Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juillet 2010 2 13 /07 /juillet /2010 23:00

Par Darthé-Payan

 

J'aborde en ce 14 juillet - Jour de la Fête nationale - depuis la loi du 06 juillet 1880, sous la forme de trois notes successives, la fête nationale.  La première partie traite de la prise de la Bastille - la prison symbole de l'Ancien Régime - en ce 14 Juillet 1789. La Seconde partie aborde  les différents 14 juillet de 1790 à 1794.  La dernière traitera de la première commémoration de la Fête nationale le 14 juillet 1880 suite au vote de la loi du 06 juillet 1880 qui instaure le 14 juillet de chaque année : jour de fête nationale.

 

J'invite tous les républicains socialistes et jacobins à se mobiliser pour défendre, promouvoir et regénérer l'idéal des Lumières, la Grande Révolution française 1789-1793, le mouvement jacobin, l'idéal de la république et de l'ésprit patriotique de citoyenneté, de souveraineté et d'indépendance. Ce jour de fête nationale doit nous permettre d'aller à la rencontre du peuple citoyen pour qu'enfin une révolution républicaine, civique, sociale et jacobine permette à l'homme - personne humainne - de devenir citoyen et souverain.

 

Alors que la nation et la république sont remises en cause aussi bien par les tenants du capitalisme transnational et apatride, que  par l'Europe de Bruxelles de la concurrence libre et non faussée, ou encore par les tenants de particuliarismes régionaux, culturels, liguistiques, religieux ou individualistes, il est grand temps que les républicains et les jacobins se fassent entendre et lancent la reconquête républicaine, jacobine et laïque de la France et de la société. Il est temps, mes frères citoyens, de faire tomber de nouvelles Bastilles. Ces nouvelles bastilles que sont l'UE, la BCE et le GMT, nouvelles prisons des peuples et fossoyeurs des souveraineté des peuples et des Etats-Nations, mais aussi l'ordre et les structures du système capitalisme ou encore les obscurantismes et intégristes quelqu'ils soient..

 

Partout brisons les chaînes des servitudes anciennes ou nouvelles et faisons tomber ces nouvelles bastilles en faisant le nécessaire pour que la personne humaine devienne un citoyen souverain et que l'Etat-Nation retrouve sa place dans l'émancipation, le développement, la protection du peuple citoyen et souverain,

 

Le 14 juillet est un jour d'untié, de solidarité et de sens civique qu'honorent chaque année, politiques, corps constitués, forces armées, sécurité civile et peuple citoyen. Ce jour de rassemblement, de fête et d'espérance doit être maintenu, développé en faisant participer plus encore les forces vives de la nation et de la jeunesse.

 

Salut et Fraternité.

 

Vive la République ! Vive la Nation ! Vive la France !

 

D-P.

 

______________________________________________________________________________________________________

Prise de la Bastille.

 

Le 14 juillet, c'est cette quête d'armes qui entraîna les foules tout d'abord aux Invalides où elles s'emparent de 3000 fusils et d'une douzaine de canons puis à la Bastille. Pourquoi la Bastille ? Dépôt d'armes ou symbole de l'absolutisme royal ?


La défense en est assurée par 80 invalides peu motivés, une trentaine de soldats suisses et une vingtaine de canons de calibres divers, le tout aux ordres du Marquis de Launay. Du côté des assaillants, venus pour la majeure partie du faubourg St Antoine, on dénombrait 954 personnes qui reçurent en juin 1790 le titre de "vainqueurs de la Bastille".

Après quelques pourparlers avec des représentants "des électeurs" venus négocier avec de Launay, les assaillants dirigés par Hulin (qui deviendra général sous l'Empire), prennent d'assaut la forteresse qui capitule au bout de 4 heures (bilan des pertes du coté des assaillant on dénombre une centaine de tués et autant de blessés, côté garnison 4 tués après la reddition). On libéra alors les sept prisonniers qui s'y trouvaient, 4 faussaires, 2 fous et 1 libertin et on emmena de Launay et ses soldats à l'hôtel de ville. En chemin, de Launay sera massacré par la populace et sa tête plantée au bout d'un pique défilera dans les rues de Paris. Plus tard dans la soirée, la tête de Flesselle viendra la rejoindre, celui-ci ayant été accusé de n'avoir pas voulu armer la milice.

 

Prise de la bastille

Paris le 14 juillet 1789.

 

A droite le personnage en bas de soie blanc est le gouverneur De Launay emmené par les assaillants.

 

Le retentissement de la journée est immense. Louis XVI qui apprenait la nouvelle le 15 juillet au retour d'une chasse parut étonné "C'est une révolte !" dit-il "Non Sire c'est une révolution ..." .
Il céda une nouvelle fois et promit de faire retirer ses troupes; le 16 juillet Necker était rappelé comme ministre.

A Paris les électeurs rassemblés créaient la première commune de Paris dont Bailly fut élu maire. La milice bourgeoise prenait le nom de Garde Nationale aux ordres du marquis de La Fayette.

Le 17 juillet Louis XVI accompagné des trois quarts des députés se rendait à Paris. Il y était accueilli par Bailly qui lui décerna la cocarde tricolore (le blanc de la monarchie avait été glissé entre le bleu et le rouge de la ville de Paris).

La monarchie absolue était belle et bien finie; les proches de Louis XVI ne s'y trompèrent pas et ce fut la première vague d'émigration (Comte d'Artois, Prince de Condé, Duc de Bourbon, Duc d'Enghien, Polignac, Broglie, Breteuil).

 

Marquis de La Fayette

En uniforme de Commandant Général de la Garde Nationale

 

 Source documentaire images  : http://revolution.1789.free.fr/

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog politique de Darthé-Payan le Jacobin
  • Le blog politique de Darthé-Payan le Jacobin
  • : Pour un sursaut Républicain de Salut Public.
  • Contact

Recherche