut et fraternel à toi et à bientôt de te lire.


D-P.



Paco Alambron 04/09/2010 18:35


De Jules Grevy, on se rappellera surtout du scandale des décorations, à la suite duquel il fut contraint à la démission pour une histoire de trafic de Légions d'Honneur dans lequel il était, sinon
impliqué, du moins mouillé, son gendre Daniel Wilson opérant depuis l'Elysée.

C'est marrant parce que ce genre de truc est redevenu d'actualité. Et on est moins indulgent avec le nouveau trafiquant qu'avec cette merveille de Président Grévy...

Alors on peut enjoliver la IIIème République pour en faire un modèle de l'idéal Jacobin, mais à condition d'oublier qu'elle est née dans la corruption et la compromission, et que ça ne l'a pas
lâchée jusqu'aux accords de Munich où elle s'est montrée particulièrement lâche !
On se rappellera également de l'affaire Dreyfus !
On retiendra de cette république son instabilité chronique dans une France divisée qu'elle n'a jamais réussi à convaincre puisque sur 14 présidents, 7 seront contraints de démissionner avant la fin
de leur mandat (Thiers, MacMahon, Grévy, Perrier, Deschanel, Milleran et Lebrun), deux seront assassinés (Carnot et Doumer), un autre disparaissant dans des circonstances obscures (Faure). Et
pourtant, la présidence n'était que représentative !


Darthé-Payan 05/09/2010 15:38



@ Paco Alambron


Donc tu retiens  de la IIIème République et du double  mandat du Président Jules Grévy que l'affaire des décorations qui concernait son gendre et donc la presse comme la droite la plus
réactionnaire, l'Eglise, les monarchistes, tous ces antirépublicains qui ont fait monter la sauce pour abattre la présidence Grévy et ses différents gouvernements et bien chapeau pour un militant
du PG !


Cela ne me surprend guère vu la pensée bien pensante manichéenne dont tu te régales !


Sous ses deux mandats (dont le second fut écourté par sa démission) le Président Grévy, et notamment sous les ministères et cabinets de Jules Ferry (encore un que la gauche
libertarienne bien pensante veut proprement détruire ce qu'il a fait et apporté tant à la république, qu'au citoyen, à l'école qu'au prolétaire), il fut voté les lois laïques, l'école publique,
laïque, gratuite et obligatoire pour les garçons et les filles (reprenant beaucooup de beau projet de LePelletier de Saint-Fargeau), la loi sur l'organisation municipale s'inspirant des
projets jacobins, la loi sur la création des syndicats, la loi sur le divorce, la loi sur l'interdiction du travail de nuit, la loi fixant le 14 juillet jour de fête nationale,  ils
firent de la Marseillaise l'hymne national, ils procédérent à l'amnistie des membres du gouvernement de la Commune de Paris. Durant leurs présidences, il fut voté la loi sur la liberté de la
presse et la loi d'exil qui rendait inéligible les membres des familles ayant régné et leur héritiers directs et leur interdisait de séjourner en France.


Cette époque fut belle, oû la république était républicaine au service du citoyen. N'en déplaise à certains !


Faire des comparaisons douteuses (l'affaire des décorations et l'affaire Woerth- Bettencourt) est facile et surtout empêche de réfléchir et surtout évite à la gauche de se poser la question
pourquoi elle ne veut pas une refondation républicaine, laîque, jacobine et universaliste de notre pays (Institutions, cité, économie, école, entreprise, société, rayonnement international).


Hier la république, pour la droite réactionnaire, conservatrice, nationaliste ou monarchiste comme pour la hierarchie catholique, c'était la gueuse !


De nos jours, par momment, je me demande si pour une certaine gauche bien pensante libertarienne, la république n'est pas redevenue la gueuse !


Limiter la IIIème République à l'affaire des décorations ou à l'affaire Dreyfus ou encore aux accord du Munich et oublier les conquêtes (droits, protections, moyens
politiques, matériels  ou juridiques, d'expression etc...) républicaines civiques, civiles, laïques,sociales, syndicales portant toutes la volonté de l'émancipation et bien
c'est ni rendre service à la république, ni rendre service à la gauche, ni rendre service au citoyen.


Bien à toi.


D-P.



Présentation

  • : Le blog politique de Darthé-Payan le Jacobin
  • Le blog politique de Darthé-Payan le Jacobin
  • : Pour un sursaut Républicain de Salut Public.
  • Contact

Recherche